La traversée du Cap Vert au Brésil (2)

IMG_1055

 

Jeudi 16 Aout :

 

A 5 heure du matin un Cargo nous coupe la route. Il va au Nigeria et n’a pas envie de dévier de sa trajectoire aussi nous manœuvrons pour l’éviter. Au levé du jour Le second alternateur celui qui recharge les batteries auxiliaire ne charge plus , C’est le relais de son régulateur qui chauffe et qui bloc. Ce problème est rapidement résolu. Nous avons aussi des paquets d’algues qui viennent bloquer l’hydrogénérateur , il faut pour cela remonter le bras et libérer les intruses . Avec ces calmes, on voit à la surface de l’eau de grandes masses d’algues dérivantes. (On imagine la mer des sargasses). Si elle s’accrochent dans la quille ou le safran cela nous ralenti fortement aussi nous zigzaguons pour les éviter. Nous avons toujours le moteur au ralenti pour que le pilote puisse continuer à garder le bateau sur sa route et surtout pour ne pas reculer à cause du courant équatorial. Nous ne pouvons pas nous servir du moteur pour avancer à notre vitesse de croisière car nous n’avons pas emporté assez de carburant (pas fait le plein depuis le départ des Sables).

Le soir je fais comme au resto. Je prépare la dorade en sushi et à la tahitienne. Miam, miam. On se régale et en plus c’est beau.

IMG_1019

Toute la nuit le vent fait le yoyo , c’est épuisant . Nous envoyons le foc et cinq minutes plus tard nous affalons pour remettre le moteur . Il fait une chaleur dans la cabine ! C’est insupportable ! Nous changeons notre couchette pour celle du carré qui est moins bruyante et plus aérée. J’avais l’idée qu’en plein océan la houle était longue et très creuse . Là , nous avons 50 cm de houle pas plus mais très courte . On m’avait parlé aussi d’alizé ? Oui certes, le vent quant il y en a, souffle du secteur nord (donc vent arrière) mais il ne dépasse jamais les 6 nœuds (donc insuffisant pour gonfler correctement le voiles) .IMG_1024

 

Vendredi 17 Aout :

Toujours pareil , pas de vent , Domi perd patience ça commence à bien faire ce n’est pas ce qui était prévu . La météo s’est encore planté où quoi ? même Hercules notre pilote préféré en perd son latin et ne veut plus rien entendre . La girouette fait des 360 tours sans arrêt . L’orage le soir monte, nous en profitons pour installer le récupérateur d’eau de pluie ( c’est une première pour lui comme pour nous) . Le premier nuage passe, pas de pluie, juste un crachin Breton . Plus loin un deuxième, et nous arrivons enfin à avoir une bonne averse pour remplir nos jerrycans et nos seaux. Nous n’étions pas en manque d’eau c’était juste une bonne occasion pour essayer le récupérateur et faire mumuse avec l’eau. Nous finissons donc à poil pour profiter de cette abondance d’eau douce et savourer les délices d’une bonne douche fraîche. Avec la pluie enfin un peu de vent , c’est toujours ça de pris. Nous rangeons le matériel mais toute la nuit les nuages vont se succéder, vent, pas de vent , vent , pas de vent . épuisant …

Samedi 18 Aout :

 

Température de l’air 30° eau 29.2 baromètre 1018mb 2,6 m passage de poissons (surement du gros) on est au 5°30.541’nord 28 °44,308’w (bientôt l’équateur)

Baignade au lever du jour, et ensuite j’installe la ligne. Domi va se reposer. Nous avons retrouvé le soleil et un tout petit vent c’est établi.

IMG_1039

Sur le coup de midi, un poisson choisi son moment pour surfer au bout de ma ligne. Pas de panique. Nous le laissons un peu s’agiter pour qu’il se fatigue (merci Alain pour le truc du sandow) et l’on fini tranquillement notre repas. Cette fois-ci c’est du lourd. Pas de doute c’est un prédateur, il ressemble au brochet de forme en plus coloré avec une tête pas sympa, des petites dents aiguisées des vrais rasoirs. Un coup d’œil à nos fiches (américaines) nous indique qu’il s’agit d’un Wahoo (classé comme bon poisson comestible). Nous pensons que le nom français est Tazar (à vérifier) il a une chair blanche et ferme , une fois cuisiné on dirait du bifteck sous la dent tellement la chair est ferme . Après la sieste, je cuit la queue en court bouillon et je l’émiette pour en faire un pâté avec du fromage « Philadelphia» (sorte de St Moret américain) , huile d’olive, citron vert, ail coriandre (qu’il me reste fraîche) . Nous mangeons ce délicieux met accompagné de riz. Pour le soir c’est un peu lourd . Le vent de Sud-SO nous porte tranquillement en laissant le pot au noir derrière nous, ouf ! Ce n’est pas pour autant que nous avons moins chaud à bord ! l’air est très sec et malheureusement les embruns nous ont contraints à fermer tous les hublots.

Petit annecdote dans la nuit qui nous a bien fait rire.

Domi se réveille sur le matin (comme disent les marins la tête dans le cul) il a dans la main un poisson qu’il tient par la queue « qu’est ce que c’est que ce bazars » il a trouvé ce poisson dans sa chaussure. Imaginez le scénario. Le poisson attérit dans le cockpit, en faisant un boucan pas possible, saute et rentre par le hublot de la cabine directement sur l’oreiller de Domi,  le réveillant au passage. Mais d’un dernier sursaut le poisson s’en va finir sa course au pied du lit dans la chaussure. Domi  se rendort, il y a juste une petite odeur de poisson qui traîne maintenant sur l’oreiller.

Quant tu restes peinard à la maison , tu ne vis pas des trucs comme çà ?

 

Dimanche 19 Aout :

Aujourd’hui pas de pêche aujourd’hui, nous en avons assez dans le frigo.

Je vais vous donner plutôt la recette de brandade de morue coryphène fait bateau

-dans un rice cooker faire cuire des pommes de terre pour deux avec 1/3 d’eau de mer 2/3 d’eau douce

-mettre les pommes de terre dans un récipient

-épluchez les et écrasez les à la fourchette (pas de mixeur à bord)

-cuire à la suite le poisson dans le même rice cooker en cour bouillon pas longtemps

-éplucher et émietter le poisson avec les pommes de terre

-épicer avec de l’ail, sel si besoin, poivre cumin enfin bref se que vous trouvez au fond de votre placard

-un peu d’huile d’olive (c’est un poisson charnu mais pas un gramme de graisse)

-du lait de coco (où autre)

-si vous aimez mettez aussi du gruyère (on en a plus à bord) passez au four (sous l’équateur on a pas voulu.

Régalez –vous

 

Avec çà j’ai l’estomac bien plein et le repas du soir sera remplacé par juste un peu de fromage pour moi. Domi lui se fera une belle darne de poisson (wahoo, ça va de soi)

 

Lundi 20 Aout :

Je vous passe les détails de navigation, les cargos rencontrés (il commence à il y en avoir beaucoup, je suppose qu’il retransmettent notre position sur marine-traffic.com), les manœuvres et réglages de voiles incessants que nous faisons, à force le texte deviendrait rébarbatif. Je voudrais plutôt vous parler de la vie à bord. Il ne faut pas imaginer que pendant la traversée, les taches ménagères soient négligées. Au bout de quelques jours ça deviendrait vite une porcherie …Sur de petites traversée de 2 -3 jours on peut attendre l’arrivée au port, mais là nous sommes en mer pour 15 ou 20 jours voir plus, aussi nous essayons de tenir notre maison flottante le plus propre possible. La vaisselle est faite après chaque repas comme à la maison. Lavée tout d’abord à l ‘eau de mer (en plein océan elle est vraiment limpide) puis rincée à l’eau douce (un minimum : il faut faire durer la réserve). Il faut de temps en temps sortir balais et pelle et passer un coup de lavette. Nous avons un gros avantage sur notre bateau grâce à notre « dog house / véranda » tous les repas se font dehors. Le carré à l’intérieur n’est utiliser que pour bricoler où stocker des vêtements, les gilets de sauvetage (que l’on utilise lors des manœuvre mais aussi dés que le vent monte et que la mer s’agite et toujours la nuit).

Finalement, je vous le disais, c’est comme à la maison sauf que çà bouge un peu et surtout, gros avantage : on a plus de courses à faire, elles ont étaient faites avant le départ et si on a oublié le sel c’est pas grave c’est pas çà qui manque autours de nous.

 

Mardi 21 Aout :

Bruine, crachin breton, nuages orageux : c’est le temps de ce matin. Le vent, lui, reste variable en force et en direction. On n’arrête pas de régler les voiles. On est pas en course on voudrait bien y aller relax, mais quand le bateau n’est pas bien réglé, non seulement il se traîne mais il bouge dans tous les sens en faisant battre les voiles. Ce n’est pas confortable.

Nous voyons apparaître à l’horizon un gros cargo blanc il n’a pas l’AIS . C’est probablement un bateau usine pour la pèche industrielle. Il va nous passer à un mille de nous (pas cool ça, de nuit il nous aurait fait une belle frayeur).

Aujourd’hui c’est passage de l’équateur.

IMG_1079

Nous sommes déjà passé plusieurs fois l’équateur mais c’est la toute première fois en bateau à voile. Ce bateau est allé deux fois aux Antilles mais n’a jamais encore passé l ‘équateur. Les marins en général sont très superstitieux et au passage de l’équateur il se doivent d’offrir à Neptune un rafraîchissement pour le remercier d’être clément avec l’équipage. Donc une bonne rasade de rhum pour Neptune, une pour le bateau et une pour l’équipage (qui lui n’aura le droit qu’a du Kéfir – il faut garder les idées claires) . C’est la fête à bord . On se déguise avec se que l’on trouve et on chante des chansons de marin.

IMG_1068

Le soir enfin le vent monte à 15 nœuds,ouf ! il était temps mais maintenant on a du mal à écrire tellement ça bouge. Sur un bateau on a une régle, il faut garder 3 appuis (les deux jambes plus une main sur une main courrante) et la dernière main est pour l’objet que l’on doit passer à l’autre . La démarche doit être sure et nous progressons soit par petits bons soit comme au ralenti.

IMG_1071

mercredi 22 Aout:

 

C’est décidé, nous allons directement à Salvator de Bahia , nous sommes bien positionné à l’est pour profiter de l’alizé. Faire le détour par Fernando de Noronha nous forcerais à aller beaucoup plus vers l’ouest et par la suite à tirer des bord le long de la côte brésilienne pour continuer notre route. Certes l’endroit est paraît-il magnifique, mais il y a une taxe de 300 euros pour 48 heures à payer est (l’île est parc national) ce qui fait très cher pour un mouillage réputé très rouleur à cause de la houle en cette saison et en plus la météo prévoit des orages sur cette zone. On verra au retour me dit Domi,pour me consoler .

Le vent est soutenu avec beaucoup de grains, et nous alternons GV haute et foc avec GV à 2 ou 3 ris et trinquette. Brésil tiens toi bien ! nous arrivons à grand pas !.De nouveau des cargos nous accompagnent sur notre route en nous passant de droite et de gauche, a un mille de nous, il y a vraiment de la circulation dans le coin .

 

jeudi 23 Aout :

IMG_1091

Rien de spéciale journée identique à la précédente, changements de voilure, direction du vent et orages.

 

vendredi 24 Aout;

Nous avons une fuite dans le coffre arrière, rien de bien inquiétant , mais il faut vider de trois seaux d’eau toutes les 6 heures. Nous n’avons pas encore localisé par où l’eau passe. Il en profite aussi pour resserrer les vis de la rotule supérieure de l’axe du safran qui s’était complètement desserrées et changer des boulons normaux contre des écrous « nylstop » qui devrait rester bien serré quelque soit les vibrations. Des paquets de mer viennent se briser sur le pont en balançant au passage notre repas volant. (ces jours-ci les poisson volants sont très nombreux et vraiment gros – la taille du maquereau moyen – chaque atterrissage sur le pont fait un vacarme épouvantable) Heureusement plus de pêche pour l’instant , nous allons trop vite et la houle est forte .

La vacation de ce soir se fait à hôpital, maman est de retour là-bas . Ce blog lui est dédié, c’est principalement pour elle que j’écris pour qu’elle puisse nous suivre dans notre voyage et qu’elle soit avec nous.

 

25 Aout :

Les journée se succèdent et nous longeons maintenant la côte Brésilienne , suffisamment loin pour éviter les pêcheurs qui n’ont pas AIS et qui ont des filets dérivants d’un kilomètre derrière eux . La nuit on ne peut pas les louper, ils sont éclairés comme des vrais paquebot mais seulement un petite loupiote signale la fin de leur filet.Nous pensons arriver entre Mardi dans la soirée où mercredi matin .

Recette de la rillettes de poisson volant au fromage yankee et curcuma façon chef :

il vous faut au moins deux poissons volants trouvés sur le pont le matin

du Philadelphia (fromage américain que l’on trouve dans tous les port du monde) un jus de citron vert(cela tombe bien ce sont les seul agrumes qu’il nous reste ) du curcuma , sel , poivre et un minou qui est prêt à cuisiner même quant la mer est en vrac . Faire cuir le poisson au cours bouillon, enlever les arrêtes et ça c’est pas facile quant ça bouge mais bon … émietter et mélanger les ingrédients en écrasant . servir sur des crackers, tucs ou biscottes enfin ce qui reste au fond du placard (fin de traversée) .n’oubliez pas l’assaisonner à votre gout et régaler vous .

 

Dimanche 26 Aout :

C’est la fête à Vaas chez ma sœur Véro. C’est sympa de suivre les autres alors que vous nous suivez vous aussi. Je ne suis pas déconnecté et je n’en ai pas envie. Quant nous habitions aux Emirats c’était pareil, j’ai une partie de moi qui reste là-bas avec eux .

Cela s’appelle la nostalgie du pays ? Je suis pourtant bien ici et n’échangerai pour rien au monde ce voyage, même si par moment la vie de marin n’est pas facile .

Lundi 27 Aout :

Les grains se succèdent ne nous laissant très peu de répit , Ils se font de plus en plus violent et nous devront réduire sérieusement la voilure . Dans la soirée sous la violence des grains on affale complétement la GVoile  pour continuer sous foc seul .

Mardi 28 Aout:

Il est 5 heure30 , le jours se lève et nous sommes à la bouée marquant le chenal d’accès de la baie de Tous Les Saints . Les grattes ciel de Salvador de Bahia se découpent sur l’horizon. La traversée est finie , Nous aurons mis 16 jours 22 heure pour 2300 milles effectués. ce qui nous fait une moyenne de 5nœuds 6. C’était une excellente traversée et nous avons hâte de découvrir le Brésil.

IMG_1127

écrit par Anne et corrigé par Domi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s