Puerto Williams

IMG_9188

Puerto Williams, la ville et le port le plus Sud de la planète, est située sur l’île de Navarino dans le Canal de Beagle. C’est le point de départ obligé pour toutes les expéditions vers départ pour le Cap Horn, l’ Antarctique ou les canaux de Patagonie. C’est ici que se font toutes les démarches administratives et obtenir les autorisations nécessaires pour partir. Rien de très compliqué mais c’est obligatoire et les fonctionnaires et militaires en charge sont toujours aimables et accommodants. Puerto Williams est une petite ville de 2200 habitants qui survit principalement grâce à la base de la « Armada » (la marine nationale chilienne) et à son port de pêche.

IMG_9194

Il y a aussi une usine de conditionnement de centollas les fameux crabes araignées du coin. En saison (c’est à dire maintenant J) il y a les touristes, essentiellement des marcheurs et des randonneurs venu explorer les sentiers del’île Navarino un peu comme on va au Népal. Les quatre supermercados (de la taille d’une petite épicerie de quartier en France) raisonnablement achalandés. Il y a aussi un marchand de légumes et de fruits très sympa et avec un choix raisonnable qui vend ses produits dans un couloir en construction (ou en démolition c’est difficile à faire la différence). Tous ces commerces sont ravitaillés par le ferry qui vient de Punta Aréna chaque vendredi soir. Le samedi matin est donc le grand jour des courses pour tout le monde mais seulement quelques équipages de voiliers, la plupart préférant faire le détour par Ushuaia pour se réapprovisionner en produits sophistiqués. Ce ne sera pas notre cas, nous avons décidé de zapper Ushuaia pour plusieurs raisons. D’abord c’est une grosse ville qui n’a aucun attrait sinon ses supers marchés bien achalandés, (comme nous revenons des Malouines nous avons tout se qu’il nous faut à bord et ce qu’on trouve ici nous suffit) ensuite Ushuaia est en Argentine, et les formalités d’entrée et de sortie sont les plus compliquées d’Amérique du Sud. Ils ont de plus la réputation de chercher des poux dans la tête au plaisancier sur les papiers et le matériel de sécurité. En plus si on y allait, il nous faudrait de toute façon revenir en arrière jusqu’ici à Puerto Williams pour refaire les formalités d’entrée et le permis de navigation au Chili (le reste des canaux est entièrement Chilien). Donc, non merci Ushuaia et l’argentine se passeront de nous !

IMG_9194

La ville s’étend tout le long de la baie depuis le port de pêche en passant par la base de la marine et se termine par le port de plaisance en fait une petite anse bien abritée où un vieux bateau  de transport de la marine « le Micalvi » a été coulé pour servir de ponton aux bateaux de passage. Cette semaine le Micalvi affiche complet avec une vingtaine de bateau à couple. On y trouve de nombreuses nationalités mais avec tout de même une très grande majorité de bateau français dont de nombreux charters qui remonte de l’antarctique. C’est une faune étrange, très intéressante et très attachante ou se mêlent grands aventuriers et navigateurs plus modestes.

IMG_9224

Ici à Puerto Williams tous les plaisanciers se connaissent. Les plus anciens organisent des fêtes dans le Micalvi et la marine a mis à la disposition un énorme barbecue à gaz et chacun apporte sa nourriture et sa boisson. Chacun échange ses récits de voyage d’aventure et de découvertes. Un accordéon et une guitare et l’ambiance est assurée jusque tard dans la nuit. Jusqu’à il y a quelques mois, le Micalvi était géré comme un club nautique, il fallait payer sa place à couple, le bar fonctionnait comme un bar normal mais depuis quelques temps il n’y a plus d’administrateur et c’est devenu un peu l’auberge espagnole. Heureusement la marine n’a pas encore coupé ni l’eau ni l’électricité.

IMG_9277

IMG_9278

Tout de suite au dessus du village des sentiers de randonnées montent dans la montagne. Il y a un parcours de plus de cinquante kilomètres bien balisés et d’autres sentiers font le tour de l’île. Il est possible d’y faire des trekking de plusieurs jours et des espaces pour bivouaquer sont indiqués sur le plan. Il faut être en très bonne condition physique car les dénivelés sont très important et les conditions météo très changeantes et souvent très difficile (vent violent, pluie, neige). Nous avons fait les 15 premiers kilomètres sous un soleil radieux.

IMG_9366

IMG_9351

IMG_9207

Nous sommes arrivés le Jeudi 13 décembre comme nous l’avions planifié au départ des Sables (chance ou génie de la navigation à vous de choisir). Nous resterons une semaine ici et repartirons ce samedi 22 décembre ou dimanche pour commencer notre lente remontée vers Puerto Montt. Nous avons tout fait les entrées au Chili, demande du zarpe (autorisation de navigation dans les canaux), une prolongation de nos visa de deux fois 90 jours . Préparation du bateau pour passer du mode « océanique » au mode « canaux ». Téléchargement des cartes et des logiciels pour pouvoir lire les photos satellite (Merci Damien !) et nous y retrouver au mieux dans ces endroits très mal cartographiés. Nous avons embarqué 500l de gaz oil (300 litre dans le réservoir et 200 en bidons) très important car une grande partie de la distance à parcourir jusqu’à Puerto Montt se fera au moteur contre le vent et il n’y a pas de station service sur la route. Mais se sont surtout les courses qui remplissent le bateau. C’est qu’il en faut de la nourriture pour un parcourt de trois mois dans les canaux où nous ne sommes pas sûr de trouver de quoi se ravitailler.

IMG_9311

IMG_9345

IMG_9236

IMG_9225

Voilà tout et bien ficelé nous pouvons enfin partir, nous allons regretter cet endroit magique entouré de ces chaînes de montagne, nous aurons eu tous les temps de la pluie, beaucoup de vent, Pétole de la neige avec les sommets enneigés mais aussi le soleil d’été où j’ai pu ressortir mon short pour quelques heures. Sans oublier les fêtes, les moments privilégiés et les expérience échangées avec les amis Français, Chiliens, Hollandais …

IMG_9326

Nous remontons vers le nord vers les glaciers, les paysages d’une beauté sans nom nous y attendent, nous avons trois mois pour les découvrir cool…

IMG_9333

Nous pensons arriver à Puerto Montt pendant la deuxième quinzaine de Mars. D’ici là nous n’aurons sans doute pratiquement pas accès à internet. Il n’y aura donc peut-être pas beaucoup d’articles mais vous pourrez continuer à suivre nos positions et nous essaieronsIMG_9187 d’envoyer des nouvelle via twitter.

A suivre …

Anne et Domi

From Falkland to Beagles Channel

More than a month has passed since we dropped our anchor first time in Stanley habour.

IMG_8600

The entrance formalities went like a breeze : we called customs and immigration on VHF channel 12 and they ask us when it would be convenient for us to do it, they would then come down and meet us at the jetty, we settled for 11:00 AM. At 11:00 we landed at the jetty with our dinghy, 2 custom officers were waiting for us, they welcomed us warmly to Falkland, chatted politely with us about our voyage from Uruguay, gave us all the important information about the islands and Stanley including location of supermarkets and place of interest and eventually helped us to fill the entry form – quite a difference compared to South American countries officials…

Stanley, Falkland capital city is a lovely little town (about 2000 inhabitants I think). From a distance, it looks very much like a Scandinavian sea shore village with the wooden houses painted dark red white or blue but with a British touch here and there like row houses or the typical windows. But when you look closer and go inside, one realize quickly that it is definitely 100% British. First there Union Jack flags and Falkland flags (like the AUS or NZ flag but with the local banner instead of stars) all over, then there are the pubs where you can enjoy a pint of local bitter with fish and chips and the supermarket with 8 months aged Xmas pouding already on display. The Argentinian invasion was in 1982 = 36 years ago but the “victory” is still present everywhere with of course monuments and museum displays but moreover with pro British or anti Argentian slogans on the back windows of the cars (100% 4X4 80% Land Rover) and in the day to day talk of the people.

IMG_8632

Stanley is also a stop over for the cruise ships on there way to or from Antartica (3 a week during the season) Some are smaller 100 passenger type but some carry 1000 passengers. Those larger ones have to moor outside and ferry their passenger ashore wit a continuous shuttle of boats. It is also beginning to be a logistic base for the sailing charter boats usually operating from Ushuaia to Antartica. (Like Skip Novak 2 Pelagis are permanently based here). The island is served by 1 flight a week (chartered by British Ministry of Defence but open to public and used by DHL) and 1 cargo vessel a month (also chartered by MOD). It does not seems much but is fairly reliable and cherry on the cake there are no import duty and hardly any formalities. When you know that the next best place to import equipment in the region is Uruguay and you have read my previous article, you understand why the charter boats are coming here to fetch equipment they have ordered from Europe.

We stayed about a week there recovering from the 10 days passage, relaxing and resupplying our kitchen. It was 2 other French boats in port: Jean and Elisabeth on Mio Palmo and Damien, Sarah and their 2 daughters (2 and 3) on Libertaire. Mio Palmo, a specialist of cold regions with many trips to Greenland, Iceland, Norther Canada was coming from a winter in Ushuaia and Libertaire had spent most of the winter in the archipelago with a couple of trips to Ushuaia after a full season in Antarctica. No need to say that as newbies to both the region and this type of extreme sailing we were listening with the keenest interest to their stories and experiences. The evenings that week haven’t been boring for a single minute with dinners and aperitifs on board the 3 boats.

IMG_8635

In the mean time we had to shift position in the harbour several times from along side the Public Jetty to anchor a cable away to let the cruise ship small boats ferry their passenger ashore. And we also started to experience the local weather: not much rain but a lot of wind (that week average 25 knots with gust at 40 and even 50 at several occasion)

But a week ashore and we start spinning wheels (or sails :)) so on Monday 19/11 we casted off along the south coast which is not unlike the Swedish west coast with a lot of larger bays with plenty of islands and small coves. The land is quite dry and looks from a distance like covered with dry yellow grass, some islands are covered with tussak a kind of tall grass looking like yukas which grows only were the cattle hasn’t been grazing. When we went ashore we saw that the vegetation was quite diversified even where it has been grazed with lot’s of small flowers and the famous diddle dee which in th autumn produce red bays that can be used to make wine or jam. Except from the commerson Dolphin that come “bow riding” when the boat comes enters the bays , the fauna is nearly 100% avian with over 70 breeding species. Some species like the Penguins and the geeses have been slaughtered in the past and some may still be endangered but one thing is for sure they don’t fear the human beings: you can approach them quite close without scaring them away.

We did 4 moorings with 1 or 2 nights each time. We waited fair weather to hop between one anchorage to another so the sailing was very pleasant. The places we visited have colourfull names Pleasant Harbour, Pyramid Cove, AdVenture Harbour, Lion creek. They were all very nice but we were a bit frustrated at times: we could get ashore only 3 times, each time in the early evening after dropping the anchor when the wind was calm. The rest of the time we had to stay on board. The weather was sunny most of the time but the wind was blowing gale force. We were anchored as close as possible to shore which is generally about 300 or 400 m (2 cables to use the British marine units). The coast is fairly low the bottom shoal progressively with usually less than 3 m 300 m from the shore and one can’t get closer anyway because of the kelp (there are no big rocks were you can tie up your lines like in Sweden) This distance is enough to limit the fetch therefore we didn’t have to suffer from the wave but the shore being low and with no significant vegetation, it does not offer any protection from the wind (in some place, the topology may even accelerate it). Our inflatable is on the smallish side and our electrical motor maybe a bit weak against very strong winds but even if we have had a large RIB with big engine, I wouldn’t have dared to leaving the boat alone because not only the gusts are strong but also the direction is shifting all the time (usually more than 100° during the day). We have to make sure all the time that our anchor is holding well (fortunately GPS and navigation software have good features to watch this). When strong wind was forecasted, I did use 2 anchors in the following set up: 7 times the depth at high tide length of chain, our regular 30 kg Lewmar, 2,5 m of 4 X 10mm Dyneema and a Fortress 37 (aluminum flat anchor equivalent to a 37 kg steel one but weight only 10 kg). It looks like a reliable set up, we didn’t drag even when the wind shifted 100° or increased quickly to >40 knots and thanks to the low weight of the aluminum anchor it was not too difficult to get back on board even if we had to give strong push forward with the engine to get the anchors off the bottom.

IMG_8912

Unfortunately at the end of the week, after a bit of struggle to avoid areas full of kelp we caught a large amount in our keel (the shape of the bulb is probably not the best to sail in these waters), it was not easy to get read of it, a couple of 360° and backward forward eliminated most but some may have got caught in our propeller. Anyway, that or something else, when I checked the inverter oil in the evening it was like mayonnaise meaning that sea water has entered through the SDrive seals. To avoid damaging the gears (sea water is not the best lubricant and its very corrosive) we need to change the seals as soon as possible. This is not a very complicated operation but unfortunately it requires that the boat is out of the water. And that is a problem: the nearest travlift is 1000 miles away (Piriapolis/Uruguay). Among the info that the Customs and Immigration officer gave us the first day was the coordinates of the Falkland Island Yacht Club. These guys know everything about sailing in the area and can help you with a lot of things he said. Well, this was probably the time to try them out :). I sent an Email from the Iridium and got very quickly an answer back from Bob asking for the details of our boat so he could try and find a solution. The next he came back with a positive answer. We sailed back to Stanley (100 miles) overnight and soon after we arrived, Bob and his wife Janet were at the jetty waiting for us and immediately drove us to Paul from Martech who can get a crane to lift us, he just needed to get hold of the crane operator and that might take a few days. Bob and Janet took us a tour of the area followed by a cup of tea at their wonderful home (with a fantastic view over the harbour). Bob is a very experienced and well equipped radio amateur. He his currently doing the weather forecast transmission for the Golden Globe solo race.

In the mean time our on board air heater stopped working. The boat is getting quite cold at night although the temperature are not going much below 7°C while in the Patagonian Channels,we are expecting even subzero. It will be hard to resist a couple of months without any heating system. I decide to fit a heater on the engine cooling circuit. I went to the nearby hardware store, buy a standard home radiator, some meters of copper pipes and corresponding fittings and mount it on the engine cooling circuit instead of the water heater. It works quite nicely, of course only when the engine is running but from what we understood, going south to north in the Patagonian channels you have to motor quite a lot, as the channels are fairly narrow at some places and we will be going mostly against the wind.

We used the waiting time to resupplying the boat with fuel and food. Surprisingly, Falkland is a good place for that. Fuel is cheap and very good quality and the 2 large supermarkets I Stanley are well sorted with European (mostly British of course) and some Chilean foodstuff at similar prices as in Europe excepted for the fruits and vegetables which are scarce and horrendously expensive. Local meat (Beef and mutton) is excellent and very cheap. In one month we haven’t been able to find any fresh fish or sea food which is surprising given that fishing represent the largest share of the island revenue (squid, Antarctic cod and tooth fish). In the last days we finally managed to get some (deep freezed) tooth fish which is excellent. We also visited the island museum. Very interesting from its discovery in the 16th century (1592, same year as Colombus discovered america) till the 1984 war with Argentina and the more recent development of the fisheries and Antractica sceintific expeditions. On Sunday we went for a long walk along the coast till Gipsy Cove and Cape Pembroke (still quite some mine fields from the 1984 war there) and were rewarded by admiring a colony of Magellan penguins few meter from us.

At last we got news that the crane operator had been found and that he would come on Wednesday which should be the perfect day for the operation as the forecast is giving very light winds all day.

Tuesday evening, surprise: the crane arrive on the jetty and get into position to be ready to lift us in the morning. And indeed, at 8:00 AM on Wednesday 5/12, the crane is operating! It will first lift one of FIC launches that needs some repair, that’s an easy operation and the launch is quickly secured on its craddle. Ours is way more complicated. First the slings are too short, the crane guy has to drive back to is place to fetch new ones, then we take a lot of time trying to get them the right length so our boat can be lifted more or less horizontal but finally it has to be lifted leaning on her bow because otherwise the crane arm touch the mast. And cherry on the cake they realize that the crane arm is too short for listing the boat completely and place it on the jetty. The boat will remain 1,50 m above the water and the repair will done from a zodiac. A bit scary at first but we do the job quickly (we have too: the tide is coming up), I fit the new seals on the shaft and remount the sail drive. Our Reve a Deux is finally back in the water with an operational engine!

IMG_8832

In the mean time the weather is deteriorating and we had to wait until Sunday fo a suitable weather window to do the crossing till Puerto Williams. We left on Sunday morning with tail wind for few hours then we had mostly head winds right in the axis of the route forcing us to tack all the way the winf didn’t exceed 25 knots but the sea was quite rough. It calmed down on Monday evening and became quite foggy. On Tuesday morning the sky cleared up and we could spot the high peaks of La Isla de los Estados right in front of us on the horizon. The wind increased all day and we had to beat our way till Le Maire strait in 35 knots of westerly wind and chopped sea but we still believed in the weather forecast and indeed at 21:00 the wind shifted to north east and 10 knots and just at the same time the tide inverted offering us a very smooth passage of the strait with absolutely flat sea although the place in infamous for its big waves and treacherous sea. Nights under this latitudes (56° south) are very short. Sun is getting down around nine but in practice daylight subside more or less till midnight and by 3 the easter horizon is already well lighted.

IMG_9178

In the morning the sky was very clear and we could see the Cape Horn on the horizon. We will not see it closer. A lot of people are taking big risks or paying very expensive charters just to go there and take a picture while the sailors of the last centuries were were risking their life sailing around it only because it was the fastes route from the west coast of Americas to the east coast and Europe. In any case to get there you need a permit from the Chileans authorities which you need to apply for in Puerto Williams. We enter the Beagles Channel by mid day and makeslow progress against strong wind and current. In the early evening, we decide to stop at Calleta Banner (Isla Gardiner) to avoid getting in Puerto Williams in the middle of the night. The northerly wind is blowing right in the axis of the mooring we try to anchor anyway but there is too much kelp on the bottom and the anchor is not holding. It take ½ hour to remove all the kelp from the anchor and the chain. We give up the idea of mooring there. All the other possible anchorages are on the Argentinian side which we prefer to avoid and it would be dark anyway before we could reach the first one. Better to continue right away till Puerto Williams. Its dark but with the help of the radar it poses no problem at all. We drop the anchor right at the eastern end of the airfield runway at 02:00 AM on Thursday 13/12/2018. Exactly the very day we noted down as our target date for our landing in Chile before our departure from Les Sables d’Olonne in July… Perfect planning or shear luck? I leave you the choice :).

In the morning we move to tie up alongside the Micalvi. The Micalvi is an old transport ship that the Chilean Navy (Armada) has sunk in a very sheltered cove to be used as a pontoon and a club house. There are about 20 boats there. Few Chileans, a Dutch, a German, a British, a Brasilian, an Australian and many Frenchs. About half are private boats like ours cruising the world or enjoying Patagonian channels for a couple of years many are charter boats going to Antarctica. It’s a very fun place where you meet all kind of very interesting and lovable individuals from the hard skinned adventurers who have seen it all to young enthusiasts or modest retirees. All of them very kind and helpful, ready to share their experience and adventures and making the newcomers very welcome.

We will stay 10 days in Puerto Williams. This is a fantastic place for hiking with well marked tracks in the mountains, we had a great time there. It is a small town (2200 inhabitants) with only 4 supermercados supplied once a week by the ferry from Punta Arena but we could find anything we needed to complete the stuff we brought from Falklands. Therefore, no need for us to go to Ushuaia (most yachts sailing the channels are making the trip to Ushuaia to resupplying, but need to return to Puerto Williams to re-enter Chile) and be bother with the Argentinian entry and exit formalities. We spent some time turning the boat around from its oceanic configuration into a more appropriate channel configuration and downloading the charts and softwares to read the satellite images (very useful to compensate for the lack of accuracy of the official charts). We loaded 500 l of diesel (300 in the main tank and 200 in jerrycans) as according to the people who have done it before, a lot of motoring is needed to progress against wind and current in places often to narrow to tack safely . We had also a couple of memorable barbecue parties (asado)at the Micalvi and onboard neighbours’ boats.

IMG_9225

We leave Puerto Williams on 22/12 to start slowly or 3 months journey to Puerto Montt leaving behind many friends and nice memories. We will not go through many places with internet/WIFI connection on the way therefore we may not be able to post article but you can still follow our position reports and we will try to pass some news wia Tweeter. Stay tuned 🙂

Des Malouines à la terre de Feu

Départ des Malouines le samedi 8 Décembre :

Sous un ciel chargé de pluie nous repartons mais cette fois-ci nous partons vers la Patagonie. Fini les Malouines mais aussi fini les mouillages où l’on stress un peu de peur de chasser par vent fort. Le vent au départ est dans la bonne direction et nous propulse en longeant la côte. Puis c’est un changement radical et nous voilà au prés à tirer des bords. Nous sommes sous le vent des îles, heureusement, la mer est moins forte qu’au large. Un clapot inconfortable s’installe et, progressivement, au fur et à mesure que nous tournons autour des îles, le vent suit et nous empêche de faire une route directe. Nous hésitons entre le bord à terre dans un courant plus fort mais sans doute moins de mer et le bord du large et sa grosse houle mais moins de courant. Ce n’est que le lendemain en milieu de journée que nous quittons l’influence des îles et pouvons faire route directe vers la terre de feu.

IMG_9160

Nous avons 300 milles à faire. Nous avançons sous trinquette et grand-voile deux ris, c’est qu’il y a de l’air entre 25/30 nœuds de vent.

La traversée est finalement rapide. Rêve à Deux remonte bien au vent. Nous arrivons en vue de l’île des États mardi 11/12 au matin. Nous apercevons les sommets de l’île se découpant sur l’horizon alors que le brouillard à coupé au couteau qui nous accompagne depuis quelques heures se déchire. La mer est d’huile mais çà ne va pas durer. Nous longeons l’île toute la journée dans un vent qui monte à 30 nœuds toujours de face et une mer assez formée. D’après nos calculs de routage, l’heure idéale pour embouquer le détroit de Lemaire est à 21 heures. C’est le moment ou la marée va se renverser avec elle le courant qui devrait donc nous propulser dans la bonne direction et simultanément, le vent devrait basculer de l’ouest au nord est en faiblissant : des conditions idéales qui se rencontre très rarement dans cet endroit réputé pour ses passages mouvementés.

IMG_9181

Et c’est exactement ce qui se passe, le timing est parfait, la mer est plate comme un lac et le vent un zéphyr. La seule petite ombre au tableau c’est que nous sommes en mortes eaux et que le vent d’ouest à soufflé fort depuis plusieurs semaines, le flux de la marée montante n’est donc pas suffisant pour inverser totalement le courant qui restera d’ouest en est mais diminuera de 4 ou 5 nœuds à environs 1 nœud. L’île des États est grandiose et nous offre un spectacle d’une beauté à couper le souffle. J’aurai tant aimé m’y arrêter mais Dominique insiste pour avancer et ne pas manquer l’opportunité exceptionnelle de passer le détroit par mer parfaitement calme. Nous pouvons même nous préparer un bon repas chaud et le manger dans nos assiettes sans en perdre une miette. Nous avons vraiment de la chance et nous remercions Éole pour ce cadeau inespéré. Tant de récits relatant se passage difficile où les bateaux mettent toute leur énergie.

IMG_9178

Pour autant nous ne sommes pas encore dans le canal de Beagle mais un vent de travers nous y pousse gentiment. Par trois fois nous sommes obligés de faire un tour sur nous même (360°) pour nous débarrasser de kelp pris dans la quille ou le safran et nous ralentissant de plusieurs nœuds. Dans la matinée la visibilité est parfaite et nous apercevons le mythique cap Horn, qui a fait trembler pas mal de navigateurs et souffrir les matelots des grand voiliers, apparaître au loin sur l’horizon. Beaucoup de gens font le détour où affrètent des charter à pris d’or juste pour le voir de plus près ou pouvoir dire « j’ai fait le Cap Horn ». Mais ce n’est pas pour nous, nous ne sommes pas fou à ce point là… Les marins des grand voiliers qui bravait les élément déchainés pour le passer le faisait parce que c’était la route la plus rapide pour passer de la côte ouest de l’Amérique à la côte est ou à l’Europe, il ne prenait pas de risques inutiles juste pour ajouter un nom à la liste de leurs exploits. De toute façon la question ne se pose pas, même si nous voulions y aller, il faut une autorisation de la marine Chilienne et donc passer par Puerto Williams. Enfin nous rentrons dans le canal de Beagles. Nous tirons des bords sous voilure réduite pour faire avancer le bateau dans le vent qui fraichi à nouveau. En route directe au moteur se n’est pas possible, le bateau n’avance pas, il y a trop de courant contraire. Par moment le vent dépasse les trente nœuds mais la mer reste plate et trois ris dans la Gv et la trinquette à l’avant nous avançons bien. Par moment le vent tombe et nous n’avons plus assez de toile pour avancer mais quelques minute plus tard, il remonte à 25 nœuds et nous propulse à plus de 6 nœuds. Nous sommes trop tard pour arriver de jour à Puerto Williams aussi nous avons prévu de nous arrêter avant la nuit dans un petit mouillage réputée tranquille (Calleta Branner / Isla Gardiner) Nons faisons une tentative de mouillage mais le vent et mal orientées et s’engouffre en raffale puissant dans la petite baie. Mais ce n’est pas le plus gros problème : les fond sont tapissés de kelp et nous n’avons pas jetté l’ancre depuis 5 minutes que nous commençons à déraper rapidement vers le rivage (les grande algues laminaire se prennent dans l’ancre et l’empêche de pénétrer dans le sol. . Nous relevons l’ancre qui est entourée d’une tonne de kelp et ressortons nous mettre à l’abrit l’île Gradiner. Domi met bien une demi heure pour se débarrasser de ces algues à la machette et à la gaffe .Nous repartons vers port Willams où il sera plus facile pour ancrer de ; nuit. Dans le canal à cette heure de la nuit il y a paradoxalement beaucoup de trafic. A l’entée du « Paso McKinley, le dernier rétrécissement avant Puerto Williams, Nous sommes contraint de nous arrêter pour laisser passer un chalutier et un patrouilleur de la marine chilienne. Fort heureusement le règlement exige que tous le bateaux se signal par radio VHF avant de s’engager dans le passage. Nous attendrons donc à petite vitesse sur le côté du Canal que les conditions soit favorable.

IMG_9184

Il est Deux heures du mat quant nous arrivons à Puerto Willams, tout est calme mais la nuit est noire ne nous permettant pas autre chose que mouiller à côté des pêcheurs en attendant le petit jours.

écrit et relu par Anne et Domi

.

One Month Later: from Brazil to Falkland via Uruguay

We are now in Stanley, 1200 inhabitants, capital city of the Falklands. I suppose you’re all eager to learn what has happen since October 1st even if you have probably got most of it through the French articles posted by Anne.

Tuesday October 2

After our bus trip to Rio we left first thing the next morning to Ilha Grande to explored one more tropical paradise moorings and took the opportunity to do some trekking on the paths going around and through the island. These paths are quite steep at some places, the island summit is culminating at over 1000 m, and as the coast sport few vertical cliffs, it is necessary to pass inland to move forward round the island We met sporty guys who said they done the complete round the island trip in 4 to 5 days but admitted it was tough. The entire island is a nature reserve protecting the original Atlantic rain forest and its fauna. There are no roads or motor vehicles and very few constructions limited mostly to some fishermen villages and simple pousadas and restaurant.

IMG_7593

Wednesday October 4

We sailed over to Paraty on the south end of the Bay. Paraty is an old Portuguese town that was allegedly build on sea level so the spring tide can flood the streets and clean them. The old town is now only restaurants and souvenir shops surrounded by an nondescript 20th century city. There are 3 or 4 (very expensive) marinas but none is at a walking distance to the town. We stayed at Engenho which is the farthest but the most recent one and is very efficiently managed.

IMG_7698

The coast in the area is a maize of small islands and coves. After one night in Paraty we moved few miles away to Saco the Mamangua. This is a kind of narrow long fjord with mountains (or high steep hills) on both side, looking a bit like a Scottish loch with palm trees. The weather helped to make the similarity with Scotland even better : 18°C and misty. There is a very secluded fisherman village, probably one of the quietest place on earth, no road, no telephone or Internet (even no mobile coverage) and electricity only came a year ago.

IMG_7780

A taxi-boat bring Children to school in Paraty every morning and back in the afternoon. The next morning we moored close to the mangroves at the end of the fjord and went kayaking to explore the mangrove and try to find a waterfall that was indicated on our guide, we went through 3 or 4 different canals snaking through the mangrove, got bitten by thousands of mosquitoes and other exotic bugs but we couldn’t find it. Back at the boat, looking at the sketchy map on the guide, we realized that it was actually the first small channel on the left hand side when getting close to the mangrove, the one we neglected because it was looking to small and to close…(hopefully we are better at open sea navigation).

IMG_7840

Saturday October 7

Early departure from our loch in another Scottish weather day.

IMG_7898

We get out of Ilha Grande Bay through a narrow inlet between a small islet and the main land. After more than 2 weeks mostly motoring on the flat waters of the bay its good to be sailing on open sea again. We have good wind till mid afternoon but then it dies on us and we have to put the engine on again. We stop for the night at Ilha Ancieta, an old jail turned into a nature reserve. The island look beautiful, with dense rain forest and rocky peaks, the guide write about waterfall and wild life. But no exploration for us this time, the powerful ocean swell is going around the island, get reflected by the mainland and penetrate into the bay making the landing on the little beach impossible. It is also making the mooring a bit rolly but not sufficiently to disturb our sleep.

Sunday October 8 – Tuesday October 10

Weather is no better, almost no wind and drizzle. We decide to stop at Ilha Bella to wait more favorable sailing conditions. Ilha Bella is the weekend/holiday resort for Sao Paulo rich people and you can see it at the magnificent villas build on the coast. It is again a very steep island with high rocky summits. From the boat we can see number of cascades. We drop our anchor between to marinas as it is not clear is they accept visitors or not and we are not keen paying again a high price. Ashore, it is the typical tourist town with souvenir, beachwear and ladies fashion shops not unpleasant except for the busy main road going right along the coast.

IMG_7945

We even find a very well sorted Crocs’ shop where we buy a new pair each (Crocs are a very convenient footwear on a boat). There is also a schipchandler with a good choice of equipment where I found the VHF radio I was looking for at a reasonable price (ICOM DSC with integrated GPS). The old one didn’t work anymore, we needed to find a replacement before reaching Argentina and Chile where the “Armada” (Navy) is enforcing a very strict radio reporting policy. We didn’t try to visit the island further inland as in the mean time we heard that break-in and theft on board the moored boats was very frequent. After 2 days the wind forecast was good enough to try and go further south.

Wednesday October 11 – Friday October 13.

We even thought we had a weather window good enough to sail down to Rio Grande del Sur in one go (Rio Grande is the southernmost port where it is possible to do the exit formalities from Brasil). So we set sails and went off but in the middle of the night the wind was blowing 90° from our course as foretasted but a lot stronger than anticipated (30 knots instead of 20). Moreover the sea was also worse than expected with the main waves about 3 meters high right in our nose and secondary ones about 2 meters at 90° from the main ones, the whole thing with a very short period (about 6 seconds) making our progress reasonably fast but extremely uncomfortable with the boat slamming violently and the waves breaking over all the time. Through this we still had the fishing line behind and when the sea and the wind were at their worst, we saw a big fish jumping at the end of it. It was a 5 kg tuna and getting it on board was a bit messy.

IMG_7974

After 36 hours the weather remained the same and the latest forecast was suggesting no improvement for the next few days; according to the nautical guides, this type of weather combined with the rain from the few past days could make Rio Grande entrance tricky for a boat like ours. We decided to stop in Itajai. This is already 250 miles in the right direction and the same guides describe it as an easy place for doing exit formalities.

We arrived at Itajai on around 15:00 on Thursday 12/10, the entrance is easy in all weather but is fairly narrow, therefore you need to watch out if there are no container ship coming or going as they need the entire channel for themselves and their tugs.

Immediately after we were tied up at the marina, we learned that offices were already closed for the day and tomorrow was a day off meaning that we were stuck there till Monday… Never mind, we will try to make the best out of it: being on the go for a while there is a lot of cleaning and washing to do on top of the regular chores and preventive maintenance

Itajai is by no means a touristy place, it’s a fairly new city and a container port. But it is a very convenient technical stop. The marina is brand new and very well equipped with all the necessary facilities and services (travlift, dry storage, mechanics, washing and drying machines etc). The city has been founded (like most cities and towns in Santa Catarina state) by German and Dutch immigrants. They apparently brought with them their passion for order and efficiency. The city has the reputation of being one of the safest place in Brazil, to the extend that you can go out at night (to e.g. have dinner at a restaurant) and walk back home safely! They also brought their cultural traditions such as October fest, which was going on next to the marina. We spent a good relaxing time there; it had a nice family type of atmosphere, good live music from the 70’s and 80’s (like Pink Floyd or Dire Straits, the right stuff for our age :)). The beer was good but served in 33 cl reusable plastic glasses (albeit nicely decorated ). The sausages were replaced by fried seafood and the whole thing was combined with some kind of small Xmas market.

IMG_8000

We replenished our larder at a very well sorted hypermarket with a larger choice of foods than we had found so far even in Niteroy. We had to go to the local hospital for a minor issue, it was also of excellent standard (but we have no comparison with other Brasilian hospitals). The major drawback of the place if the quality of the water in the marina basin. Over the weekend, the river was flooding because of heavy rain. The water was chocolate color and carrying all kind of debris, branches and even full trees, all these was inevitably ending up in the marina basin making it very dirty to the extend that it was even worrying for the boats propellers and cooling water intake. The constant dredging to fight the silting at the harbor entrance was contributing further to turn the water even muddier.

At the marina we met Cat, an Australian lady. She owns and operate Ice Bird a superb Trintella 61 (Aluminium sailing yacht of about 20m) and organize exploration trips to South Georgia and Antartica from Ushuaia. We spent a nice evening with her on both her boat and ours. She made us dreaming about going there too… We were very tempted to join her December expedition from Ushuaia to Antarctica as there was still 2 places available but it was clearly over our budget right now. (maybe another time…)

IMG_7989

On Monday morning we did our exit formalities went very smoothly, the staff we had to deal with in all 3 administration were the most efficient we met in Brasil. Policia Federal and Capitania do Porto are short walking distance from the marina; Receita Federal (Customs) is a bit further away at the container terminal on the other side of the river. By Lunch time, our exit formalities completed, we were officially out of the country. Now we had to go to Uruguay non stop.

We left Itajai in the late afternoon with a gentle wind, it stopped raining 🙂 and the sky cleared. The wind had also shifted to the north making our going much easier. It increased all night to reach 27 knots in the morning. There was many fishing boats trawling right on our route forcing us to do be very alert during our watch and do frequent course adjustments and few jibes to avoid getting in their way (in open sea, sailing boats have the priority over other vessels except for fishing boats when they fish and of course tugs towing, dredges in operation and the like). In one of these jibes we damaged the main sail, the third reef was not properly set and the pad eye was torn away. The damage was not too bad and Anne will be able to fix it (thanks to her old sail maker experience) once we are in a quite mooring. But in the mean time, the tear could propagate further forcing us to take it down and continue under jib alone which was not an issue given the wind. But on the 4th day, the wind went down to less than 10 knots still from the back forcing us to seek some support from our engine. By then it was quite foggy and still many fishing boats, fortunately the larger ocean going type made of good steel and thus well visible on the radar (unlike the coastal wooden ones which you can’t detect farther than 0,5 miles). The other good thing about these big offshore trawlers is that they normally have AIS on or rather they switch it on when they see there is commercial traffic around presumably to hide from their colleague the rest of the time.

IMG_8076

On Friday we were sailing along the Uruguayan coast in fairly heavy commercial traffic. The VHF radio bought in Ilha Bella worked nicely and was very use full to communicate with the cargo ships and clarify their intentions. Interestingly, it seems that most ships regardless of their flag employ Indian radio operators which is a very good thing because they speak perfect English.

By 11:00 AM, the next morning we reached Isla Lobos, a small rocky island just offshore punta Del Este. Lobos is famous for its light house: the highest in south America and for its colony of sea lions, the largest of the region.

And indeed the whole island shores are crowded with sea lions of all size, we tried to get as close as we could but the sea was too rough to drop anchor even for a short while so we just enjoy the scenery for an hour. The presence of these animals (and the temperature of the water: 17°C) confirms that the 30° parallel (AKA Tropic of Capricorn) that we left behind us 2 days ago is not just a line on the map: we are not under the tropics anymore, no more warm waters and coconuts. The presence of such a large number of seals (or sea lions I can’t tell the difference) suggests also a great abundance of fish. And indeed, as soon as we left the island, Anne put a line in the water and immediately caught 4 fishes good portion size. Enough for lunch and dinner. By then we had reached Piriapolis and as usual, it’s Saturday so all administrations are closed for the weekend except for the Prefectura (the Coast Guards whose main role here is monitoring and recording the ship movements). Which is not an issue because the main reason we stop here is to wait for our hydro generator that should now be repaired by the manufacturer in France (remember: the one we sent from Rio’s post office)

Piriapolis is a rather pleasant, small sea side resort. It’s a place where nothing can happen and there is nothing to see either (except from the beach and the ramblas). Everybody , adults, young, old teenagers or pensioners, is drinking Maté everywhere. It’s a kind of local tea (hierba maté) that people drink very concentrated in a special insulated glass with a silver filtrating straw. The maté drinker always has a thermos flask under his arm to refill the glass with hot water. People congregate along the ramblas in small groups and spend the evening chatting while the glass of maté and the silver straw going around.

IMG_8305

On Sunday we repaired the main sail and I changed the reefing lines and modified the padeyes they go through on the boom because it was too much chaffing which was damaging the lines.

On Monday we called the hydro generator manufacturer to check the repair status. It was ready and should be shipped later during the week. We took the opportunity to be stuck in port to do the engine oil and filter change and I dived under the boat to check the hull cleanliness. Some short brown algae were growing making like a greasy film on most of the surface but no shells or green stuff that can alter the boat speed. So far we are very satisfied by our Copper Coat (epoxy loaded with copper metal powder), we sailed over 6000 miles in 4 months mostly in warm tropical waters, a traditional anti-fouling would have been already in quite a bad shape.

On Tuesday, we got confirmation from FEDEX that our hydro generator was shipped from La Rochelle and should be delivered on Friday. We didn’t believe much in the delivery date, but at least we could plan for the rest of the week. So, we rented a small car and went for 2 days in land to see the country side and the gauchos. We enjoyed it very much! We had no clue as to what expect. We had seen TV broadcast about the Argentinian Pampa but Uruguay looks quite different. First it is very green and it’s not flat at all. It is a blend of grassland valleys where the cows and horses graze apparently freely, rocky hills and eucalyptus forests. Some of the hills are quite steep and small rivers are cascading in deep gorges between the rocks.

Villages looks like from 2 centuries ago, the horses are still there, there are few cars and many are from the 60’s. And yes the gauchos are there with horses and hats:). People everywhere are extremely nice and kind

IMG_8364

On Friday, we are back in Piriapolis, to learn from FEDEX web tracking that our parcel will not arrive today, it is still in transit somewhere between Memphis (Tenesee) and Campina (Brasil). Never mind there is still quite a lot of work to do on board to get ready for the “deep south”, the weekend will not be wasted.

On Monday, the Fedex delivery guy call in right after lunch and hand us the shipping documents of the generator explaining that this is all for them, our generator is at Montevideo airport in a bonded warehouse, we have to arrange by ourselves for the clearance and delivery. We call a custom broker who can help us with the formalities. We rent a car and first thing next morning we are at the airport. Because this is an item that was send to the manufacturer for warranty repairs, the documents indicate only the value of the repair and the broker (very supportive and helpful) is not sure about hos the Customs will want to handle it. She ask us to come back in the late afternoon.

We take the opportunity to visit Montevideo which is a large city but with a quite small (yet very pleasant) centre.

IMG_8450

Back at the broker by 17:00 we learn that our parcel don’t qualify for the simplified release. It will have to go through a full clearance procedure which will cost us 350 USD… we will most likely get it tomorrow by mid day.

Tuesday 14:00 we are back at the airport (80 km from Piriapolis) and after 90′ wait we finally get our parcel. Well actually not quite, we get a custom sealed bag with our parcel inside. We are to drive back immediately to Piriapolis, without stopping anywhere, bring the parcel on board where a custom agent (coming especially from Montevideo) will come and remove the electronic seal. When we get there the lady from the customs is already waiting for us and we can at last get our generator and fit it back. South American countries administrations and civil service is really a nightmare!

IMG_8455

Unfortunately in the mean time the weather forecast are not good, fairly strong wind from S-SW for a few days. Next opportunity to go will be Friday. In the mean time we had met Guy an other French sailor completing a very long round the world trip. His last stop was the Falklands and he enjoyed it very much (we also heard the same from Cat whom we met in Itajai and from Robert and Armelle earlier on at Ilha Grande). He even let us have his guide of the island. We are convinced! Our way to Tierra de Fuego will pass by the Falklands, it’s like we have always wanted to go there. But it’s not that simple. Argentina is imposing strict restrictions on travel to the Falkland (even though they lost the 1982 war, they still claim it’s theirs) and if later on we want to go to Ushuaia we might be in great trouble. No problem Arnaud, another Frenchman who operate Paradize, another charter boat from Ushuaia to Antartica recommend us to his agent who will arrange the permit for us. We will get there while we will be already in the Falkland but that should work.

On Friday November 2.

The wind has shifted as foretasted and we can finally leave. We have done all the clearance formalities the day before so we can have and early 9:00 start :). A good NW wind push us fast across the Rio de la Plata and along the Argentinian coast until offshore Mar Del Plata. The forecast are indicating an area of very strong wind (up to 55 knots) for the next few days in the south. We will try to avoid it by going around staying close (20 to 30 miles) to the Argentinian coast at least until Valdes peninsula. We will have to sail 1200 miles instead of 1000 but it will be much safer.

IMG_8462

For time being the wind is rather light and the days are still warm and sunny which we enjoy a lot because we know that warm weather will be over very soon as we continue to make progress south toward the 40th and 50th degrees of latitude and it will be several month to wait before we can enjoy it again.

On Sunday evening offshore Quequen we got caught by a mega thunder storm. We saw the high potential area on the grib but it was well on shore so we though that 50 miles from the shore we were clear. But now, we can’t avoid it, there are lightning all over the horizon, fortunately not too close to us. The wind dies almost completely to suddenly rise violently from the opposite direction and increase to 30 knots. Quick sails reduction and we glide at up to 14 knots in the night surrounded by incredible fireworks, even the sea is fluorescent (probably due to high plancton concentration). Fortunately it last only few hours and the early morning offers us again light wind and perfect blue sky.

By Tuesday 6/11

we are offshore Valdes Peninsula, wind is still moderate but we know that, before the night, we shall meet some small part of the big storm we are trying to avoid therefore we take the opportunity to get ready for it. We check that everything on deck and below is properly tighed up, the main sail is taken down and secured on the boom. We will continue with the jib only. It will be replaced later on, as the wind, increases by the stay sail. This way we are not reaching record speeds but still making good progress in reasonable comfort and good safety. We are not anymore racing few miles from the coast in Brittany, we are traveling with our home in the roaring forties. The day and the night will go very smoothly, we could even continue to cook proper meals and sleep peacefully by slot of 3 hours each. The wind eventually picked up but not exceed 35 knots in the gusts for an average of 27 knots proving the the chosen route was right.

IMG_8538

Next morning it was over and we could alter our course to go straight line to Falkland. By night as we were negotiating our way around a small through with stronger SW wind, we saw a large fishing fleet appearing on the AIS some 40 miles ahead. Our course was getting us to pass well clear of them by their north. But as we got closer, they started to move from everywhere at over 8 knots with seemingly the single aim of interfering with our course. Nobody slept that night, we spent our night tacking and trimming to try and avoid them in a shifty wind blowing stronger and stronger. By the first morning light it was over (and the wind calmed down). By then it looked like they re-assembled again in the same spot as we saw them first. Did they do that deliberately to scare us out of their fishing ground. In the process we lost some 20 miles on the route and moreover, we missed the wind train that should have got us fast across the high pressure area that was now extending between us and our target. This made us expect a long and slow crossing of the high but after motoring few hours we caught some gentle wind that got us across. The weather was getting much colder (14°C during the day 7°C at night) than the previous days, but thanks the the high pressure we could enjoy very clear sky with plenty of stars at night and during the day, the sun was warming us up nicely in our protected dog house. We were really enjoying ourselves alone in the middle of the southern ocean.

For the last 36 hours of the journey, we had stronger winds (20 to 30 knots) from the back. We sailed under our famous retiree rig (no main, jib and stay sail in butterfly). 100 miles from Stanley (Falklands capital and sole port of entry) the weather became colder and foggy .

At 2:00 AM on Tuesday 13/11

We crossed the so called reporting line and called Stanley Port Control on the VHF. By 4:00 AM as the fist daylight was trying to wash away the darkness of the night, we were finally in our bed, safely anchored in Stanley harbour. 10 days and 19 hours for 1000 miles straight line (1300 miles actually sailed) is by all mean rather slow, but we made it safely and very enjoyable.

To be continued….

Aux Malouines (2)

Lundi 19 Novembre :

Déjà une semaine que nous sommes à terre à explorer les bienfaits de la civilisation britannique et de la convivialité nautique française. Il commence à être temps de repartir si on ne veut pas prendre racine. Domi a bien étudié les cartes, il a envoyé un E mail pour demander la permission pour aller à Port Pleasant (Au Falkland, toute les terres et les bord de mer attenants appartiennent à des propriétaires – en général les éleveurs eux même et il faut leur demander la permission pour mouiller dans leur criques et descendre à terre). Le départ de Stanley ne peut pas se faire avant 11 heures le matin, normalement le vent devait se calmer. Nous avons toujours 25 nœuds de vent et Domi commence à bouillir. Il faut être patient et savoir prendre son temps mais cela fait déjà une semaine que nous sommes là. Enfin on se lance et nous voilà dans le chenal qui mène vers la pleine mer. Nous sommes sous trinquette et nous avançons à 8 nœuds. C’est super de se retrouver sur l’eau, il fait un temps splendide. Toute l’après midi on n’arrête pas de jouer avec les voiles pour faire avancer au maximum Rêve à Deux.

En fin d’après midi nous arrivons devant la rivière et remontons avec le courant.

IMG_8787

Autour de nous deux Dauphins Commerçons s’amusent avec le bateau. Demain un coup de vent est annoncé. Nous devons mouiller avec deux ancres l’une derrière l’autre dans 4 mètres d’eau. La première ancre est une ancre plate, elle est en aluminium léger, elle ne pèse que 10 kilos mais elle est prévu pour des bateaux de 15/17 mètres. La deuxième ancre est notre ancre principale (Lewmar Delta de 30 kg) habituellement à poste

Mardi 20 Novembre :

Nous avons superbement bien dormi, le bateau n’a pas bougé. Le vent dehors souffle fort et accélère à plus de 45 nœuds dans le lit de la rivière nous empêchant de quitter le bord. Heureusement il fait très beau et la véranda nous réchauffe l’interrieur. Le chauffage ne fonctionne plus et Domi ne sait pas le réparer. L’éolienne produit tout notre besoin d’électricité tant le vent est fort. Nous pouvons même faire chauffer de l’eau pour faire notre toilette et se laver les cheveux. Nous profitons de ce répit pour étudier les cartes et les guides pour choisir nos mouillages pour les prochains jours, et mettre à jour tout nos courriers en retard. La journée passe sans que nous nous en apercevions.

IMG_8801

 

Mercredi 21 Novembre :

 

Le vent est encore fort ce matin. La météo nous annonce un temps calme à partir de midi. A 10 heure le vent commence à mollir aussi on prépare le bateau pour partir. Il est 10 h 30 quant nous remontons les deux ancres, on est content tout se passe comme sur des roulettes et l’une après l’autre décroche sans difficulté. Nous voilà dans la rivière poussé par le courant au moteur et nous laissons défiler la rive doucement en appréciant ce paysage qui est unique à ces îles. Notre destination est Pyramide Cove dans la partie sud ouest du Choiseul Sound. Il y a une trentaine de miles, juste ce qu’il faut pour pour une petite navigation de la journée. Nous voulons arriver tôt pour bien profiter du paysage et surtout arriver avant la nuit. Des dauphins nous accompagnent vers le mouillage. Sitôt l’ancre mouillée et son bon accrochage vérifié nous sautons dans l’annexe pour profiter du temps calme et marcher un peu à terre.

IMG_8793

 

Pyramide est un très joli mouillage bien protégé dans une crique fermée par un magnifique îlot couvert de tussac (herbe très haute endémique aux Malouines mais qui malheureusement ne repousse plus là ou elle a été mangée par les moutons, et laisse la place au diddle dee un genre de bruyère donnant en fin d’été de petites baies rouges avec lequel il est possible de faire de la confiture et du sirop).

IMG_8654

IMG_8920

Tom Watson Cove (Nord de Adventure Harbour)

Nous débarquons sur la grève à l’embouchure d’une petite rivière (Pyramide creek) ou d’après le guide il devrait il y a avoir des mulets mais cette fois ci, nous ne sommes pas venus pour pêcher. Il y plein d’oiseaux notamment des huitriers des canards vapeur (ainsi appelés parce qu’il n’ont pas d’ailes) et d’autre petits échassiers. Il nous regardent et continuent à vaquer à leur occupation et se laissent approcher à quelques mètres sans s’inquiéter le moins du monde de notre présence. Le sol est mou, non pas gorgé d’eau, mais plutôt souple : c’est de la tourbe. Une multitude de plantes colorées (Tall Fern et Diddle-dee) tapissent le sol. De plus hautes herbes sèches recouvrent le tout donnant l’impression de loin que tout est sec. Mais non !

IMG_8922

Après une petite heure passée à terre, retour au bateau. Nous avons un peu froid Domi n’est pas assez couvert et moi, la prochaine fois, je mettrai des bottes adaptées pour descendre à terre.

IMG_8809

 

Jeudi 22 Novembre :

Après une nuit calme sans le moindre souffle de vent, nous nous levons bien reposés et prêt à repartir pour un autre mouillage. Après la manœuvre de remontage de l’ancre, je fais très attention de ne pas me mettre dans le kelp (les grandes algues laminaires qui remontent jusqu’à la surface entourant les îles. Elles sont à la fois la terreur du marin mais aussi sa meilleure amie car elles indiquent clairement la présence de récifs immergés et protègent les mouillages des vagues du large.

IMG_8540

IMG_8933

Toute la journée nous naviguons d’îles en îles prenant des photos et admirant le paysage, il fait très beau et à l’abri du vent le soleil chauffe. Nous apercevons une colonie de cormorans impériaux et de temps en temps un petit groupe de pingouins de Magellan à la surface de l’eau. Un groupe de Dauphins Commençons nous accompagnent un bon bout de chemin. Nous parcourons 35 mille en tout dans la journée et nous voilà dans un très bon mouillage, URSHIN Bay, (TomWatson Creek dans Adventure Sound) bien protégé en vue d’un coup de vent le lendemain. Mais ce soir c’est encore calme et nous sommes assez tôt pour descendre à terre nous dégourdir les jambes.

IMG_8912

IMG_8940

Derrière la grève il y a une très belle lagune (en fait un étang d’eau douce) ou nous rencontrons toute une famille de canards vapeur (Falkland steamer duck), père mère et cinq canetons. On les croirait en plastique, trop drôle. Mais le vent commence à se lever il est temps de regagner notre bord.

IMG_8864

Lorsque le soleil se couche, il est immédiatement remplacé par la lune qui est pleine ce soir. Elle paraît énorme quand elle monte sur l’horizon. Elle éclaire toute la baie.

IMG_8924

Vendredi 23 novembre :

 

Après Minuit le vent souffle fort et toute la nuit on se lève à tour de rôle pour vérifier si tout se passe bien au niveau des ancres et si le bateau ne chasse pas. L’alarme se met à sonner mais ce n’est qu’une fausse alerte, elle a été mise mais sur un rayon très réduit à marée haute, et nous sommes à marée basse nous évitons donc sur un rayon un peu plus grand mais l’ancre n’a pas bougé. On se rendort rassurés jusqu’à tard dans la matinée. Les prévisions ne prévoyant pas d’accalmie avant le lendemain, nous sommes bloqués là, mais ce n’est pas grave il faut programmer la suite du voyage et se n’est pas simple dans ses îles. Il faut envoyer des E mail pour demander des autorisations de mouillage aux propriétaires qui nous répondent dans la journée. Domi remplace une bosse de ris qui s’use trop vite, il va falloir être attentif pour trouver la cause de ce ragage. La journée se termine après un beau couché de soleil, ce soir il ne fait bon : 15°.

IMG_8885

Samedi 24 novembre :

On est toujours content quant on peut reprendre la mer même si c’est pour la journée et que l’on sait que le lendemain c’est de nouveau baston pour deux jours. Le temps ici est plutôt au beau avec des ciels bleus aciers. Rien quant regardant le ciel on voit qu’ici il ne fait pas chaud. J’ai l’impression de retrouver les ciels Nordiques qu’on a tant aimé quand nous habitions en Suède. Je profite du soleil et de la mer calme pour faire une sieste. Il faut vraiment profiter de ses moments calmes.

L’arrivée au mouillage est prévue assez tôt. Le choix est fixé sur Swan Cove une petite crique paraît-il très bien abritée à l’entrée de la Bay of Harbours. Lorsque nous arrivons nous découvrons une charmante petite baie bien abritée mais entièrement envahi par du kelp. Nous louvoyons pour éviter les zones les plus denses. Mais l’espace restant est vraiment trop petit pour nous et sur ce rivage bas, sans aucun arbre ni rocher, nous n’osons pas nous amarrer à terre. Nous faisons demi-tour et allons tenter notre chance à North Arm ou il y aurait un bon mouillage devant le village.

 

IMG_9017

L’entrée est barrée par une grande zone de kelp. Mais d’après le guide et la carte, on peur l’éviter en rasant la côte est de la baie et en effet on voit un passage plus clair apparement sans kelp. Nous y engageons mais après quelques minutes, le bateau n’avance plus. Nous avons du kelp plein la quille. Il faut dire que notre bulbe en T est particulièrement bien adapté au ramassage d’objets semi immergés. Cette fois ci nous en avons des tonnes. Quand nous essayons de faire marche arrière nous voyons cette masse énorme de long rubans enchevêtrés (elles peuvent atteindre 20 mètres de long) qui nous suit sous la coque. Nous bataillons de droite de gauche pour essayer de les retirer avec la gaffe. Fort heureusement le vent nous pousse vers la sortie de la baie et nous arrivons facilement en eaux libres. Mais le safran ne répond pas normalement, ni d’ailleur la barre qui vibre énormément. Domi va voir l’inverseur (la boite de vitesse du moteur) et revient en pétard il y a de la mayonnaise : l’eau de mer est entrée dans l’inverseur par l’arbre d’hélice quand l’hélice a forcé en prenant le kelp. C’est très embêtant car on ne peut pas continuer très longtemps (risque d’endommager irrémédiablement l’inverseur) ni réparer en mer. En attendant nous n’avançons toujours pas, nous avons encore du kelpt dans la quille, un 360° s’impose et effectivement après 2 tours complets, une grosse touffe se détache. Nous arrivons finalement dans un troisième mouillage (Lions’ Cove). Il est un peu moins bien protégé que les deux autres mais çà ira pour aujourd’hui. Nous mouillons dans 4 mètres d’eau.

IMG_8999

Il n’y a plus de vent et à terre des pingouins nous regardent. Bon on est venu pour eux, même si le soleil ne va pas tarder à disparaître, nous mettons le zodiac à l’eau et allons les voir. Ils sont là sur la grève, de loin on dirait un groupe d’hommes qui papotent tranquillement, nous ramons doucement et nous approchons à quelques mètres. Ils nous ignorent complètement nous sommes pourtant bien visible dans nos cirés jaunes et rouge et notre annexe recouverte de tissus jaune fluo, c’est un moment inoubliable. Ce sera notre consolation après les problèmes de kelp. Nous sommes inquiets quand à la suite de notre voyage. On ne peut pas continuer sans moteur et pour réparer il faut mettre au le bateau hors de l’eau. Nous sommes donc un peu retournés mais çà ne nous coupe pas l’appétit. Après une bonne platée de raviolis et une petite crème dessert nous nous blottissons sous notre couette en attendant le vent qui va monter dans la nuit.

IMG_8985

Dimanche 25 novembre :

On est pas pressé de se lever, le soleil est debout depuis 4 heure du mat mais nous faignantons jusqu’à 8 h30 de toutes façon nous sommes bloqué là. L’éolienne produisant à plein, j’en profite pour me laver la tête et pour faire une grande toilette avec de l’eau chauffée par l’éolienne. Domi aussi se rase et passe son temps à envoyer des E mails pour essayer de régler le problème d’inverseur. Où le faire ? Là est la question ? Il y a peu de ports dans la région qui ont la posibilité de sortir les bateaux comme le notre de l’eau. Le travelift le plus proche est en Uruguay mais si on retourne là bas on sera sans doute trop tard pour redescendre en Patagonie à temps pour remonter les canaux. Il essaye donc de trouver une solution sur place ici au Falkland. Pour çà, il a contacter Bob, le responsable du Falkland Islands Yach Club. C’est le douanier qui lui avait donné ses coordonnées le premier jour en lui disant «si tu as besoin de conseil à propos de la voile dans l’archipel c’est l’homme à contacter ». En attendant il change l’huile et la remplace par de la propre pour éviter que l’inverseur ne commence à rouiller de l’intérieur . De mon côté je l’aide quand il a besoin mais j’ai aussi du nettoyage à faire, il faut être très attentif au moindre recoin et repérer les moisissures qui se développeraient.

IMG_8884

De temps en temps nous montons dans la véranda et prenons les jumelles pour observer les pingouins et leur voisines les oies (avec les quelles ils semblent avoir de bons rapport de voisinage), c’est notre plaisir et on échange nos observations.

 

Lundi 26 novembre :

Ce matin, nous avons des nouvelles de Bob à Stanley. Il a une solution pour nous, il a trouvé quelqu’un qui peut lever le bateau avec une grue. Dés notre retour il viendra nous chercher au ponton pour nous emmener voir la personne qui s’occupe de ça. L’espoir renait. On aimerait bien partir au plus vite afin de profiter du vent portant jusqu’à Stanley mais il faut attendre un peu que le vent se calme. Il est finalement quatre heures de l’après midi quand nous pouvons enfin nous mettre en route. Le relevage des deux ancres n’a pas été facile, il y avait plein de kelp dans la chaîne. Heureusement Domi avait confectionné une super gaffe avec une branche d’eucalyptus bien droite trouvée en Uruguay et un crochet en inox pour lui permettre de retirer les algues plus facilement. Le mouillage était très bien orienté ce qui nous a permis de nous laisser gentille ment dériver le temps de tout bien ranger sans utiliser le moteur. Toute la nuit nous avons un bon vent au début nous avions que la trinquette mais petit à petit le vent c’est calmé et nous avons envoyé la grand-voile et changé la trinquette pour le foc . Superbe navigation sans stress ni moteur, un ciel clair avec de la lune pour nous éclairer.

IMG_8999

 

Mardi 27 novembre :

 

Nous arrivons dans la passe de Stanley en même temps que deux petits paquebots transportant chacun une centaine de passagers. Quand on pense que leur étape suivante est le continent antarctique ou il y a encore quelques année seul des explorateurs téméraires venaient s’y frotter…

Nous sommes toujours à la voile et tirons des bords jusqu’au mouillage. Enfin il est 7h 30 quant l’ancre touche le fond. Comme d’habitude ici il y a plus de vent dans le port qu’en mer (35 nœuds avec des rafales à 40 ce matin contre 25 à l’extérieur) et ce n’est qu’à 2h de l’après midi que nous n’arrivons à débarquer. Bob et Janette nous attendent pour aller voir Paul de Martech qui se chargera de l’opération. Mais le grutier est très difficile à joindre il faudra être patient. On nous préviendra. En attendant il est possible de nous mettre à quai. Ce que l’on fait le soir même. Janette et Bob nous emmène en voiture faire un tour autour de Stanley et nous invite à prendre le thé chez eux. Bob est un radio amateur chevronné. Il communique avec des bateaux dans le monde entier notamment les coureurs Golden Globe, la course autour du monde en solitaire à l’ancienne pour qui il assure la couverture météo. Nous passons une bonne après midi en leur compagnie.

IMG_9017

Mercredi 28 novembre :

Nous profitons de cet arrêt pour refaire les provisions dans le grand supermarché en haut de la ville comme nous sommes sur un bateau nous profitons de la remise de 10% sur la facture et de la livraison gratuite l’après-midi même. Cela nous fait faire une bonne ballade le long de la mer pour le retour. En soirée nous allons à la piscine, l’eau y est chaude et il y a un sauna que nous apprécions.

Retour au bateau, prenons un bon repas et nous tombons d’épuisement dans notre couchette.

IMG_9042

Jeudi 29 novembre :

Nous attendons le camion de gaz oil que nous avions commander la veille, Il nous apporte 160 litres que nous répartissons entre le réservoir et les jerrycans, nous en avons récupéré trois chez le vendeur de 4/4 et un ici dans l’atelier sur le quai où nous sommes (East Jetty). Ici on trouve un peu tout il suffit de chercher de demander à droite à gauche et les gens sont prêt à te dépanner. Tout le monde se connaît et tous sont nés dans l’île ? Après avoir tout bien nettoyé nous partons déjeuner au restaurant où le fish and chips est excellent et où ils passent du très bon rock and roll. Retour au bateau il pleut, presque de la neige. On se calfeutre à l’intérieur pour passer une après midi tranquille.

IMG_8632

Vendredi 30 novembre :

Temps pourri de chez pourri ! il pleut il fait froid. Domi essaye en vain de réparer le chauffage, Jason, qui gère la East Jetty et ses deux launches (vedettes de servitude) a trouvé dans son fourbi indescriptible une pièce qui aurait pu le faire démarrer mais non il ne veut rien savoir …

 

Samedi 1 décembre :

Nous nous levons avec la pluie, cela nous donne pas envie de sortir de la couette et pourtant il faut bien. Heureusement dans la matinée le temps s’améliore et le soleil réapparaît pour le déjeuner. Nous pouvons même manger dans la véranda où nous avons bien chaud. L’après midi nous allons chercher des légumes au «garden  center ». C’est assez loin tout au bout de Stanley et cela nous fait une bonne ballade. Il n’y a pas de vent mais toujours pas de grue, il ne travaille pas le week-end. Nous avons la visite de Bob et de Janette qui nous donne des nouvelles de la course de la Golden Globe. Jean Luc Vandenheed caracole toujours en tête à la latitude de l’Uruguay malgré ses ennuis d’étais, le deuxième vient de passer le cap Horn avec une très forte mer (13 m).

IMG_9040

Dimanche 2 décembre :

Nous nous préparons pour aller en excursion jusqu’à Gipsy Cove et et les plages de Cape Penbroke voir une colonie de pingouins Magellans. Une ballade de cinq heures, le temps est beau mais il y a beaucoup de vent. Après nous être assuré que les amarres du bateau sont bien, nous partons vers le sud du côté de l’aéroport. Une colonie est bien là sur la plage de York Bay (Gipsy Cove). Ce sont des pingouins de magellan ils nichent dans des terriers qu’Ils ont creusé sous les touffes d’herbe (tussoc) sur les flancs d’Ordnance Point juste la ou nous sommes. Il y en à plein autour de nous, couvant dans leur terriers, ou faisant leur toilette entre deux touffe de tussoc ou encore se dandinants en patrouille de trois ou quatre. C’est super ! Nous sommes aux anges. Nous continuons jusqu’à Surf bay une superbe baie ouverte sur le large ou le sable est très blanc et très fin. Les rouleaux sur la plage sont magiques et la couleur de l’eau est bleu turquoise. Cela donne envie de se baigner mais elle est à 9°. C’est quant même pas chaud surtout que nous avons beaucoup de vent et que la température extérieure n’est que 10°. Cela fait cinq heures que nous marchons et pour rentrer au bateau il nous faudrait encore une bonne heure et demie face au vent qui souffle maintenant en rafale. Une conductrice qui était venue promener son chien sur la plage accepte for aimablement de nous ramener en ville. Il est déjà 14 heures quand elle nous dépose et nous avons une faim de loup. Après le repas nous restons sage, le vent souffle et le bateau bouge énormément le temps se couvre. On se calfeutre en passant une soirée écritures .

 

Lundi 3 décembre :

Nous en avons encore pour toute la journée de ce vent fort et nous sommes ballottés. Domi va à la quincaillerie du coin et ramène un petit radiateur de chauffage central qu’il compte monter sur le circuit de refroidissement. Pour ne pas fatiguer le moteur il utilise le circuit existant à la place du chauffe eau. Nous chaufferons l’eau quant nous en aurons besoin pour la toilette ou la vaisselle au « rice cooker ». Il l’installe dans la salle de bain afin de pouvoir sécher nos affaires mouillées en cas de besoin. Il chauffera seulement quand nous serons au moteur mais au moins dans les canaux on aura chaud quelques heures par jour. La journée est bien occupée et nous ne voyons pas le temps passer.

 

Mardi 4 décembre :

Journée de préparation, demain nous mettons le bateau hors de l’eau . Lorsque tout est prêt , nous allons nous détendre et visiter le musée sur l’histoire des îles . Nous ne sommes pas déçu et nous passons une agréable après-midi. En revenant nous apercevons la grue sur le terre plein . Domi se presse pensant que nous avons loupé quelque chose . Non tout se prépare pour le mercredi matin .

 

Mercredi 5 décembre :

 

L’une des vedettes de Jason est remontée la première et nous passons tout de suite après. Mais la largeur et la forme du bateau rendent les choses difficile au grutier qui n’a pas gruté de bateaux depuis longtemps (la dernière fois c’était pourtant un VOR 65 pendant la Volvo Océan Race) Après avoir changé les chaînes de la grue trois fois, le bateau est enfin soulevé mais en biais à 20° sur son étrave. Le bras de la grue n’est pas suffisamment grand pour monter le bateau sur le quai. Il faudra travailler sous le bateau. Jason nous prête un zodiac plus gros que le notre et Paul deux de ses gars pour aider Domi. Et en effet ils ne sont pas trop de 3 pour maintenir l’embarcation en position démonter la pièce et tenir les outils. Lors du démontage on s’aperçoit que l’hélice était desserrée ce qui occasionnait sans doute les vibrations (que nous ressentions à certain régimes depuis un moment) et est probablement à l’origine de l’usure des joints spi.. Il est trois heure de l’après midi quant tout est fini et que le bateau est enfin remis à l’eau. Il était temps la marée avait bien remontée et le vent qui était resté calme jusque là commençait à se lever.

J’étais soulagée de penser que plus personne était sous le bateau alors qu ‘il était suspendu dans le vide. Ce soir nous dormons d’un sommeil de juste et nous reposons enfin rassurés. Nous pourrons repartir et continuer notre voyage sans avoir besoin de remonter en Uruguay.

IMG_9054

IMG_9085

IMG_9066

IMG_9063

Ecrit par Anne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux Malouines

Petit topo sur les Malouines :

Les Malouines appelées The Falkland Islands, par les Anglais où Malvinas par les Argentins sont à 300 milles nautique du continent Sud Américain. Elles sont constituées de deux grandes îles principales, Est et Ouest ainsi que d’une multitudes de plus petites îles de l’ouest et à l’est des îlots et rochers. Qui a découvert vraiment les îles reste un mystère ? Il est possible qu’un groupe d’indien de Patagonie est dérivé jusqu’aux îles poussé par les vents, des outils ont été découverts près de la côtes. Ensuite dans les archives de Paris on retrouve deux cartes mentionnant l’emplacement des îles datant du 16 éme siècle. A la même époque que la découverte de l’Amérique en1592 John Davis aurait dérivé lors d’une tempête sur ce groupe d’îles sans y accoster. Il a été suivi par le capitaine John Strong le 27 janvier 1690 qui surnomma Falkland du nom de Lord Falkland le commanditaire de l’expédition. Le nom des Malouines a été donné par des marins de St Malo qui faisaient le commence avec le Chili. Le nom a été repris par les cartographes et les Espagnols les appellent îles Malvinas. Il y a actuellement 2000 habitants.

Le seul mammifère terrestre qui se trouvait sur l’île était un renard (The warrah fox)il a été exterminé par les fermiers et les chasseurs de phoques.

La liste des animaux que l’on trouve au falkland :

Je n’ai que les nom anglais des animaux, n’ayant pas d’accès direct à internet je n’ai pu aller rechercher les noms français. Je compte sur vous pour trouver les correspondances.

Pingouins

  • – Rockhopper penguin
  • – King Penguin penguin
  • – Gentoo Penguin
  • – Macaroni Penguin
  • – Magellanic penguin

oiseaux de mer

  • – Albatros
  • – Petrel (Cape, Blue ,Grey-backed Storm, Wilson’s Storm, Antartic Prion,Slender-Billed prion….
  • – Fulmar
  • – Soothy Sheawater
  • – Imperial Cormorant, Rock Shag
  • – Kelp Gull, (goéland)Chilean Skua , Brown Skua, Dolphin Gull
  • – Brown-Hooded Gull (mouette)
  • – South American Tern (sterne), Antartic Tern, Artic Tern

 

Bord de mer

  • -Silvery Grebe, White tufted Grebe, White Winged Coot
  • -Cattle Egret (heron) Black-Crowned Night Herron,
  • -Black-necked Swan (cygne) ,Coscoroba Swan
  • -Greylag Goose (oies), Kelp goose, Upland goose
  • – Ashy-healed, Ruddy-headed,
  • -Chiloe Wigeon (canards), Falkland Steamer duck (qui ne vole pas, n’ayant que de petits embrions d’ailes sur le dos), Crested,
  • -Yellow-billed Pintail, Speckled Teal, Silver Teal, Cinnamon Teal, Red Shoveler,
  • -Snowy Sheathbill
  • -Magellanic Oystercatcher(huitrier) Blackish

bord de l’eau et sur terre

  • Rufous-Dotterel
  • Two-banded Plover
  • White-rumped Sandpiper, (petits échassiers) Sanderling
  • Baird’s Sandpiper
  • Whimbrel (grands échassiers)South American Snipe
  • Peregrine Falcon (faucon pelerin)
  • Variable Hawk
  • Turkey Vulture (vautour)
  • Southern Caracara, Striated
  • Common Barn Owl (hibou), Short-eared
  • Chilean Swallow (hirondelle), Barn
  • Austral Thrush
  • Long-tailed Meadowlark
  • Dark-faced Ground Tyrant
  • Blackish Cinclodes
  • Sedge Wren
  • Cobb’sWren
  • House Sparrow
  • Correndera Pitit
  • Black-Chinned Siskin
  • White-Bridled Finch 

    Animaux marins

  • -Killer Whale -Peale’s Dolphin
  • -Commerson’s Dolphin
  • -Sei Whale (baleine)
  • -Southern Sea Lion
  • -South American Fur Seal
  • -Southern Elephant Seal

     

     

    Animaux terrien

  • -Patagonian Grey Fox
  • -Black Rat
  • -House Mouse
  • -Rabbit
  • -Brown Hare
  • -Guanaco

     

    Elevages

  • -Rennes (importé par le Français Jérome Poncet de la Georgie du Sud)
  • -moutons
  • -Bovins
  • – Chevaux

Le 2 Avril 1982 l’Argentine occupe les îles Falkland et revendique son appartenance à l’Argentine la revendication est basée sur l’héritage officiel de Espagnol

Le 14 Juin 1982, les Anglais reprennent les îles. Du côté Anglais on dénombrera 255 morts dont 3 civils, du côté Argentin plus de 700. La guerre aura durée 74 jours.

 

 

IMG_8565

La population est Britannique jusqu’au bout des ongles et revendique fièrement son appartenance au Royaume Uni mais pour les Argentins les Malvinas sont toujours à eux et pour y aller il faut obtenir de leur part une autorisation écrite pour y accoster, qui n’a aucune valeur aux yeux des Anglais mais qui est indispensable pour éviter de gros ennuis si dans la suite de notre voyage nous venions à passer par l’Argentine (par ex. Ushuaïa)

Stanley :

IMG_8574

Mio Palmo Le bateau d’Elisabeth et de Jean

IMG_8608

la baie est tout en longueur, orientée est ouest (vent d’ouest = vent dominant) c’est un vrai couloir d’accélération 20 nœuds de vent au large se transforme en rafale à plus de 40. En général un fort vent se lève le matin, tient toute la journée et faiblit à peine le soir. Nous sommes resté les deux premiers jours au mouillage sans quitter le bateau à part pour les formalités de dédouanement tellement le vent était fort. Le troisième soir, le vent étant tombé nous avons pu nous amarrer au quai de la commune (Public Jetty, gratuit) . Là nous avons pu faire le ravitaillement (il y a un supermarché bien achalandé juste à côté du port), faire le plein de gaz oil et d’eau, faire la lessive et surtout nous balader tout autour de ce village au petits airs scandinave (les maison de bois peintes en rouge sombre, bleu ou blanc) mais par tout autre côtés tellement typiquement Anglais.

IMG_8597

Les maisons sont très coquettes en Bois pour la plupart mais les toits sont en tôles peintes chacune d’une couleur différente, bien fixées en vue des vents très fort. Lors de la guerre avec les Argentins cette partie de l’île a été minée et la plupart des plages autour de la ville sont interdites et des démineurs y travaillent encore tous les jours.

IMG_8600

L’île est très bien ravitaillée, n’impose pas de droit de douanes et a une procédure d’importation extrêmement simple (à l’opposé de tous les pays d’Amérique du Sud. Les bateaux de voyage et les charters opérants sur , la Patagonie (distante de seulement 300 miles ) et l’antarctique en profitent donc pour se faire envoyer matériel et équipement d’Europe via le cargo qui vient tous les mois. Il y a un deuxième super marché qui paraît-il est encore plus grand et où l’on trouve de tout comme en Europe et pas mal de produits asiatiques. C’est évidemment plus cher que l’Europe mais pas excessivement sauf les fruits et légumes qui valent une fortune. Au port il y a des sanitaires mais pas de douches par contre la ville possède une piscine municipale avec sauna. L’activité du soir c’est le pub bien sure où jeunes et moins jeunes viennent jouer aux fléchettes et boire leur bière tiède.

IMG_8587

Sur le ponton tous les jours un groupe de deux où trois otaries (lions de mer) viennent se faire bronzer à l’abri. Ce sont en principe des animaux pacifiques mais il ne faut pas trop si fier, ils peuvent devenir agressifs et vous courir après pour vous mordre les mollets. On dit qu’une morsure de phoque est très difficile à cicatriser. Nous sommes trois bateaux Français sur le ponton tout le monde se connaît s’invite à prendre un verre et s’échange des renseignements.

Mio Palmo est un superbe bateau en aluminium de 17 mètre, Élisabeth et Jean naviguent depuis très longtemps ensemble parcourant principalement les eaux froides de Islande, St Pierre et Miquelon du Groenland ou de la Patagonie. Ils voulaient aller en Géorgie du Sud et avaient demandé les autorisations, mais Jean a mal au dos, les faisant hésiter à entreprendre le voyage.

Libertaire, un Damien de 15 mètres (bateau en acier, impeccablement entretenu), un jeune couple de médecins et leur deux adorables petite filles. Ils sont dans la région depuis deux ans, Ils ont fait l’Antarctique l’année dernière et ont décidé de rester tourner entre la Patagonie et les Falkland, eux aussi avaient projeté de faire la Géorgie du Sud , mais leur plus jeune fille étant malade en mer ils sont revenus. Maintenant ils pensent remonter les canaux de Patagonie et passer dans le Pacifique. Je pense qu’on se retrouvera.

IMG_8635

Rêve a Deux et Miopalmo au ponton public