Des Malouines à la terre de Feu

Départ des Malouines le samedi 8 Décembre :

Sous un ciel chargé de pluie nous repartons mais cette fois-ci nous partons vers la Patagonie. Fini les Malouines mais aussi fini les mouillages où l’on stress un peu de peur de chasser par vent fort. Le vent au départ est dans la bonne direction et nous propulse en longeant la côte. Puis c’est un changement radical et nous voilà au prés à tirer des bords. Nous sommes sous le vent des îles, heureusement, la mer est moins forte qu’au large. Un clapot inconfortable s’installe et, progressivement, au fur et à mesure que nous tournons autour des îles, le vent suit et nous empêche de faire une route directe. Nous hésitons entre le bord à terre dans un courant plus fort mais sans doute moins de mer et le bord du large et sa grosse houle mais moins de courant. Ce n’est que le lendemain en milieu de journée que nous quittons l’influence des îles et pouvons faire route directe vers la terre de feu.

IMG_9160

Nous avons 300 milles à faire. Nous avançons sous trinquette et grand-voile deux ris, c’est qu’il y a de l’air entre 25/30 nœuds de vent.

La traversée est finalement rapide. Rêve à Deux remonte bien au vent. Nous arrivons en vue de l’île des États mardi 11/12 au matin. Nous apercevons les sommets de l’île se découpant sur l’horizon alors que le brouillard à coupé au couteau qui nous accompagne depuis quelques heures se déchire. La mer est d’huile mais çà ne va pas durer. Nous longeons l’île toute la journée dans un vent qui monte à 30 nœuds toujours de face et une mer assez formée. D’après nos calculs de routage, l’heure idéale pour embouquer le détroit de Lemaire est à 21 heures. C’est le moment ou la marée va se renverser avec elle le courant qui devrait donc nous propulser dans la bonne direction et simultanément, le vent devrait basculer de l’ouest au nord est en faiblissant : des conditions idéales qui se rencontre très rarement dans cet endroit réputé pour ses passages mouvementés.

IMG_9181

Et c’est exactement ce qui se passe, le timing est parfait, la mer est plate comme un lac et le vent un zéphyr. La seule petite ombre au tableau c’est que nous sommes en mortes eaux et que le vent d’ouest à soufflé fort depuis plusieurs semaines, le flux de la marée montante n’est donc pas suffisant pour inverser totalement le courant qui restera d’ouest en est mais diminuera de 4 ou 5 nœuds à environs 1 nœud. L’île des États est grandiose et nous offre un spectacle d’une beauté à couper le souffle. J’aurai tant aimé m’y arrêter mais Dominique insiste pour avancer et ne pas manquer l’opportunité exceptionnelle de passer le détroit par mer parfaitement calme. Nous pouvons même nous préparer un bon repas chaud et le manger dans nos assiettes sans en perdre une miette. Nous avons vraiment de la chance et nous remercions Éole pour ce cadeau inespéré. Tant de récits relatant se passage difficile où les bateaux mettent toute leur énergie.

IMG_9178

Pour autant nous ne sommes pas encore dans le canal de Beagle mais un vent de travers nous y pousse gentiment. Par trois fois nous sommes obligés de faire un tour sur nous même (360°) pour nous débarrasser de kelp pris dans la quille ou le safran et nous ralentissant de plusieurs nœuds. Dans la matinée la visibilité est parfaite et nous apercevons le mythique cap Horn, qui a fait trembler pas mal de navigateurs et souffrir les matelots des grand voiliers, apparaître au loin sur l’horizon. Beaucoup de gens font le détour où affrètent des charter à pris d’or juste pour le voir de plus près ou pouvoir dire « j’ai fait le Cap Horn ». Mais ce n’est pas pour nous, nous ne sommes pas fou à ce point là… Les marins des grand voiliers qui bravait les élément déchainés pour le passer le faisait parce que c’était la route la plus rapide pour passer de la côte ouest de l’Amérique à la côte est ou à l’Europe, il ne prenait pas de risques inutiles juste pour ajouter un nom à la liste de leurs exploits. De toute façon la question ne se pose pas, même si nous voulions y aller, il faut une autorisation de la marine Chilienne et donc passer par Puerto Williams. Enfin nous rentrons dans le canal de Beagles. Nous tirons des bords sous voilure réduite pour faire avancer le bateau dans le vent qui fraichi à nouveau. En route directe au moteur se n’est pas possible, le bateau n’avance pas, il y a trop de courant contraire. Par moment le vent dépasse les trente nœuds mais la mer reste plate et trois ris dans la Gv et la trinquette à l’avant nous avançons bien. Par moment le vent tombe et nous n’avons plus assez de toile pour avancer mais quelques minute plus tard, il remonte à 25 nœuds et nous propulse à plus de 6 nœuds. Nous sommes trop tard pour arriver de jour à Puerto Williams aussi nous avons prévu de nous arrêter avant la nuit dans un petit mouillage réputée tranquille (Calleta Branner / Isla Gardiner) Nons faisons une tentative de mouillage mais le vent et mal orientées et s’engouffre en raffale puissant dans la petite baie. Mais ce n’est pas le plus gros problème : les fond sont tapissés de kelp et nous n’avons pas jetté l’ancre depuis 5 minutes que nous commençons à déraper rapidement vers le rivage (les grande algues laminaire se prennent dans l’ancre et l’empêche de pénétrer dans le sol. . Nous relevons l’ancre qui est entourée d’une tonne de kelp et ressortons nous mettre à l’abrit l’île Gradiner. Domi met bien une demi heure pour se débarrasser de ces algues à la machette et à la gaffe .Nous repartons vers port Willams où il sera plus facile pour ancrer de ; nuit. Dans le canal à cette heure de la nuit il y a paradoxalement beaucoup de trafic. A l’entée du « Paso McKinley, le dernier rétrécissement avant Puerto Williams, Nous sommes contraint de nous arrêter pour laisser passer un chalutier et un patrouilleur de la marine chilienne. Fort heureusement le règlement exige que tous le bateaux se signal par radio VHF avant de s’engager dans le passage. Nous attendrons donc à petite vitesse sur le côté du Canal que les conditions soit favorable.

IMG_9184

Il est Deux heures du mat quant nous arrivons à Puerto Willams, tout est calme mais la nuit est noire ne nous permettant pas autre chose que mouiller à côté des pêcheurs en attendant le petit jours.

écrit et relu par Anne et Domi

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s