Si tu vas à RIO !

IMG_7101

Club Naval où nous sommes accueillis

Vendredi 21 septembre :

C’est le jour du printemps mais le temps n’est pas au rendez-vous. Une partie de la lessive a réussi à sécher cette nuit, mais ce matin le temps est menaçant, pas sûr que la deuxième partie puisse sécher aujourd’hui. La place que nous avions prise hier soir en arrivant est à un membre du club qui revient demain. Nous devons donc changer de place de ponton ce qui nous prend pas mal de temps et c’est seulement en début d’après midi que nous sommes prêts à quitter le bateau. Nous devons aller à Rio (de l’autre côté de la baie) en transport en commun pour accomplir les formalités d’arrivée dans cet état.

IMG_7104

C’est les élections, les drapeaux sont de sortie

Evidement qui dit baie à traverser dit ferry ou vedette et il ya un terminal de vedette rapide à 10’ à pied de la marina. Mais ce que nous n’avions pas prévu ce sont les horaires. Il est 13 heures et la prochaine vedette ne partira qu’à 16 heures. Heureusement il ya toujours le plan B qui consiste à prendre le bus 33 jusqu’au terminal des ferry de Niteroi et prendre l’un deux qui part toutes les quarts d’heure pour Rio.

 

 

Cette baie à beau être une des plus belles de monde elle n’en est pas moins l’une des plus polluées et c’est un vrais crève cœur de voir cette eau si noire avec toutes ces ordures surnageant à la surface. Ce matin nous avons vu une pauvre tortue qui essayait de nager dans ce cloaque.

IMG_7076

Nous devons commencer notre visite par la police fédérale. Le secrétariat du Club nous a donné les renseignements pour s’y rendre, par prudence nous prenons un taxi qui nous mène tout au bout de la rue indiquée sur le papier. On remonte toute la rue à pied et nous trouvons effectivement le bâtiment de la police fédérale mais ils nous disent que pour les formalités relatives aux bateaux de plaisance et à l’immigration ce n’est plus là mais que c’est à côté du terminal des ferry, on est dégouté. Retour à la case départ et nous voilà qui tournons autour de la gare des ferries sans trouver le moindre bureau de police. Même les policiers de rue à qui nous demandons de l’aide ne peuvent nous aider : peut-être à l’aéroport dit l’un d’eux, çà tombe bien il y a l’aéroport Santo Dumont juste à côté? Non non, il voulait dire l’aéroport international complètement à l’extérieur de la ville. Bon, on laisse tomber la police fédérale. Après tout on à fait notre entrée au Brésil légalement à Salvador et nos passeports sont tamponnés en bonne et due forme donc fédéralement nous devrions être en règle…Nous nous retranchons directement vers la Capitania do porto qui devait être l’étape finale. Le planton de garde à l’entrée de la Capitania do Porto nous prend pour des touristes et nous envoie au musée de la marine. Nous revenons vers le planton en lui montrant nos papiers de la Capitania de Salvador, il consent finalement à nous guider vers une porte latérale ou se trouve le service compétent (ou supposé tel) mais il est 16 heures et il est fermé depuis 15 heures et ne rouvrira que lundi (nous ne sommes que jeudi, les marins bureaucrates bénéficie apparemment d’un très long week-end). Je commence à perdre patience.

unnamed[1]

Nathan notre sauveur!

Heureusement Nathan, jeune marin du service d’en face parle anglais et comprend notre désarroi quand on lui explique qu’on nous a balladé toute l’après midi à la recherche de la Policia Fédérale, qu’on ne tiens pas à passer 3 jours sans papiers et que de plus nous voulons repartir dimanche pour Ihla grande donc il nous faut absolument ces documents pour continuer notre voyage. Nous revenons avec lui à l’entrée principale de la Capitania. Il fait des pieds et des mains pour convaincre son collègue planton de nous laisser entrer et trouver un responsable qui puisse nous tirer d’affaire. Une demi heure plus tard, l’affaire est réglée et notre papier est tamponné bien comme il faut. Merci Nathan ! Tu nous a tiré d’un bien mauvais pas (sans lui nous aurions du revenir lundi) ! Tout est bien qui fini bien mais il est déjà 5 heure et demi et si nous voulons être rentrés au Club Naval avant la nuit il faut y aller (la route menant au club ne serait pas sûre passé une certaine heure). Nous nous séparons de Nathan après lui avoir donner l’adresse de notre blog. Nous l’avons à peine quitté que nous regrettons de ne pas avoir pris de photos de nous trois il était tellement sympathique.

De retour au bateau Marco nous invite à venir prendre un verre de vin à bord de Pegasus, son bateau qu’il a depuis un an et qu’il entretien amoureusement. Nous faisons la connaissance de sa femme Rosanna et nous passons une soirée très sympathique. Lui est officier de la marine brésilienne en retraite depuis un mois (lui aussi mais il est beaucoup plus jeune J). Il a eu la chance nous dit-il d’être détaché 2 ans à Aix en Provence pour superviser la fabrication d’une commande d’hélicoptères pour la marine. Ils ont donc vécu en France deux années avec leurs enfants et ils ont adoré. Leur fille finit d’ailleurs ses études à l’université de Lyon et ils vont lui rendre visite en Novembre tout en profitant pour faire un peu de tourisme. Ils sont amoureux de la France de sa culture et de ses monuments, particulièrement les villages médiévaux (qui n’ont évidemment pas d’équivalent au Brésil ou les constructions les plus anciennes dates du 17ème). On partage ensemble plein de renseignements sur les lieux à voir en France et au Brésil. Le lendemain ils nous emmènent au grand super marché « Pao De Azucar » de Niteroi où nous pourrons trouver de la semoule de couscous (le féculent le plus rapide à préparer, utilise peu d’eau et peu d’énergie : idéal en bateau), de la moutarde de Dijon et autres produits Européens. Nous rentrons par le bus 33 chargés comme des baudets. Il ne fait pas beau et çà tombe bien, la journée était réservée pour les courses et la lessive de drap de serviette. L’après midi on retourne, à pied cette fois-ci, au supermarché du coin pour compléter nos approvisionnement (il ne faut pas compter trouver quoique ce soit sur Ilha Grande et nous voulons y rester un peu de temps). Le soir nous voulons recevoir nos nouveaux amis à bord mais ils ne sont pas disponibles ils retournent dans chez eux à une heure de Rio. Nous nous séparons en échangeant numéro de téléphone, photo souvenir et bien sûre l’adresse du blog.

Samedi 22 septembre :

Quand nous nous levons il fait enfin beau. C’est décidé nous allons monter là haut comme dit la chanson. Comme nous ne voyons pas de mouvement aux vedettes rapides nous en concluons que le samedi elles ne fonctionnent pas ce qui est effectivement le cas. Nous prenons directement le bus depuis la marina jusqu’au ferry de Niteroi. Arrivée à Rio nous cherchons une ligne de bus qui aille à Corcovado, la colline très escarpée où trône la statue Art Déco du Christ Rédempteur. C’est le bus 422, on galère un peu pour trouver son arrêt. Le bus est très inconfortable et le chauffeur se prend pour Fangio (pour les plus jeunes : coureur automobile italien de la première moitié du 20ème siècleJ). Nous arrivons tout de même en un seul morceau au petit train à crémaillères de Corcovado. Les 2 premiers trains sont complets, il nous faut attendre celui de 13 :20 parmi quelques touristes étrangers et beaucoup de touristes brésiliens. La foule est plutôt disciplinée et chacun attend son train avec patience. Toutes les 20 minutes un train démarre.IMG_7206

Aujourd’hui il y beaucoup de monde, d’une part c’est le week-end et d’autre part c’est le premier jour de beau temps depuis une semaine… Nous sommes confiant avec cependant une réserve, nous avons observé un changement de vent en arrivant à Rio avec de la brume venant de l’océan.IMG_7127

Il est 13 heure 20 et le petit train démarre. Juste avant le départ un employé nous a demandé si on voulait reporter notre visite à un autre jour la visibilité pouvant être mauvaise au sommet. Bon, on est venu jusqu’ici, on attendu le train presque une heure, tant pis on y va quand même.

IMG_7145

Mais arrivés au 3 /4 du parcourt des nuages nous entourent déjà, nous empêchant de voir la ville. Et tout haut c’est la purée de pois. On ne peut rein voir du tout. Le brouillard est tellement dense que c’est à peine si l’on peut voir le christ depuis le pied de la statue. Pourtant il y a foule et les gens attendent patiemment que le miracle ce produise et qu’enfin ils puissent apercevoir la ville mythique au pied du christ. Pas pour nous, on a pas envie d’attendre l’hypothétique éclaircie plantés là.IMG_7163

Tant pis on fera comme ceux qui sont resté en France on ira voir tout çà tranquillement sur Google Hearth.

 

IMG_7188

Il y avait aussi la solution du photographe qui vous prend en bas du petit train et vous propose des photos de vous avec en arrière plan le fameux paysage pris sous un soleil radieux (merci Photoshop) …. Bon, nous redescendons sans trop tarder pour profiter encore du beau temps qui persiste en bas et continuer notre ballade vers Copacabana et Ipanema les plages légendaires de Rio.IMG_7260IMG_7246

Nous sommes le week-end et les Brésilien (je crois que les gens de Rio s’appellent les Cariocas) sont tous sur les plages à se faire bronzer, jouer au ballon, écouter de la musique

IMG_7259

c’est une magnifique plage qui est à perte de vue du pin de sucre jusqu’à la sortie de la ville.

IMG_7250.JPG

IMG_7264

 

Vers cinq heures les gens commencent à rentrer chez eux et nous devons en faire autant surtout que nous sommes complètement à l’opposé de l’autre côté de la baie. Refaire le chemin inverse va nous demander au moins une bonne heure sinon plus sans compter les changement de bus et l’attente au ferry. Mais nous avons de la chance le bus qui vient d’arriver à l’arrêt ou nous attendons affiche Charitas. Mais c’est là où nous allons, c’est là ou est notre Club Naval ! On n’hésite pas, vite on monte à bord avant qu’il ne reparte ! Certes il fait le grand tour par le gigantesque pont qui traverse la baie mais c’est moins cher, on n’a pas les arrêts et changements et surtout il est bien plus confortable que les bus de ville. Et nous voilà embarqué dans une traversée expresse de Rio illuminée de mille éclats, magique. Quelle journée ! nous sommes lessivés mais heureux d’avoir vu Rio. Demain nous repartons vers Ilha Grande un havre de nature et de beauté.

IMG_7297

 

écrit par Anne et complété par Domi

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s