Les phoques et les langoustes de Kaikoura

La nécessité d’effectuer un contrôle médical de routine nous contraint à nous rendre à l’hôpital de Blenheim. De Picton il n’y a que 25 km mais ce n’est pas si simple que çà. Il n’y a qu’un bus par jour et l’horaire ne convient pas du tout. Pas de train (bien qu’il y ait une voie mais elle n’est utilisée que pour les marchandises et un train touristique qui ne fonctionne plus depuis que les touristes étrangers ne peuvent plus venir dans le pays). Les taxis sont hors de prix et les navettes privées pas beaucoup moins chères. On se rabat donc sur la location de voiture mais comme nous sommes 2 jours avant Noël les tarifs sont plus élevés que d’habitude. Ils restent tout de même plus abordables que les autres alternatives nous optons donc pour cette solution. Et, si la visite médicale ne dure pas trop longtemps on pourra en profiter pour faire (encore) un peu de tourisme, et quelques courses.

Le passage à l’hôpital nous donne l’occasion de constater l’efficacité et l’humanité du système hospitalier néo-zélandais (pas de stress, le personnel souriant en tenue de Noël et les salles décorées pour l’occasion) En une heure nous sommes ressortis et on met le cap sur Kaikoura.

A la sortie de Blenheim un panneau nous indique que la route nationale 1 (SH1) est ouverte pour Kaikoura et Christchurch. Tiens passerait-elle par des cols en altitude risquant d’être fermés par la neige ? Pourtant d’après la carte, la route suit la côte jusqu’à Kaikoura ??? Nous comprendrons plus tard la raison de ce panneau : nous sommes dans une zone de forte activité sismique et les falaises bordant la route côtière s’effondreraient, parait-il, assez fréquemment, sous l’effet de secousses modérées, bloquant ainsi la route. Les fonds autour de la péninsule auraient d’ailleurs aussi remonté de plusieurs mètres lors d’un récent tremblement de terre plus fort que les autres.

Au passage, nous traversons la partie la plus récente du vignoble de Marlborough : la vallée de l’Awatere (voir notre article Cheers Mate!) qui est effectivement nettement plus vallonnée que le reste de la région. Ici il y a même des vignes sur des coteaux, nous sommes rassurés ! C’est là que se situe le domaine de Rapaura springs dont nous apprécions particulièrement le Pinot Noir, beaucoup plus charpenté et long en bouche que ses homologues de la vallée de Wairau. Malheureusement, le crachin breton qui sévit aujourd’hui sur la vallée ne nous permet pas de photographier le paysage…

Une fois sortie de cette vallée la route longe la côte au pied des falaises (espérons que la terre ne tremble pas aujourd’hui!) Côté mer elle est débordée par un glacis de roches affleurantes plus ou moins plates : sans doute les séquelles de l’activité sismique qui lui donne un aspect assez étrange mais fond le bonheur de grandes colonies de phoques qui se prélassent dans les rayons timides du soleil revenu pour la circonstance.

Un de nos guides nautique cite Kaikoura comme un abris possible sur la route entre Christchurch/Lyttelton et le nord. Celà nous semble très optimiste ou alors par beau temps : au sud une baie semée de recifs et ouverte de l’ouest à l’est par le sud et au nord, un petit port de pêche minuscule accessible par un chenal peu profond zigzagant entre les têtes de roches… Kaikoura est avant tout une petite station balnéaire (après avoir été une station baleinière:() et (c’est important) un haut lieu de pêche à la langouste. Et comme Noël est dans deux jours on cède à la tentation. On se choisit un resto sympa avec vu sur la baie et on s’offre une super langouste (le prix est très raisonnable par rapport à ce qui se pratique sur la côte Française…) . Elle est délicieuse, très bien préparée et servie avec des frittes pannées à la bière (spécialité locale). On se régale et on se fait une bonne promenade digestive autour de la pointe sans déranger les nombreux phoques dans leur sieste sans doute bien méritée.

Retour sur Picton avec un détour par le Pack’n Save de Blenheim pour faire les courses pour les deux semaines suivantes qu’on pense bien passer dans les Sounds. Notre position à quai nous permet de décharger les sacs directement du coffre de la voiture sur le pont du bateau : pratique !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s