Archives du mot-clé Raiatea

De Bora Bora à Niue

dernière vue de Bora Bora

25 septembre 2019 :

Nous avons un bon vent d’une vingtaine de nœuds, les voiles sont en ciseaux, foc tangoné et grand-voile. La mer est comme d’habitude croisée avec 2m 50 de creux. Pas moyen de mettre une ligne de pêche, nous allons trop vite et avons des pointes à 10 nœuds. Nous sommes de nouveau seul sur l’océan, pas même un oiseau pour nous accompagner . On reprend nos habitudes de quart après trois mois à terre, il faut se ré-amariner. Et même pour les manœuvres, on a un peu perdu nos repères mais petit à petit tout revient, nos réflexes aussi, chacun à sa place. Le premier jour nous allons faire 172 milles en 24 heure ce qui n’est pas mal.

Le 26 septembre 2019:  le vent faiblit et nous ne ferons que 150 milles.

Le 27 septembre2019:  identique 151 milles.

Le 28 septembre2019: le vent remonte et nous allons battre notre record 182 milles. Il nous faut absolument ralentir, nous voulons arriver sur l’île de Niue le matin au levé du jour aussi nous prenons 2 ris dans la grand-voile et trinquette.

Le lundi 30 2019:

au petit matin l’île se découpe, il y a encore beaucoup de vent mais il fait jour, après avoir passé la pointe, la mer se calme et nous sommes à l’abri du vent. Nous découvrons une île superbe, grande à peu près comme Belle-île. Pas de barrière de corail cette fois-ci et donc pas de lagon ou on peut mouiller tranquille. Les fonds tombent à pic à quelques centaines de mètres du bord. Mais le yacht club local à mis des corps morts pour s ‘amarrer et c’est bien pratique et plus sûr. En plus le corail est visible juste en dessous de la coque! De superbes plongées tuba nous attendent. Discussion à la VHF avec les autorités, ils nous donnent rendez-vous à 9:30 sur le quai de débarquement pour les formalités.(ne perdons pas de temps avec les formalités…) Nous gonflons le canoé, le quai est assez loin de notre mouillage et avec le ressac l’arrivée nous semble un peu sportive. Il faut remonter les annexes sur le quai et ils ont mis à la disposition une grue, avec le canoé pas besoin, il est si léger. Les formalités se font très vite , le matin même de notre arrivée , deux équipages sont avec nous et nous en profitons pour faire connaissance. Le Yacht Club local nous invitent le soir même à venir au club boire un verre. (là non plus ne perdons pas de temps…) Nous en profitons d’être à terre pour retirer de l’argent ici ils utilisent le dollars Néo Zélandais, (Niué est un pays indépendant – probablement le plus petit du monde – 1200 habitants – démocratie parlementaire – « librement associé » à la Nouvelle Zélande) nous devrons payer le droit de douane 80$/personne, 25 $ pour les ordures et 28 $ / jours de frais de mouillage, plus bien sure ce que nous allons dépenser pour nous.

(1$NZ = 0,55€)

Le centre ville n’est qu’un petit centre commercial formé par dix boutiques en U, un restaurant indien où nous irons dés le premier soir, après la soirée au club, pour fêter notre arrivée. Deux trois magasins de nourriture, petites épiceries où l’on trouve de tout, la banque ANZ (pas de distributeur de billet sur l’île) et deux trois autres petites boutiques de vêtements, ustensiles de cuisine, d’art. Le reste de la ville est étendu tout le long de la route qui longe la mer. On trouve ici une grande école, avec un terrain de rugby, un hôpital et un super marché à l’extérieur de la ville à côté du centre administratif où nous irons payer notre dû et faire les formalités de sortie de l’île.

peinture sur tissus pour la fête national de l’île

Nous décidons de rester quelques jours ici , Les fonds sont magnifiques et nous profitons pour nager parmi des plongeurs autour du bateau. Le troisième jour (jeudi), nous nous décidons pour un tour en vélo. Le loueur n’est pas très loin et le stop marche très bien sur les îles . Le vendredi, samedi et le dimanche l’administration seront fermé aussi, nous profitons de nos vélos pour faire les formalités de départ (clearance – ici on peut la faire plusieurs jours à l’avance) et de là nous voilà parti pour un tour de île à travers la forêt . A deux heure, nous étions de l’autre côté où un petit restaurant nous attendait pour nous servir une assiette de poisson servi avec des bananes et des tacos , face à la mer d’un côté et de l’autre à un grand écran ou on peut voir Irlande /Russie (rugby) en direct.

une baignoire rien que pour moi

Nous avons fini notre ballade par la visite des grottes de l’île qui donnent sur des piscines naturelles.

Les crampes de Domi qui ont suivi la ballade en vélo lui ont rappelé qui était temps de refaire du sport….

-Samedi, nous restons tranquille à bord pour préparer notre départ et  faire un peu de couture ( modification /réparation de la portière en tissus bleu qui ferme notre véranda par temps frais) et vérifier le gréement. Je monte Domi dans le mât et dans son inspection il trouve un « gendarme » (toron cassé) sur le bas-hauban (D1) bâbord. Rien de grave mais par sécurité on le double à l’aide d’une tresse en Dyneema de 10 mm. Dimanche  on se reposera (toute activité est interdite ce jour là sur l’île) car nous voulons partir en fin d’après midi pour les Tonga.