Polewali 2: à la découverte des rizières et des environs

Jeudi 10 mars 2022 nous avions programmé une excursion en montagne avec Syahida et Rival mais c’était sans compter sans l’immigration qui nous téléphone en tout début de matinée pour nous annoncer qu’ils viennent nous voir pour nous poser quelques questions complémentaires avant de nous donner nos visas. Ils arrivent à 5 dans un gros 4X4 ce qui nous à fourni une bonne excuse pour ne pas les faire monter à bord vu la taille de notre dingy (annexe) 3 places. C’est donc sous l’un des abris de la plage que nous nous installons, ils étaient en fait intrigués par notre bateau à la fois domicile et mode de transport ainsi que nos étapes passées et futures. L’ambiance était très bon enfant, le plus important étant d’être pris en photo avec nous.

Ensuite c’est un militaire qui passait prétendant que dans son rôle de gardien de la sécurité nationale il devait voir notre bateau (???) Pendant que Domi discutait avec lui, (et a apparemment réussi à le convaincre que ce n’était pas le bon jour pour une visite) je suis retournée seule, dans la petite rue d’en face faire quelques photos. En passant devant l’école les enfants m’attendaient dans la cours et comme c’était la récréation ils m’ont accompagné jusqu’à qu’on entende la cloche de l’école les appelant pour rentrer en classe. Dans la rue riz et des fèves de cacao sèchent sur des toiles à même le sol. Plus loin, une dame concasse les fruits pour en extraire les fèves. Entre temps Syahida et Rival nous annoncent qu’ils n’ont finalement pas trouvé de voiture pour l’excursion et qu’il est de toute façon un peu tard pour aller très loin.

Du coup il nous propose de visiter les environs sur leur scooters. On part sur les petits chemins qui serpentent à travers les rizières et les villages jusqu’au pied de la montagne. C’est magique et très différent de tout ce que nous avons vu jusqu’à présent, nous ne regrettons pas d’être finalement partis en scooter car les routes finissent souvent en petits chemins trop étroits pour une voiture et en 2 roues c’est plus facile de s’arrêter pour faire des photos. Le riz (3 récoltes par an) dans les plaines le long des rivières et le cacao au pied des montagne semblent être les deux ressources essentielles de la région. Il est 1 heure quant nous revenons du côté de Sapoang. Nous nous arrêtons dans une cantine au bord de la route pour nous restaurer. Après le repas, Syahida doit aller travailler. Nous nous séparons de nos guides tout en convenant d’organiser une nouvelle excursion samedi ou dimanche.

Comme il fait beau et que nous avons encore du temps avant le couché du soleil nous partons à pied faire le tour la montagne qui surplombe la baie. On commence par remonter ma rue préférée, puis un chemin qui grimpe dans la forêt à flanc de coteau en surplombant les rizières, traversons le col et revenons par un autre village de l’autre côte qui nous ramène sur la route côtière en faisant une belle boucle. Nous ne pouvons pas faire un pas sans que nous soyons arrêtés par les villageois. La barrière de la langue n’est plus un problème, quelques mots d’anglais universels beaucoup de gestes et quelques mots clés (Salam aleykoum, Perancis (France), Zidane, Paris , …) beaucoup de bonne humeur et de rires et on arrive toujours à se débrouiller. Domi réussira même à se faire draguer par une bande de nanas!

Le soir arrive, pause noix de coco au bord de la route avant de rentrer au bateau. Nos jambes nous rappellent douloureusement qu’elles n’ont pas beaucoup servi depuis notre départ de Sorong , mais quelle journée inoubliable .

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s