Archives mensuelles : juillet 2018

Cascais to Madeira

IMG_0509

As you have probably understood from our tweets and article in French we have reached Porto Santo the northernmost island of the Madeira Archipelago. It is a lovely island with a fantastic golden sand beach (not common on volcanic island) where one can moor safely and a very good well sheltered marina. A quiet and relaxing place to stay. Some tourists (mostly British and Portugese) but not the sun seeking crowd you might find in some other places and no big hotel or resort is visible. It is small and almost secluded, yet it has all the commodities needed. The island is very dry at this season and the scarce vegetation is mostly yellow brown. Being from volcanic origin the landscape is quite impressive with steep cliffs and black peaks.

IMG_0518

The crossing from Cascais was one of the most relaxing ever. Single tack at 120 to 140° from the wind mostly under spinnaker. Wind never exceed 14 knots and the sea was really flat. The third day was very light wind (around 6 knots) but we kept moving at 3 – 4 knots. It could have been an uneventfull crossing but we had actually some interesting encounters:

  • On the first evening soon after sundown we saw tunas jumping all around the boat with dolphins going after them and seabirds trying to catch the left overs overhead. The sea was like a bubling jacuzzi. Looks like we were disturbing them because they went rapidly away still jumping and chasing all over.
  • In the morning while I was doing my morning inspection tour (rig, sails etc) I found a small fresh squid on the deck. How did it end up there remain a mistery. As I never hear of flying squids I suppose it was chased by a big fish and somehow rode a wave that brought it up there. It escaped its hunter but not its fate.
  • IMG_0465
  • On the third day morning we met a huge whale (don’t ask me what type I am no expert in whale). It was at least as big as the boat, black with a smooth skin. I saw it first approaching us from port. It surfaced at about ten meters from the boat and dove right under our keel (hopefully it did it very softly with no big tail waving or anything). Next it surfaced right behind us and turned to follow us at again about ten meters. We saw it small eye observing us. I have seen whales before but never so close. After some time, it decided that it saw enough of us and went away.
  • IMG_0480
  • On the same day late afternoon, we were visited by a pigeon, the kind of pigeon educated to fly messages (I am not sure how its called in English: our French naming of it would translate as “traveller pigeon”)
  • IMG_0495

We arrived Porto Santo at 16:00 on the fourth day, which means that we did the 485 miles at an average of 6.3 knots which isn’t too bad considering that we spent about 15 hours at less than 4 knots.

We really love being at sea, sailing the two of us with no land or boat in sight . We’ll see if we feel the same after a 20 days crossing but these 500 miles were perfect. No maneuvring (except for hoisting the spinnaker and taking it down twice) good sleeping (in shifts), lots of reading for both of us and excellent meals properly cooked 3 times a day. This was really cool.

 

Arriving here also felt very different from previous stops. All the port we called before including Cascais were very familiar, some like Cedeira or Camariñas we visited at least twelve or fifteen times. But from now on, we are discovering new places, ports where we have never been, waters that se have never sailed.But there is something else that we start to realize and which is making this time special: we don’t have to think about coming back. We are not on our four weeks traditional summer leave. We are here, farther than we ever been (on a sailing boat from a French port) and we are free to go further as far and as long as we want. That sounds like freedom and it feels bloody good!

We spent two days in Porto Santo. We did the usual chores, grocery sopping and boat preventive maintenance (this time update of computers operating system and software – neglected before leaving France and oilig/greasing steering system and pilot.). Then, we went for a long walk around the south eastern peninsula on a path along the cliffs to enjoy the breath taking view on the archipelago. We had our dinner in a small local retaurant ou our way back to the port.

 

Next day we moved to Madeira proper (Madeira is both the name of the archipelago and its main island. 25 miles under light spinnaker in 8 knots north wind. We droped the anchor at Bahia d’Abra, one of the very few safe mooring on the island. Its a grogeous place, well protected by the surrounding steep red lava cliffs, 10 m deep with nice sand bottom. Swimming and relaxing, peace full night with the boat rolling gently (just enough to sleep like a baby :)) Then today some kayaking around the bay to see the cliffs from right beneath and finally moving a mile away to Quinta do Lorde marina where we hope to be able to do our departure clearence tomorrow.

IMG_0615

To be continued…

PS: as expected as we leave the busy European coasts, our AIS signal is not forwarded anymore by coastal stations or commercial vessels and we are not visible anymore on Marine Traffic. To remedy that I will be tweeting our GPS position from time to time so you can still follow (tweet feed is on the right column of the Article page of our blog). This will show as a link to an Iridium.com page. When you click it you’ll get to a google type of map with a dot showing our location. However the map opens at maximum zoom and in the middle of the ocean there is nothing to show therefore you’ll have to zoom out until you see some coast to figure out our location:). My apologies for the inconvenience. I’ll try to come up with something more user friendly later

IMG_0439

Porto Santo L’île Dorée

Jeudi 26 juillet:

IMG_0522

Arrivée sur l’île de Porto Santo à seize heures trente (heure de Paris). Pour une fois qu’on arrive à une heure raisonnable … C’est aussi bien car, depuis que nous sommes partis, tous les ports et les mouillages où nous sommes passés, c’était du déjà vu. Alors qu’ici, c’est la toute première fois et c’est aussi la première fois que l’on s’aventure si loin de chez nous avec ce bateau et que nous faisons une si longue distance sans toucher terre. Après l’appel quotidien à mamie, nous nous activons chacun de notre côté. Domi va à terre faire les formalités d’entrée sur l’île. On est bien en Europe mais sur un bateau il faut montrer patte blanche. Dire d’où l’on vient, où l’on va, combien de personne à bord et montrer les passeports (le mot prend ici vraiment sa signification littérale) de tout le monde à bord ainsi que des documents du navire (acte de francisation et assurance). Moi de mon côté je range tout ce qui à ranger sur le pont, lover les aussières, ferler les voiles, rectifier les défenses et ajuster l’amarrage. Ensuite vient le nettoyage bateau et équipage. Une petite douche après 3 jours de mer ne peut pas faire de mal, et je brosse le teck pour lui redonner cette teinte un peu rose. Quand tout est enfin en place nous pouvons partir pour le super marché qui reste ouvert jusqu’à 10 heures. Je prends la patinette pour le retour ainsi personne ne porte rien. Nous découvrons le village principal de cette petite île. Il y a un peu d’animation le soir à la fraîche mais plutôt le genre familial tranquille (on est pas à Ibiza).

IMG_0557

 

Vendredi 27 juillet:

Aujourd’hui est une journée bricolage et internet. Domi en profite pour installer quelques logiciels qui n’avaient pu être installé plutôt faute de connexion en pleine mer. Moi je mets le blog à jour en publiant l’article de la traversée. Domi plonge dans la soute arrière, Il n’aime pas le bruit que fait le pilote et pense améliorer cela. Il va y passer une bonne partie de l’après midi, en fait un bon nettoyage et graissage semble résoudre une bonne partie du problème. Le soleil baissant sur l’horizon, la température commence à descendre un peu et le voisin de ponton qui a bouquiné et dormi toute l’après midi commence à s’étirer. On se dit que nous aussi on a mérité notre détente. Nous chaussons nos chaussure de marche et partons faire le tour de la pointe par un petit sentier a flanc de falaise.

IMG_0553

IMG_0544

Le site est grandiose et la vue magnifique. Après une demi heure de marche nous parvenons à un petit tunnel creusé à travers la montagne et nous débouchons de l’autre côté de la pointe. Le sentier se transforme en une petite route de terre. Nous la suivons jusqu’à une petite crique où se cache un petit restaurant. Il tombe à pic! On se déshydrate vite en marchant et nous n’avions pas pris d’eau. Finalement le resto a l’air sympa, pourquoi ne pas en profiter pour manger sur place? Et c’est le ventre plein qu’à dix heures le soir nous reprenons notre marche par la route qui nous ramènera au port via la ville en passant par le sommet de la montagne. La lune est là, la lune est là mais le soleil ne la voit pas… et pour cause: ce soir la terre la cache. Et c’est du haut du col au milieu de l’île que nous assistons cette éclipse totale de lune, magnifique! Les nuages l’entourant donnent un aspect dantesque à la scène. Sur la route du port nous croisons notre premier cafard sur le chemin qui borde la mer! Domi en profite en passant pour se prendre une douche au sanitaire du port (ou il verra d’autres cafards – il va falloir s’habituer dans les pays chauds…) et moi je file au bateau me mettre les pieds dans un seau d’eau froide. Quel pied!

IMG_0525

IMG_0584

 

Baignade ce matin à la plage avant le petit déjeuner. Formalité de départ (les mêmes qu’à l’arrivée) et nous partons à midi (heure locale) pour l’île de Madère proprement dite (Madère est à la fois le nom de l’archipel et de son île principale). Je comprends maintenant pourquoi tant de bateaux que nous avons croisé nous ont dit qu’ils aimaient s’y arrêter un bon moment. Ces îles sont tellement accueillantes et tranquille. Idéale pour s’y reposer. Il y a des touristes mais se n’est pas le tourisme de masse en quête de soleil pas cher comme sur d’autres îles mais plutôt des randonneurs ou simplement des gens voulant passer des vacances tranquille sur une île magnifique. Les maisons sont très coquettes souvent en pierre ou avec des entourages de pierre et elles n’ont que deux ou trois étages maximum. Le portugais n’est pas une langue facile mais ici tout le monde semble parler un peu de français ou d’anglais. Nous avons donc quitté Porto Santo à regret mais il faut avancer J. Nous sommes sous spi ¾ arrière en direction des sommets de Madère que nous apercevons à mille huit cent mètres au-dessus des nuages. Une petite brise de nord, huit nœuds, nous déhale à cinq nœuds sous spi c’est pénard!

A suivre…

IMG_0596

 

 

 

Ecrit par Anne et corrigé par Domi.

De Cascais à Porto Santo (Madère)

IMG_0446

Lundi 23juillet :

Le vent qui soufflait fort hier est tombé tard dans la nuit nous faisant parvenir les bruits d’une fête sur la plage jusqu’à 6 heures du matin.

Départ pour Madère à 10 heure 30. C’est pétole quand nous quittons Cascais. Mais il y a tout de même assez de vent pour nous déhaler doucement. A peine sortie de la Baie de Lisbonne la brise monte un peu et nous marchons ¾ arrière à 7 nœuds. Dans cette baie il faut être attentif. Les pêcheurs la quadrillent de leurs filets. Le risque est grand de se les prendre dans l’hélice où la quille du bateau. L’hydro recharge à bloc nos batteries. Je vais pouvoir utiliser le rice-cooker pour faire à manger et ainsi économiser le gaz (c’est fou se que l’on peut cuire au rice-cooker, il ne consomme que 500w par rapport à une plaque chauffante qui fait tout de suite 1000w ou 2000w et là ça ne passerait pas sur le circuit 220 du bord). J’en ai deux sur le bateau mais je n’utilise qu’un avec les deux bols et garde le deuxième au cas le premier me lâcherait. Myriam m’a dit qu’elle fait des gâteaux dedans. Elle va m’envoyer des recettes. Ce midi fricassée de pommes de terres, oignons(très bien pour combattre le scorbut) et poivrons. Le tout est accompagné d’un filet de mérou poëllé. Comme boisson nous avons, comme tous les jours, notre Kéfir de fruits .

Recette du Kéfir :

C’est un genre de levure que l’on ne trouve pas dans le commerce mais qui se passe de main en main, après l’avoir rincée je la mets au fond d’un bocal avec deux cuillères de sucre (le sucre sert de nourriture au Kéfir se qui lui permet de se multiplier et l’on ne le retrouve plus dans la boisson .Ensuite j’intègre une orange, citron, raisins (enfin se que l’on a de disponible) et surtout une figue. Cette dernière remonte à la surface lorsque votre Kéfir et à point (environ une journée). On peut alors le filtrer (pour récupérer la levure pour la prochaine fournée), le mettre en bouteille et le placer au frigidaire . La boisson deviendra légèrement pétillante après 24 heures. C’est rafraississant et sans alcool aussi on peut le donner aux enfants sans crainte . C’est un probiotique très bon pour la santé . Nous en consommons une bouteille par repas .

Comme le vent est stable et bien établi nous envoyons le spi .

IMG_0442

18 heure, un gros minéralier nous rattrape par l’arrière il semble dans un premier temps vouloir nous passer à tribord mais finalement il se décide pour bâbord ce qui ne nous arrange pas car avec le spi nous avons besoin d’un peu de place de ce côté là dans les surventes. Avant qu’il ne soit sur nous, nous rangeons le spi et décidons de le contourner par son arrière donc demi tour autour de ce gros Tanker .

La nuit nous restons sous grand voile et foc seul c’est la sécurité et comme le bateau file encore à 8 /9 nœuds pourquoi s’embêter. J’aime bien alors écouter de la musique très fort . Je suis grisée par le bateau qui file à vive allure, la mer est belle , les étoiles font leurs apparitions et la lune est au rendez-vous. J’ai cette ivresse de l’océan qui nous emmène loin vers des destinations inconnues. Là ce n’est plus la frustration du demi tour pour rentrer au port après la ballade de la journée, on continue pour aller plus loin et encore plus loin …Qu’est ce que je recherche au juste, je n’en sais rien . Je suis pourtant prisonnière du bateau et à la fois je ressens une grande liberté. Je suis bien sur l’eau.

 

Mardi 24 juillet :

Le matin Michel nous envoie un document d’assurance par email (Iridium). A part les gribs pour la météo c’est la première fois que l’on charge un fichier un peu volumineux et ça marche ! Bon d’accord il ne faut pas être trop pressé, c’est pas de la 4G ou du haut débit : une demi-heure pour un pdf d’une page. Tout vient à point à qui sait attendre … (Certains d’entre vous se rappellent sans doute nos premier modems : ceux ou il fallait faire le n° pour avoir la connection et bien c’était du 56 kb/s ; L’iridium lui il débite 10 kb/s au grand maximum : c’est pas demain qu’on pourra voir des vidéos en ligne)

IMG_0439

Pour le repas du midi nous entamons notre première conserve faite avec le thon pêché au début de la croisière. C’est super réussit. Le thon c’est bon avec un peu de mayonnaise une tomate, concombre et un œuf dur. Un morceau de fromage et Le tour est joué.

L’après midi le vent ayant adonné (faisant un angle plus grand avec notre route) un peu on remet le spi et DODO pour Domi qui n’a pas eu son compte cette nuit. Nous sommes à la hauteur de Gibraltar, déjà 170 mille en 24 Heures,c’est pas mal : notre record perso je crois, mais on est qu’au début du voyage . Des super tankers passent en travers de notre route, leurs destinations nous fait rêver. Nous venons de contourner une montagne sous-marine, le mont Gettysburg. Elle affleure l’eau à 5 mètres à la surface. Elle était peut-être une île pendant la période glacière ou alors c’est un volcan qui est monté des profondeurs..

IMG_0469

A peine le soleil disparu à l’horizon qu’une escadrille de dauphin viennent pêcher le thon sous notre nez, impressionnant çà saute et çà se pourchasse dans tout les coins donnant à la mer l’aspect d’une marmite en ébullition. La ligne elle ne donne rien … Les oiseaux aussi sont au rendez-vous et s’énervent au dessus d’eux. Tout à coup, on dérange sans doute en passant si prêt, et voilà tout le monde décampe. Les thons sautent en faisant des bonds d’un mètre. Ils sont poursuivi par les dauphins qui font de même, c’est fascinant, en regardant vers le sud il y en a partout.

La nuit est calme et nous nous reposons toutes les trois heures

 

Mercredi 25 juillet : Douche pour tout le monde, je prend un seau pour prendre de l’eau de mer elle est tellement bonne rafraîchissante mais je ne vais pas me baigner autour du bateau, il avance à 4 nœuds . J’ai encore la serviette autour du corps que Domi crie :   « Une baleine , là à côté du bateau je viens de la voir plonger juste sous nous. »

IMG_0480

Elle réapparait au tableau arrière et replonge aussitôt . Elle est énorme, au moins la taille du bateau peut-être plus et elle est vraiment tout près à une dizaine de mètres de nous. Pourvu qu’elle ne s’agite pas de trop en passant sous notre coque ! Difficile de la prendre en photo mais on s’applique . Elle nous suit pendant dix minutes avant de reprendre sa route . Salut à toi légendaire mammifère marin qui ont fait rêver tous les grands écrivains du monde .

IMG_0495

Après le déjeuner (la suite du bocal de thon avec salade, semoule de couscous mozzarella et tomates) C’est au tour d’un pigeon de nous rendre visite . Et de sa grâce légendaire il nous fait un atterrissage (appontage ?) en déboulant en vrac dans le cockpit . Tout de suite il se redresse dignement comme si tout était normal . C’est un pigeon voyageur pas de doute. Il n’est pas effrayé par nous et se laisse manipuler sans broncher. Il porte une bague à chaque patte. On relève les numéros et on envoie un tweet avec le point GPS on ne sait jamais si quelqu’un sait comment contacter une association colombophile pour les prévenir : il est peut-être recherché . Au bout d’une heure il reprend sa route après un décollage pas très réussit . Tu es attendu pigeon voyageur , bon voyage !

 

En soirée le vent qui était resté très faible toute la journée reprend et nous fonçons à plus de huit nœuds. Pour la nuit, le vent montant encore en refusant (se rapprochant de l’axe de notre route) nous rangeons le spi et la nuit est plus cool pour celui qui se repose . La nuit est alternée de zone nuageuse où l’on suppose des grains de pluie mais à chaque fois nous passons au ras de la zone sans une goutte. La température est bien remontée depuis Cascais maintenant 28° la journée 22° la nuit et 23°5 pour l’eau.

 

Jeudi 26 juillet :

Bon Anniversaire Timéo. Tu as 7 ans et nous pensons très fort à toi . Nous pensons aussi très fort à Mamy qui doit se faire opérer ce matin pour la unième fois …j’espère que se sera la bonne .

Nous sommes à 35 mille de la côte de l’île de Porto-Santo, la plus au nord de l’archipel de Madère. Elle apparaît à l’horizon . Nous arriverons dans à peut-près 5 heures .

IMG_0509

 

 

Cascais

Samedi 20 juillet:

IMG_0395

Après une grasse matinée (9h 30), douche obligatoire pour tout le monde (ça crognote à bord) l’eau est limpide mais seulement 17°(gla gla). Ensuite après un bon petit déjeuner, nous entrons dans la marina de Cascais (chic et huppée). Adrien (mon neveu ) avec Miriam et Antonin viennent nous voir ils sont accompagnés des Parents de Miriam, Christine et Bernard . Ils nous attendent sur le quai et assistent à notre arrivée sur le catway. Ils passent leurs vacances à Nazaré . C’est génial d’avoir de la visite impromptue, aussi un pique-nique s’organise et tout le monde est mis à contribution, Miriam à la cuisine, Antonin en profite pour visiter toutes les petites caches du bateau il est ravis et nous fait beaucoup rire, Ils nous ont gâtés et ont apporté pleins de spécialités de Nazaré, Le Jambon cru , les petits bouchées à la morue et crevettes , les olives bien sûr et pour finir les pasteis di nata (petit flan dans une pâte feuilletée ), nous arrosons le tout d’un vouvray pétillant qui se trouvé à bord pour les grandes occasions et nous finissons par déguster une liqueur de cerises locale offerte par nos visiteurs . Après cet excellent repas, Miriam, Atonin et ses parents vont faire le tour de fort et manger une glace, pendant ce temps, nous allons faire le ravitaillement au Jumbo (le nom d’Auchan au Portugal) avec Adrien et nous profitons de leur voiture. A 19 Heure, ils nous quittent. Merci pour cette super journée, venez nous voir au bout du monde le bateau est grand et Antonin sera ravis d’essayer la cabine pour y dormir …

Ce soir c’est Denis mon frère qui répond chez Mamy. Il reste avec elle quelques jours avant une nouvelle intervention chirurgicale. Je suis contente qu’elle ne soit pas seule. Ensuite, nous allons faire une ballade en ville. Cascais est une très belle ville balnéaire avec ses petites ruelles pavées où nous nous perdons volontairement pour découvrir des façades de maison recouvertes de carrelages bleus et les cours débordant de bougainvilliers.

IMG_0413

Le soir exténués par cette longue journée nous nous écroulons dans notre bannette sans demander notre reste. Vas croire que les vacances sont de tous repos…

 

Dimanche 21 juillet

Le matin est destiné à la révision du bateau. Modification du système de levage du tangon. On contrôle les verrins des pilotes, mais aussi le réa de la drisse de GV . Domi, arnaché d’un baudrier d’escalade monte dans le mat. Je l’assure en bas. Tout vas bien pas d’usure ni de ragage. Par contre, en faisant un peu de ménage sur le pont je découvre une rondelle ? Domi ne cherche pas longtemps le bug. Des vis retenant l’embout de bôme se sont desserrées . La bôme risquait de se désolidariser du mât. Il faut refaire tout çà, Domi s’affaire et en un temps record, répare. Ce n’est pas grave mais on a évité la catastrophe. Dorénavant nous seront vigilent et attentif cet endroit du bateau. Hors de question dorénavant de laissé battre la GV , il est préférable de l’affaler .

Il est bientôt 2 heure, il est temps d’aller se mettre au mouillage si nous ne voulons pas payer une deuxième nuit de port car ici la nuit c’est 55 Euros. Pour les ports, le Portugal est plus cher que la France.

IMG_0436

 

En principe demain nous partons pour Madère il faudra donc attendre quelques jours pour le prochain article. Mais entre temps, vous pouvez toujours nous suivre sur le site (messages Twitter et position)

 

Ecrit par Anne et corrigé par Domi

Already gone for 10 days

I am a bad guy.

I promised English articles and we have been already gone for10 days and nothing published yet.

Actually the original intention was to translate one and every articles published (by Anne) in French but I couldn’t find the time to do it over the past days.

I hear you saying: “ you lazy boy! You’re on holidays and nearly retired and you have no time! That’s bull s…!

Actually it’s not. Let me explain. My wife Anne and myself we are both co-skipper of the boat but then we have also our own area of responsibility. She does the helm, she is the finance, admin and supply manager (that’s including fishing :)) and moreover the media (wo)man or onboard reporter whereas I am the trimmer, the bow man, the navigator and the chief engineer (the benefit being skipper even co- is that you can promote yourself easily). When we left Les Sable d’Olonne, the boat was technically ready in that sense that we had completed our turn around and the todo list was all ticked off But obviously with so many new systems onboard it was a fair bit of commissioning, calibration and tuning to do. Hence the chief engineer was very busy until now when we can relax and enjoy the weekend in Cascais.

Anyway here is the account of our first 10 days.

We left les Sables d’Olonne on July 11

IMG_0213

We took a night rest at l’île d’Yeu before the first jump: Biscaye. We left on 12/7 at 14:30. Crossing was very smooth one of the most relaxing ever. North eathterly wind 8 to 10 knots. We were dead down wind with our sails in butterfly most of the time. We even had the spinaker up for some hours but the sea was a bit choppy (no big swell or anything just kind of disorganized) and we had to sail at 160° from the wind and the speed gain was not compensating for the extra distance (bad VMG) so we went back to our butterfly.

Right in the middle of the gulf where the water is at is deepest (like -4000m or something) we were met by a very large fleet of spanish fishing boats hunting for tunas. They were more than 50. Must have been some tunas around. We put our tuna line in the water with the nice lure fabricated by Martin with special Borlink materials and trailed it for a good part of the day without catching anything. We finally pull it completely up and realized that the lure was gone probably between the teeth of a very big one. Sad because it was a gift! To make up for it, we put another one on immediately (some kind of plastic squid) and 10′ later we had our first tuna. A beautiful one of 4 kg. (when I say we here, I mean Anne: I was just watching :)) Getting it on board was a bloody business (literally: my hook catched it in the belly…). This was the first large fish we ever catched so we were really happy and proud!

IMG_0238

About 40 hours after our departure from l’île d’Yeu, we were in front of the cape Ortegal but we never saw it: it was surrounded by low clouds and mist. Also the temperature change was amazing during the past 2 days we had nice warm weather 20°C to 26°C and the sea water was also warm  on the surface (23°) but there at 20 miles from the coast it was 18°C both air and water. The wind was completely gone too.

We reach Cedeira and we moored in the bay at 23:30 on 14/7 (our French national day!). We have been there many times and we love it. First of all it’s a very easy to access and well sheltered mooring (360° wind and sea protection). The landscape is gorgeous with the Eucalyptus forest going from the surrounding mountains right into the sea. And the old village is very typical and beautyfull.

IMG_0251

In the morning we inflate the kayak to go ashore. We come back with Galicia’s specialties: Empanada de Bacalau and Tarta de Santiago, just to make sure we are really there.

The next day (16/7) we leave to Camariñas clause hauled in 10 knots southerly wind and cloudy sky. We use the opportunity to have to tack several times to finish the calibration of the wind instruments. As we reach the Islas Sisargas the wind change again and we hoist the genaker.Unfortunately not for very long the mist is coming again and the wind die on us and we have to put the engine on to reach our destination around midnight . We drop the anchor in the north east angle of the bay and settle for dinner under our dog house. That’s when they start the firework in the fishing harbour. Camariñas is a small place lost on the wild Galician coast but the firework was a huge magnificent one. Once the last rocket is fired the music starts (although we are about 2 miles upwind, we hear it lound and clear) It will go till 6 AM.

IMG_0276

We spent the day (17/7) at the small marina (the cheapest and friendliest on the west coast of Spain). A bit of grocery shopping, laundry washing and a walk in the forest along the coast in the afternoon. We leave the marina at 20:00 to return to the mooring. The “Fiesta” is resuming and it is really too noisy to stay.

18/7: cloudy and cold weather again. No problem we are going south. The “Portugese trade winds” are not properly established yet. We have a northerly but only 12 knots which go down to 8 once we have passed the famous Cape Finisterre. We have the spinaker up but the wind is giving up on us when we pass by the island of Salvora (Ria d’Arosa). We decide to stop for the night at San Vincente de Grove.

19/7 Lazy morning, swimmming (water temp almost 20°c) showering and breakfast. It is already 10:30 when I check my mail and surprise: there is a message from our friends Fanny and Alain. They were staying in O Grove 1km away with their mobilehome (camping car in French) and they saw us coming on Marine Traffic. They came to the beach and tried to contact us… we call them back and go ashore to have a coffee with them ato share our adventures since we last met… this was a very nice moment. By 13:00 we leave them and get ready to go. We are not sure to where, though, because the sky is still mostly grey and the wind almost non existent. Anyway, we start going between the islands (Ons and Cies) and the continent with Bayona as a possible stop over. The islands are beautifull and to make it even better, the sun is starting to shine.

IMG_0355

I download a grib. The Portugese trade wind should be finally establishing. We decide to go directly to Cascais. A quick routeing gives us an ETA around 4 AM on Saturday: on time for grocery shopping. The wind finally pickup in the evening, about 15 knots and obviously we are again dead down wind in our favorite butterfly configuration. It will reach up to 27 knots in the middle of the night. The sea is again completely disorganized with very steep and short waves. It is a bit scarry with the full main. We decide to reef and experiment the downwind reefing technique (without altering the course or the sheeting). It works really well: you just have to coordinate very well the halyard and the reef line. With this we still go at more than 8 knots.

IMG_0374

21/7 01:30 AM we drop our achor in front of Cascais beach. We get some sleep and in the morning we go to the marina. Our nephew Adrien and his family on holidays in Nazaré came to visit us. We had a wonderfull lunch with them and he drove us to the “Jumbo” supermarket for grocery shopping in the afternoon.

Cascais is a lovely resort a short train trip from Lisbon, most of the villas have been build in the beginning of the century by the Lisbon establishment and the city as kept the atmosphere.

IMG_0413

 

22/07 the morning is spent cleaning and washing for Anne and checking all critical equipment for me. In the afternoon we go back to the outside mooring to get ready to leave tomorrow (probably for Madeira).

IMG_0399

This is it for now.

Cheers!

Des Îles Scies à Cascais

Mercredi 18 juillet: Nous partons toujours plus sud et la météo nous promet plus de soleil (je veux voir). A midi le vent, qui était d’une quinzaine de nœuds, mollit a dix en passant le fameux cap Finistère (c’est ici que les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle viennent brûler leurs vêtements). C’est aussi la barrière de transition entre le nord et le sud de la Galice. Il y fait plus chaud dit-on mais cette année est une exception au nord comme au sud ce n’est pas la grande chaleur. L’après midi, comme la mer est un peu moins désordonnée, nous hissons le spi. Sur un bateau de cette taille ce n’est pas une mince affaire, la préparation est longue et minutieuse et pour peut que le vent tombe ou change de direction entre temps, tout est à ranger. Non, pas cette fois , le spi se gonfle normalement et ne s’enroule pas autour de l’étai , le bateau accélère et se stabilise. Il ne roule plus d’un bord sur l’autre . C’est à présent que nous apprécions de l’avoir lancé, le bateau file à sept nœuds, c’est un bonheur. Les marins n’aiment pas le spi en Galice, la mer est trop formée, trop de travail, et la sécurité ? Pour Domi, c’est sa joie de vivre. Il aime faire l’homme d’avant qui se bat avec le tangon et courre de l’avant à l’arrière pour tout mettre en place. La récompense c’est cette voile qui se gonfle comme un gros ballon et qui est de différente couleur. C’est vrais que c’est beau un spi ! Mais voilà, il y a une fin à tout, et en arrivant par le travers de l’île Salvora le vent tombe est c’est le cœur gros que Domi redescend la chaussette du spi, range les bouts et met le moteur. Nous nous arrêtons pour la nuit au mouillage devant le port de St Vincent de Grove. Des rameurs nous souhaitent la bienvenue.

IMG_0336

Assina téléphone (c’est bien d’avoir des nouvelles des enfants…)Nous nous endormons contents de savoir que son projet de maison s’est réalisé.

 

Jeudi 19 Juillet: A peine levé que je me baigne autour du bateau, pas trop longtemps ici l’eau n’est pas à 20°. Le Gulf Stream ne passe pas dans le coin. Des petites barques, moteurs en route encrée autour de nous? sans personne à bord ?? ce sont des plongeurs en narguilé . Nous essayons de savoir se qu’il ont dans leurs sacs mais le secret est bien gardé …

Un message est arrivé pendant le petit déjeuner. C’est Fanny et Alain qui sont dans la région avec leur camping-car. Aussi nous gonflons le kayak de mer (rapide, léger et facile à gonfler) pour aller les rejoindre. Nous avons rencontré Fanny et Alain à Gijon il y a quatre ans , Ils avaient à l’époque un joli voilier qu’ils ont perdu, coulé par un chalutier au large de Noirmoutier, depuis il ont acheté un camping car et continuent à voyager. Ils ont vu des endroits superbes inaccessibles depuis un bateau. Mais on sent leur nostalgie de la navigation. Les gens de mer sont réputés pour s’entraider et les rencontres sont nombreuses et toujours chaleureuses. Tandis qu’en camping-car çà semble plus difficile. L’Espagne et le Portugal de l’intérieur ont encore à apprendre à propos de la propreté. De la mer les choses sont différentes, on ne voit que la beauté des paysages et la saleté est bien cachée . IMG_0141

Il est tard et le vent nous attend pour larguer les amarres aussi nous quittons Fanny et Alain . Nous sommes contents de vous avoir revu , Fanny nous promet de donner des nouvelles et de m’envoyer la recette du thon au sel .

 

Après avoir passé l’île Ons sur notre tribord , j’envoie une ligne de traine , je me douté qu’a cet endroit là la pêche serait fructueuse mais de là à retirer deux maquereaux en cinq minutes c’est vraiment un record . Qu’a cela ne tienne frais pêché nous les passons directement à la poêle accompagnés de pommes de terre et beaucoup de curcuma c’est délicieux . “-Batrousse (en brestois dans le texte), t’en a encore mis plein ton tee shirt…. “.

IMG_0338

 

Les Iles Ciès sont mes préférées (à Mamy aussi). Elle se souvient comme çà sent bon l’eucalyptus. Combien de fois sommes nous venu ici depuis la première fois en 1992? . Domi pense que cette baie et l’une des plus belle du monde . Maintenant c’est un parc national il est toujours possible d’y accéder mais il faut un permis que nous n’avons pas demandé cette année.

IMG_0354

 

On profite d’une bonne réception 4G entre les îles pour télécharger un grib. Le vent est favorable pour les prochaines 48 heurs mais assez fort. Bon c’est décidé nous allons jusqu’à Cascais (entrée de Lisbonne). Un routage rapide nous donne une ETA samedi vers 4 heures du matin, à temps donc pour faire les courses (nous avons besoin de frais pour la suite de la descente). Dans la nuit le vent monte à 27 nœuds et la houle est assez grosse et surtout très courte. Nous tangonons le foc et prenons deux ris dans la grand voile (pour les voileux: nous expérimentons la prise de ris au portant sans déventer la grand voile pour la première fois. Çà marche super bien, il suffit de bien coordonner la drisse et la bosse. Avantage pas de voile qui bas, pas de bateau travers à la houle et pas de temps perdu).

 

Comme pour la première fois de cette croisière nous avançons régulièrement à bonne vitesse (7 – 8 nœuds) nous découvrons le potentiel de l’hydro-générateur. C’est génial cet engin. Il produit plus de 20 ampères à cette vitesse et quand les batteries sont pleines, nous devons lui assurer une consommation autrement il se met à rouspéter: çà ressemble à un grognement continu. Alors tout est bon à bord pour le faire taire: la bouilloire électrique, le rice-cooker (gros consommateur) seront à contribution et on en profite donc pour faire du thé et cuisiner. Ainsi nous descendons la côte Portugaise à bonne allure , accompagné de trois autres voiliers . En fin d’après midi nous sommes en vue des îles Berlengas (au large de Peniche) et vers minuit nous empannons pour enrouler le cap de Roca et le cap Raso qui marque l’entrée de la baie de Lisbonne et de l’estuaire du Tage. La mer c’est bien aplatie mais après le cap le vent se renforce le long de la terre. À 01:30 nous mouillons devant Cascais.

De Cédeira à Camarinias

Lundi 16 Juillet : (Je marque les jours de la semaine autrement je ne sais plus quel jours nous sommes) Il est 8 h 52, nous prenons le large. C’est un exploit de se lever si tôt mais la nuit a était réparatrice, nous avons super bien dormi. Bye bye Cédeira c’était comme on aime, abrité, sûr, et calme (une fois les pêcheurs partis pour leur nuit de pêche) et surtout un site magnifique encastré de ses grandes falaises boisées. La ville aussi est très typique de cette région d’Espagne. Quatre à cinq étages où les vérandas sont fermées non pas de grandes baies vitrées mais de fenêtres à petits carreaux.

Le bateau est au près serré 2/3 beaufort et le vent monte progressivement, l’éolienne tourne sagement mais nous comptons surtout sur l’hydro-générateur pour recharger nos batteries. C’est qu’en plus de l’électronique et deux pilotes nous avons beaucoup de matériel électrique à bord, et la liste est longue d’appareil à recharger : -VHF portable – tablettes – ordinateurs – iridium –écouteurs de motards –aspirateur – moteur de l’annexe – téléphones – bouilloire – rice-cooker –appareils photos – frigidaires –pompe à eau –lumières –lampes portables –mixer à légumes – machine à emballer sous vide – sécheur de légumes et fruits etc. (Pas étonnant qu’on soit un peu lourds : on a pratiquement toute la maison à bord :).)

Le midi, le repas est simple saumon gravlax avec des tomates, avocats et petits piments doux à l’ail (pimiento do Padron) et pour finir les sablés bio à la farine de sarrasin accompagnés de notre thé.

L’après midi se passe à tirer des bord au prés pour régler encore le pilote mais cette fois-ci sous voile, c’est assez drôle, le pilot mesure la qualité des « runs » et nous donne un score à chaque fois. Dans cette mer courte difficile de dépasser les 65%. Les dauphins qui nous tournent autour en perdent leur latin, ils en ont le tournis. Ils s’amusent avec l’hydro générateur, qui émet une vibration sympa et rase leurs moustaches, en passant très prêt de l’hélice. Aux Iles Sisargas le vent tourne à notre avantage. C’est la bascule de vent que nous attendions, merci Eole. Le vent adonne progressivement à l’approche des cailloux et nous passons en débridant les voiles tout en douceur. La photo sera dans la bruine et la température approche des 15° alors qu’en France Mamie souffre de la canicule. Le vent a tellement adonné que nous hissons le spi asymétrique (A5) et Domi essaye pour la première fois la nouvelle chaussette. Il avait peur qu’elle soit trop grande mais elle le recouvre bien quand elle est descendu et empêche le vent de prendre dedans à la fin de l’affalage. En fin de journée, le vent tombe complètement nous finissons les derniers milles au moteur. Arrivons au mouillage vers 11h30 et nous sommes accueilli par la musique mais surtout un magnifique feu d’artifice dans la baie de Camarinias.

IMG_0276

Mardi 17 Juillet : Camarinias à deux spécialités la pèche et la dentèle. Mais aujourd’hui personne ne travaille, ni demain : c’est la fête de la mer et de la commune et ici c’est sacré. La fête foraine c’est installée devant la marina. Des grands chapiteaux sont au milieu de la rue principale empêchant toute circulation. Ici quant on fait la fête c’est jusqu’à 5 heure du mat et tout le monde en profite et si par hasard quelqu’un voudrait piquer un sommes des pétards résonnes de temps en temps …Dans la journée c’est la sirène d’alarme qui nous fait le concert.

IMG_0299

Je vais quant même faire des course en patinette (j’ai opté pour ce moyen de locomotion plus tôt qu’un vélo et j’en suis très contente mais cela ne convient pas à tout le monde, c’est très pratique en bateau elle se range facilement sans trop prendre de place, avantage par rapport à un vélo). Domi en profite pour mettre une lessive à la laverie du port. Le reste de la journée nous la passerons à nettoyer le bateau refaire le plein d’eau et aussi nettoyer et réparer une petite fuite de gaz-oil. Nous prenons le temps d’aller manger au restaurant de la marina qui propose toujours des plats succulents de poissons (Lotte avec les fameuses pommes de terre à la Galicienne). En fin d’après-midi nous trouvons finalement le temps d’aller nous promener dans les bois sur le petit chemin côtier qui longe la mer. Il nous faut quand même faire quelques kilomètres pour ne plus entendre le bruit tumultueux de la ville. Il est 9 heure quant nous rentrons et nous repartons au mouillage même si nous avons payé le port (le capitaine de port ne nous a pas fait payé la machine à laver pour le coup) car on tient à pouvoir dormir. Si quelqu’un dit « vous allez vous reposer maintenant que vous partez … » c’est une blague surtout ni pensez surtout pas la voile est un sport en mer mais aussi à terre on n’arrête pas. Aujourd’hui je n’ai pas réussi à téléphoner à Mamy (bad girl…)

IMG_0328

 

Rêve à Deux / Écrit par Anne avec la participation de Domi

 

 

Un Golfe de Gascogne de Rêve (à Deux).

11 juillet 2018: départ du ponton des Sables d’Olonne à 9 heure, nous se sommes pas des matinaux…Après être passé faire le plein de fuel et payé la dernière nuit au port nous prenons la mer pour l’île d’Yeux, la mer est plate et le ciel est sans un nuage, il fait chaud , 5 nœuds de vent, un rêve pour démarrer . Nous en profitons pour faire le calibrage d’Hercules (notre nouveau pilote B&G), et le laissons exécuter ses zigzags comme indiqué conseillés sur la notice. Nous arrivons à 19h 30 dans notre mouillage favori de l’île d’Yeu: l’anse du Vieux Château.

IMG_0213

12juillet 2018: Nous sommes décidés pour partir maintenant pour la Galice, la météo est favorable, le routage nous indique une arrivée samedi dans la nuit sur le cap Ortegal. A 14 heure après le repas nous remontons l’ancre, vent de travers le bateau glisse à 6 – 7 nœuds sur l’eau: que du bonheur (comme dirait Francis notre ami Belge).
Maintenant nous réalisons que deux ans ont passé depuis l’achat du bateau, Domi est à la retraite il vient juste d’avoir 62 ans et nous sommes en mer pour notre grand voyage comme une lune de miel très attendue et mérité. Un départ comme çà, c’est vraiment cool…

IMG_0224
13 juillet 2018: Nous venons de passer notre première nuit de mer, nuit sans notre amie la lune mais avec un ciel étoilés comme on aime regarder et des étoiles filantes à souhaits. Vers midi nous croisons une flottille de thoniers espagnol en pèche, il y a du poisson dans le coin où je m’y connais pas … Il n’y a presque pas de houle mais la mer est en vrac avec des vagues courtes dans tous les sens. C’est le passage du plateau continental au grand fond océanique (remontée brutale des fonds) qui produit ce phénomène. Le vent aussi a changé de direction, Il est maintenant en plein dans la route et nous tirons des bords de largue à 170° du vent une bonne partie de la journée (5 empannages) mais le bateau roule quand même et le gain sur la route (VMG pour les spécialistes) n’est pas bon: le bateau est trop chargé pour planer ☺. Dans l’après midi nous décidons de faire route directe plein vent arrière, aussi pour épargner le matériel nous mettons les deux focs d’avant en ciseaux et affalons la grand voile. Voilà c’est plus confortable ainsi je peux mettre aussi une ligne de pêche fabriquée avec mes petites mains sur les conseilles d’Alain le mari de Fany rencontré en Cantabrie lors de notre dernier voyage là bas sur Santez-Marie. C’est une ligne particulière, un leurre (petite poulpe avec un hameçon trois crochets), ensuite un émerillon de bonne taille pouvant supporter du gros, du bas de ligne 10 mètres pas plus, émerillon identique du bout assez costaud et surtout au bout un élastique très dure, sur trois mètres que l’on fixe sur le bout, en laissant environ deux fois plus de bout que d’élastique, le principe est que lorsque le poisson mord ,il tire sur la ligne et ainsi tend l’élastique , relâche , retend , et ainsi s’épuise , au bout de quelque minute , on peut remonter le poisson( en mettant des gants bien sure ) mais sans aucun effort de notre part .
Vers 19 h, toujours rien au bout de la ligne, pour cause un gros poisson a filé avec le leurre. Pincement de cœur, c’était un leurre fait main avec des matériaux très spéciaux offert par Martin à Dominique pour son départ en retraite, mais je ne renonce pas. Je remets un autre leurre: un petit poulpe en plastique blanc nacré. Dix minutes s’écoule, le temps du papotage journalier sur Iridium avec Mamy, je sors et je remarque que l’élastique se tend , pas de doute il y a quelque chose au bout , grosse panique à bord , je décide il faut remonter pour voir …Domi va me chercher les gants car sur le fil de nilon à main nue çà glisse. Oui, oui !!! Il y a du poisson au bout et en plus il est gros mazette! Domi se met sur l’arrière du bateau pour le crocheter avec l’outil acheté pour cet effet “et ensuite minou qu’est ce que je fais?…) je prends le poisson par la queue et de l’autre main je récupère le crochet.

IMG_0238

C’est un thon magnifique d’eau moins 4 kilos. “Vite vas me chercher le grand seau, le sang gicle partout, c’est une vraie boucherie, c’est qu’il se débat le bougre!” – “vas me chercher les grands couteaux et aussi la planche à découper”. Il ne faut pas perdre son sang froid, autant en finir le plus vite avec cette pauvre bête. Il nous faudra une heure pour la découper mais surtout nettoyer le bateau. C’est notre premier thon et aussi le premier gros poisson de toute notre carrière de pêcheur …
Nous fermons la véranda pour la nuit. Il fait plus frais, nous sommes vent arrière c’est plus confortable pour l’homme (ou la femme) de quart.

Samedi 14 Juillet
Fête Nat on nous promet un feu d’artifice se soir (la météo indique des orages) Nous faisons cap sur Cedeira le plus court après atterrissage sur le cap Ortégal. En plus c’est un mouillage sympa, facile d’accès et très abrité. Le matin, je me prends une douche avec le pulvérisateur de jardin Lidl. C’est la troisième que nous prenons avec Domi et nous avons utilisé que la moitié de son réservoir de 5 litres. C’est génial cette idée (venant de moi ☺) qui est à la fois économique et très facile d’utilisation puisqu’il suffit de pomper pour avoir de la pression et le prix de l’appareil est quatre fois moins cher qu’une douche solaire chez le ship du coin (pardon Delphine mais c’est vraiment mieux) . Après le déjeuner composé d’une belle tranche de thon, fraichement péché, poêlée au sésame le vent tombe en dessous de 10 nœuds et aussi comme nous sommes bien reposés, nous remettons la grand voile et nous nous éclatons avec le spi. Malheureusement, quelques heures plus tard le vent tombe et nous lâche définitivement. Nous affalons tout et faisons route au moteur jusqu’au port, en réalité ce n’est pas un feu d’artifice qui nous attend mais un brouillard dense, nous nous équipons de nos écouteurs de motards, un dans la cabine sur la table à carte et un à suivre à l’extérieur à la barre . L’ancre est jetée, il est 11H 30
57 heures pour la traversée du golfe dont 3 heures de moteur c’est pas un record mais c’était hyper cool et pas stressant.

Rêve à Deux
Écrit par Anne avec la participation de Domi

We are back in the water

After one month of heavy works on shore to overhaul completely Rève à Deux we are finally back in the water. After a short stay home to say Goodbye to the family and settle some admin matters we should be back on board and ready to sail.