Une après-midi chez les Hobbits

IMG_4213

Dés 8 heure30 , Domi prend la trottinette pour aller chercher la voiture de location à l’aéroport, car aujourd’hui c’est un grand jour. Depuis que la Nouvelles Zélande a été mise au menu de ce voyage, nous nous sommes promis, comme les grands enfants que nous sommes, daller voir Hobbitton le fameux village des Hobbits qui a servi de décor aux films de Peter Jackson le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit tirés des livres de Tolkien et dont nous sommes vraiment fans.

IMG_1917

Et c’est l’occasion ou jamais car il se trouve seulement à une cinquantaine de kilomètres de Tauranga . Par contre nous n’avons pas bien choisi notre jour. Il faisait encore beau quand nous sommes partis mais quand on s’est arrêté au chutes de Wairere pour piqueniquer on a dû se réfugier dans la voiture pour finir de manger. On a quand même trouvé une éclaircie pour grimper presque jusqu’au chutes par le sentier le long du torrent. Par contre quand on est arrivés à Hobbitton (quelques km de Matamata) un peu avant l’heure prévue pour la visite ( il est conseillé de réserver à l’avance) un crachin typiquement breton (???) à commencé à s’installer mais heureusement sur le site on peut emprunter de grands parapluies si bien que nous n’avons pas trop souffert. Bien sûr on aurait préféré le voir sous le soleil mais ce temps rajoutait une note feutrée à l’ambiance pastorale et paisible de lendroit .

IMG_1830

Et comment-est-ce me direz-vous? Exactement comme dans les films! Mieux même car dans les films on ne se rend pas trop compte de ce qui est réel et de ce qui est reconstitué en studio ou en 3D. Il y a un court trajet en bus pour aller de laccueil au village proprement dit, ils en profitent pour nous mettre dans l’ambiance avec de courts extraits vidéo bien ciblés tiré des films et le mot de bienvenue de sir Peter Jackson lui même. C’est vraiment tout un village avec les maisons de Hobbits enterrées, reproduites dans leurs moindres détails, les jardins, le lac, le moulin et bien sûr l’auberge du dragon vert ou nous avons bu un verre. Par contre, à part les quelques explications du guide, le décor est livré tel quel, il n’y a pas d’animation ni de Hobbit qui sort de sa maison ou de Gandalf fumant la pipe. Peut-être est-ce mieux ainsi, on se remémore les films et limagination fait le reste…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mount Maunganui

IMG_1689

Nous sommes partis après le repas de midi faire une ballade, qui ne devait normalement pas durer très longtemps . Il faisait un temps superbe. Domi avait réservé une voiture pour demain matin à l’aéroport qui ne se trouve pas très loin de la marina. Nous avons donc décidé d’aller voir si c’était possible pour lui d’y aller en trottinette demain. Nous avons longé les quais, traversé la zone portuaire et sommes arrivés à Mount Maunganui la ville voisine qui est une cité balnéaire. Elle tire son nom de la montagne qui se trouve tout au bout de cet isthme qui ferme la baie et la protège contre le mauvais temps du large. C’était là notre destination, Il est possible de faire le tour de ce grand mont par un joli sentier côtier qui relie la grande plage côté océan, paradis des surfeurs, à celle plus paisible côté baie. C’est sur cette dernière que les vacanciers et les gens du coin finissant leur weekend sont venus ce soir (comme sans doute la plupart des soir en saison) pique-niquer en admirant le soleil se coucher sur la baie et rêver en regardant le départ des grands paquebots de croisière. Finalement la courte ballade prévue c’est transformée en rando de 10 km . Heureusement juste avant de retraverser cette zone portuaire/industrielle immense et laide (étant très active, elle fait sans doute vivre toute la région mais quel contraste avec la station balnéaire et quel gâchis par rapport à la foret qui devait recouvrir ce bord de mer il y a encore quelques années) nous avons réussi à chopper un bus qui nous a permis d’économiser au moins deux kilomètres de marche sur notre retour sinon on y était encore et la nuit tombait.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On vous tient au courant de Tauranga

IMG_1650620 milles sur le fond en 3 jours 18 heures, soit une moyenne d’environ 6,9 nœuds, 2 virement de bord, 3 empannages, 10 réductions de voilure et autant de largage de ris, 8 changements foc-trinquette, des vents de 5 à 38 nœuds une mer parfois très forte, c’est sûr, on a pas chômé et on s’est fait un peu secoué les deux premiers jours mais c’était une super traversée. La nuit dernière c’est déroulé dans des conditions de rêve: lune presque pleine, mer plate, vent trois quart arrière entre 10 et 24 nœuds et dauphins qui nous accompagnent (bravo Anne: tirer à terre était vraiment la bonne option!) . Et on est arrivé juste quand il fallait: à 9:45 nous embouquions le chenal, avec le courant sortant nous n’avancions pas bien vite mais on a eu tout le temps nécessaire pour préparer la bateau pour l’accostage et arriver au ponton sans stresser à 11:45, pile poil l’heure de l’étale. la marina subi en plein le courant de la rivière et au plus fort de la marée il peut il y avoir 3 nœuds de courant au ponton, ils demandent donc au plaisanciers de passage de ne faire leur manœuvres d’accostage ou de départ qu’au moment de l’étale (pas idéal mais au moins eux ils ont de la place et ils sont accueillants ce qui n’est pas le cas de toutes les marinas de la région). Si nous avions raté celle de ce matin il nous aurait fallu attendre se soir 18 heures.

IMG_1681
On est bien content d’être arrivés, on est lessivés, façon de parler parce que ces derniers jours on ne s’est pas beaucoup lavés 😅On commence donc par une bonne douche et une grande lessive, puis déjeuner au soleil (depuis hier soir il fait un temps superbe – çà fait du bien après la grisaille des derniers jours) et puis une bonne sieste pour Domi pendant que moi je continue à bricoler (toujours les mêmes 😇)
Demain on verra pour trouver une voiture, on pense rester quelques jours dans le coin et aller faire un tour du côté de Matamata, il parait qu’il y a un village de petits hommes au grands pieds à visiter… – [ ] Anne et Domi

IMG_1680

Cap Est 2 le retour

IMG_1652Nous avons passé le Cap Est à 14 heures (en fait c’est un îlot rocheux qui marque le point le plus à l’est du pays), à l’aller nous ne l’avions pas bien vu, car c’était au petit matin . Il est majestueux ce grand rocher avec ce beau rayon de soleil l’éclairant sur un fond de nuages noirs et une mer bleu sombre bien formée . Nous approchons de la côte pour entrer dans la baie de Plenty mais jusqu’au cap Runaway (baptisée ainsi par Cook car il avait du prendre la fuite, poursuivi par une tribu Maori hostile) elle est montagneuse , recouverte de forêt avec à sa base des prairies. Elle nous semble plus verdoyante que les collines de l’île du sud du côté est, dont les pâturages étaient grillés par le soleil ou même ceux de la baie de Hawkes. Depuis que nous sommes en vue de l’île du nord ,nous avons eu pas mal d’averses : aurait il plu depuis que nous sommes partis pour le sud? possible. Au passage de la pointe Midway, une colonie de dizaines de fous de bassan et de pétrels sont à la pêche au dessus d’un banc de petits poissons c’est extraordinaire de les voir tous plonger parfois de très haut et remonter avec leur proie . Le vent du sud ne nous a pas encore quitté. En longeant le rivage plutôt que de couper à travers cette grande baie (nommée Plenty = plein par Cook car il y avait trouvé du ravitaillement à profusion) pour nous protéger de cette mer forte qui nous suit depuis le sud.

IMG_1679
Demain dans la journée , nous devrions arriver à Tauranga qui n’est certes pas le plus bel endroit de la côte comme nous l’avions vu à l’aller mais la marina a de la place pour nous et on pourra y laisser le bateau quelques jours pour aller (encore) se balader.

Anne et Domi

IMG_1669IMG_1668IMG_1667IMG_1664IMG_1657

Turn again hors des quarantièmes

Le vent à molli comme prévu toute la nuit ce qui nous a permis de renvoyer progressivement toute la toile. La mer reste agitée mais un peu moins croisée. Au petit matin nous sommes par le travers du cap Turnagain. Il sort du brouillard et un rayon de soleil éclaire ses falaises blanches donnant un aspect irréel à la vision. Je ne sait pas pourquoi Cook à baptisé ce cap ainsi (littéralement: tourne encore) mais pour nous le nom est tout à fait approprié car sous les nuages le vent narrête pas de tourner obligeant Domi qui est de quart à régler sans cesse les voiles. Une fois passé les nuages le vent se stabilise à 17 noeuds et nous avançons bien. Comme le temps est plus maniable on en profite pour prendre un petit dej presque normal on dort aussi beaucoup mieux, cest plus facile que dans un shaker. A 15 heures, nous constatons que nous avons parcouru 182 milles sur les dernières 24 heures soit une moyenne de 7,8 noeuds, pas encore un record mais ce nest pas trop mal . Peu après nous franchissons le mythique 40ème parallèle de latitude sud. Il y a a peu près un an nous faisions de même de lautre côté du Pacifique en remontant le long de la côte chilienne. Il risque maintenant de se passer beaucoup plus de temps dici à la prochaine fois…
Petite appartée sur les distances: la Nouvelle Zélande est un petit pays mais ses deux îles sont disposées toute en longueur et pour aller de Akaroa/ Christchurch (moitié de lîle du sud) jusquà Tauranga notre destination ( milieu de lîle du nord) nous allons parcourir 600 milles (environ 1200km) soit à peut près la distance Dunkerque Marseille que, pour mettre le même temps que nous (4 jours) une diligence tirée par de forts chevaux devrait parcourir au grand trot sans jamais sarrêter. Finalement: le bateau à voile cest rapide et confortable.
Nous espérons apercevoir la pointe de lîle Portland avant la tombée de la nuit. Les conditions ne devraient pas trop changer dici à demain matin ce qui ne veut pas forcément dire que la nuit sera tranquille…

Montée au front (froid)

Depuis hier, le temps a changé comme prévu et un gros front froid venu du sud nous propulse vers la baie de Plenty à vive allure . Les 25 nds annoncés se sont transformés en 35/40 nds soulevant une mer croisée , la houle de nord-est bien installée (le Vent de nord est soufflait depuis une dizaine de jours) rencontrant la mer levée par le vent venant du sud. Heureusement on sy attendait et nous avons anticipé son arrivée en prenant trois ris dans la grand-voile et mis la trinquette quil nous a fallu enrouler de moitié au plus fort de la nuit juste après lempannage . Pour les repas, on a fait simple, petit déjeuné tartines riz au lait préparé avant de partir, repas de midi tartines de fromage avec des graines germées, un petit cake préparé aussi au mouillage pour le goûté et pour ce soir si le temps saméliore des pâtes au fromage. Pour ceux qui se demande pourquoi, nous, dordinaire si prudent côté météo, sommes partis sachant quil allait faire mauvais, lexplication est simple: le long de la côte est des 2 îles du pays le vent dominant en cette saison est le nord-est, pour remonter vers lîle du nord cest pas lidéal vu que cest exactement dans le nez. Il y a aussi les grosses dépressions des cinquantièmes ou de la mer de Tasman qui amènent du vent très fort de sud ouest mais là il faut carrément être planqué dans un très bon abri. Et de temps en temps quand un anticyclone est assez bas il y a un frond froid qui remonte sur toute la côte en créant un flux de sud mais çà dure très peu de temps, alors si on veut pouvoir passer le cap Est dans la foulée, il faut y aller dés quil arrive quitte à se faire secouer un peu. En plus il ne fait pas chaud (14°C soit 10 de moins que dhabitude) on est bien en polaire sous notre véranda. Lavantage cest quon avance plutôt vite, trop vite en tous cas pour la pêche , les poissons vont être tranquille aujourdhui, de toute façon cétait pas un jour à taquiner le goujon . Le vent est resté fort toute la journée cest seulement vers le soir quil a molli un peu nous permettant de remplacer la trinquette par le foc. La mer aussi se range un peu, celui qui nest pas de quart dormira un peu mieux. Nous apercevons les reliefs escarpés de la pointe sud-est de lîle du nord juste avant le coucher du soleil, on devrait passer Castle point en fin de nuit.

Bye bye Akaroa

Voilà encore une page de tournée: nous quittons la baie Akaroa notre étape la plus sud pour cette année. Ce matin le beau temps était avec nous on en à profiter pour nous baigner et finir de nettoyer la coque pour être sûr qu’au prochain port un inspecteur trop pointilleux ne nous fasse pas d’histoire. Comme çà on respecte,bien la loi les salissures récoltées dans la région n’irons pas contaminer une autre région. Non mais alors! On a levé l’ancre. comme prévu après déjeuner. A 14:30 on était sorti de cette longue baie entourée de collines escarpées (en fait la caldera d’un ancien volcan). mais les 15 nds de vent de travers prévu ne sont pas là. En fait il y a pratiquement rien la prequ’île de Banks étend son dévent loin et en mer en plus, comme d’habitude, dans le coin la mer est en vrac. C’est donc aidé du moteur que nous commençons cette traversée. Mais du vent fort on devrait en avoir cette nuit. . Un front froid venu du sud devrait nous propulser. Il arrive derrière nous en amenant un temps gris et de la pluie qui est déjà sur nous.

Front froid sur Akaroa

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avions étudié hier soir la meilleure place pour mouiller l’ancre sachant que le vent de nord-est allaient tourner au sud-ouest dans la nuit. Mais malgré tout nous avons passé une nuit un peu agitée. Le vent déjà assez fort en début de nuit a tourné de 180° comme prévu à 4 heures du matin puis il est monté jusqu’à 35 nœuds soit 10 de plus que prévu. Il fallait s’assurer que l’ancre ne dérape pas après ce changement. Dans ce type de situation, nous mettons l’alarme de mouillage qui sonne dès que le bateau sort du périmètre défini et nous permet de vérifier si l’ancre tiens. Fort heureusement tout c’est bien passé et le vent est redescendu en dessous de 20 nœuds au bout d’une heure et on a pu se recoucher. Vers 7 heures, l’alarme s’est mise à sonner à nouveau. Domi ne comprenait, pas le bateau était bien toujours à la bonne place. En fait il s’agissait de l’alarme anti collision de l’AIS qui utilise la même sonnerie, elle avait été déclenchée par deux gros paquebots de croisière qui rentraient dans la baie pour y mouiller. Avec plus de 1000 passagers par bateaux c’est une vraie armée qui allait envahir le petit coin de paradis paisible qu’est Akaroa. Bien sûr il n’y avait aucun risque de collision vu que nous étions mouillés bien à l’écart au fond de la baie, Domi avait juste oublié de désactiver cette fonction très utile en mer avant de mettre l’alarme de mouillage. Une fois les paquebots mouillés, on à pu se rendormir mais peu après ils ont commencer à débarquer leur passagers dans les chaloupes qui ont à leur tour déclenché l’alarme. Comme il était 8 heures il était temps de se lever de toute façon. Le temps était gris et pluvieux sans pour autant de grosses précipitations mais juste un crachin breton avec une température descendue de 10° sur le matin, bref un avant goût d’hiver qui s’annonce. Bon ! On ne va pas encore hiberner mais on va quand même s’offrir une matinée de farniente bien au chaud à l’intérieur. Domi est sur l’ordi pour ajouter quelques trucs sur le site (voir « informations nautiques » dans la barre de menu). Au bout d’un moment, pleine de courage, je me prends un bain de mer un peu frisquet suivi d’une douche chaude. L’après midi après le repas, grand ciel bleu ! Nous allons à terre pour explorer les collines surplombant le village aussi loin que possible des hordes de touristes débarqués des paquebots. Vue magnifique sur la baie. Au retour le vent contre le courant de la marée avait levé un petit clapot et dans le canoë, on s’est un peu mouillé les fesses…

Grosses bises à tous

Anne et Domi

Akaroa, un village presque français!

 

La nuit a été parfaitement calme, nous nous sommes super bien reposés, et récompense au reveil il fait beau ! Le ciel est bleu. il y a bien quelques nuages dans le ciel mais ils vont passer à côté. Par contre pour cet après-mid, c’est baston au programme : la météo nous annonce, des rafales à 30 nds descendant de la montagne. Donc il faut en profiter pour aller à terre ce matin, cet après midi nous serons cloués au bateau pour surveiller que l’ancre ne décroche pas. Nous gonflons le canoé et allons visiter cette fameuse ville fondée par des colons Français en 1840. C’est maintenant une jolie petite ville très touristique avec des restaurants et des boutiques qui longent la mer ou il n’est pas du tout désagréable de flanner. Malgré les drapeaux bleus blancs rouges qui flottent devant l’entrée, ces magasins n’ont plus rien de Français. Nous espèrions trouver un bon boulanger français avec du bon pain comme chez nous, il faudra nous contenter d’un ciabata semi industriel acheté chez le boucher qui n’avait plus de boudin. Rentrés au bateau pour déjeuner, les trentes nœuds annoncés sont bien là, j’en profite pour mettre un peu d’ordre dans mes classements de photos et Domi pour écrire de nouveaux articles pour le site. Voilà pour aujourd’hui ! IMG_1568

 

 

Lyttelton – Akaroa

Après notre escapade en Montagne, çà ne fait pas de mal de reprendre la mer… Hier, Domi nous avait prédit une navigation cool, presque sans vent , mais Eole en a fait qu’à sa tête le bulletin de ce matin envoyé par Michel parlait de 25 nds. Sortis du port le vent est bien là et la houle du nord est croisée avec je ne sais pas quoi , genre grande lessiveuse à la sortie de la baie . Nous n’avions heureusement qu’une petite navigation de 50milles qui ont été avalés en moins de 7 heures y compris 45 minutes d’attente à la sortie du bassin du port pour laisser passer un brise glace Coréen … Finalement on a été bien secoué mais content d’aller vite. Le repas de midi a bien sûr été un peu bâclé (tartine de beurre avec du saucisson) après la montagne on a un peu de mal a retrouver notre pied marin dans se shaker. La récompense était à l’arrivée, nous avons longé une côte splendide faite de grandes falaises pleines de grottes. De petits dauphins d’une espèce que nous connaissions pas, avec un dos gris et un aileron tout rond nous ont accueilli dans l’entrée de la baie d’Akaroa . Nous sommes maintenant mouillé devant la ville (qui parait-il été fondée par des français), le calme est revenu et le soleil aussi, le cadre et superbe. Un bon mouillage ,un bon repas et une bonne nuit c’est tout ce nous demandons.

IMG_1440

IMG_1476

IMG_1545