(6) La Terre de Feu et la Patagonie (remontée du Chili par les glaciers)

Vendredi 19 janvier 2019 :

Si on m’avait dit qu’il pleuvait autant j’aurai peut-être réfléchi à deux fois avant de venir , La condensation s’en donne à cœur joie et je surveille de près tout se qui aurait tendance à moisir . Tous les vêtements sont sous plastiques et nous utilisons les mêmes vêtements depuis que nous sommes partis. Je fais bien quelques petites lessives mais le strict minimum. Nous n’avons plus que des oranges et des pommes et en légumes quelques carottes, pomme de terre et oignons. Heureusement il nous reste beaucoup de légumes et de féculents secs où en conserve, de fruits secs et des graines de toutes sorte. Je fais du pain, des gâteaux, et de la salade de graines germées .IMG_0588

Nous quittons le canal Wide et empruntons le canal Icy le bien nommé. C’est l’accès au glacier Pie XI. Nous n’irons pas jusqu’au glacier mais déjà l’eau est de ce bleu très spécial et le courant n’est plus du tout en rapport avec la marée mais clairement du à la fonte de la glace. Nous mettons le clignotant à gauche sur le canal Grappler, le canal aux milles cascades.

IMG_0598Caleta Lucrécia (donne directement sur le canal Grappler) S 49°30’68-W 74°15’94

Caleta Lucrecia sera notre arrêt de ce soir. Au fond il y a une cabane de pêcheur sur un énorme tas de coquille de très grosses moules (cholgas) ils doivent les décortiquer sur place mais aujourd’hui il n’y a personne.

 

Samedi 20 janvier 2019:

Nuit très calme et dehors il y a pétole, le canal luit tel un mirroir. Dans un souffle d’air nous partons sous voile plus moteur au ralenti. Les paysages par ici sont assez lugubres, les roches sont noires et luisantes et par ce temps maussade elles resortent encore plus sombres. Des cascades se déversent de la moindre infractuosité de la roche des versants pour se jeter dans la mer. Nous sortons du canal Grappler pour aborder le Paso del Indio. Il y a un peu plus de vent, nous coupons le moteur. Nous sommes vent arrière (pour une fois J).

IMG_0585

Au bout de quelques milles nous affalons la grand voile pour être le plus manœuvrant possible dans ces passages plutôt étroits. Tout à coup nous apercevons un bateau derrière nous. Il est manifestement plus petit que nous mais il nous rattrape il est sous voile mais il doit avoir aussi son moteur car il avance plus vite que nous. Il nous dépasse et alors que nous faisons un léger détour pour laisser passer un cargo et arrive juste avant nous à Port Eden ; il nous dira plus tard qu’il forçait un peu l’allure car il n’était pas sûr des horaires de marées et il craignait que le courant s’inverse. D’ailleurs il y a foule, devant Puerto Eden, à peine le cargo passé en envoyant ses messages de sécurité sur les ondes de la radio (afin de s’assurer qu’il aura le passage libre dans les passages étroits) , C’est un chalutier qui à son tour nous dépasse et maintenant c’est le ferry repart emportant ses passagers vers Puerto Montt et la civilisation. On avait plus l’habitude d’un tel trafic ! Les petites maisons en bois colorées du village apparaissent devant nous. Mais c’est tout petit ! A peine une trentaine de maisons. Nous rentrons dans la baie devant le village. Ce n’est pas grand non plus, seulement trois bateaux peuvent y mouiller.IMG_0626

Le bateau qui vient de nous dépasser est déjà ancré, il bat pavillon Suédois. Nous les invitons à venir à boire un verre et manger à bord ce soir. Pia et Ulf sont partis de Stockholm il y a quatre ans déjà dans leur petit bateau (9m, quille longue et arrière norvégien, construit à la fin des année soixante).IMG_0624Puerto Eden S 49°07’63- W 74’24’77

 

Après un détour par le Spizberg (c’est presque sur la route, non ???) et une descente de l’Atlantique ils sont arrivés au Chili. Ils ont quitté Puerto William vers le 20 novembre, juste un mois avant nous. Nous sommes les premiers humains qu’ils aient rencontré depuis cette date et nous n’avons non plus rencontré personne depuis Puerto Williams. Nous passons une super soirée ensemble en vidant quelques bouteilles d’excellent vin chilien et un bons plat de ragouts de mouton au haricots. Entre temps, un bateau Américain est arrivé du nord il ne reste plus beaucoup de place dans la petite baie, juste le bout du quai que personne n’utilise.IMG_0649

Dimanche 21 janvier 2019:

Pendant la nuit l’alarme de mouillage se met à sonner Domi se lève et vérifie son ancrage il reste un petit moment à contrôler si tout tient, au bout d’une heure il vient se recoucher. Le matin c’est moi qui me lève la première et l’alarme se remet à sonner là je pense que l’on dérape. l’ancre semble raccrocher mais nous sommes maintenant un peu trop prés du rocher avec une balise. Nous nous déplaçons, entre temps l’Américain aussi dérape et se retrouve en plein dans le chenal d’entrée presque à l’extérieur, il se remouille devant nous.IMG_0676

A la fin d’une matinée pluvieuse, nous avons enfin un peu de soleil mais en alternance bien sure avec des averses, faut pas rêver ! Nous pouvons descendre à terre et faire quelques courses à l’épicerie du coin tenu par un couple de personne âgés.

On a pas osé les photographier, ils étaient tous les deux vraiment conforme la vision que l’on peut avoir des indiens qui vivaient ici il y a deux siècles. L’épicerie aussi semblait venue tout droit du 19ème siècle avec sont comptoir en bois et ses étagères dégarnies. Au retour au mouillage Domi essaie de réparer les contacteurs du guindeau qui ne fonctionne plus ce qui est très gênant car on est obligé de remonter l’ancre à la main. De la graisse que Domi avait utiliser pour améliorer étanchéité semble s’y être infiltrée et empêche le contact de se faire. En secours, en tirant un câble jusqu’à l’arrière Il installe un interrupteur dans un boitier manœuvrable depuis la barre. De mon côté je range les quelques courses que nous avons ramenées (œufs, patates, oignons, un peu de viande et de vin rouge) et prépare le repas du soir. Ensuite nous profitons que le vent se soit un peu calmé pour remouiller. Le vent à encore tourné et nous sommes maintenant trop près de l’Américain et de plus le vent va tourner et nous risquons de nous retrouver sur la falaise fermant le côté est de la baie.IMG_0665

Ensuite et enfin nous retournons à terre faire une belle ballade autour de ce village quasi-lacustre. Un promenade en planche construite sur pilotis avec une belle rambarde en bois a été aménagée au tour de l’île allant de maison en maison. Beaucoup de ces petites maisons semblent neuves (ou très bien entretenues). Les cheminée qui fument indiquent celles qui sont habitées. Il y a aussi de vieilles constructions défraichies ou un peu délabrées comme l’épicerie. Une cale toute neuve et une petite « gare maritime » ont été construites récemment pour recevoir le ferry qui apportent les provisions et fait le lien avec le reste du monde. Le chemin de planche continue jusqu’au sommet de l’île ou à été aménagé un belvédère donnant une vue imprenable sur les environs. On pensait que le sommet de la colline serait peu être plus sec que le bas, pas du tout : constitué de tourbières, il est encore plus détrempé que le reste de l’île, c’est d’ailleurs là qu’est installé le captage de l’eau potable alimentant les maisons du village.IMG_0666

L’armada est installée sur une autre île en peu à l’écart du village. Leur bâtiment a brûlé l’année dernière, on leur a construit un ensemble tout neuf avec de magnifiques toits bleus surveillant l’entrée de la baie. Après un bref échange à la VHF nous sommes dispensé d’aller leur rendre visite et renouveler le ZARPE (autorisation de naviguer)

Puerto Eden est un endroit vraiment charmant et nous y serions bien restés quelques jours mais les conditions pour demain sont pour tout dire inespérées voire idylliques pour passer l’Agostura Inglesa ce passage étroit aux courants violent qui donne accès au canal Messier : d’abord l’heure de la marée en tout début d’après midi ce qui nous donne le temps de partir tranquillement et d’arriver à temps pour la renverse, ensuite le petit coefficient de la marée nous sommes en mortes eaux, le courant sera faible et génèrera peu de turbulences, et enfin la météo annonçant un peu nuageux et un vent de sud ouest faible à modéré. Tout est parfait pour passer, c’est une occasion à ne pas rater.

IMG_0662

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s