Des mangroves de Pemba au Yacht Club de Tanga

Samedi 10 septembre 2022, nous sommes pressé de quitter cette zone hôtelière pour aller découvrir Pemba distante de seulement 35 milles mais beaucoup moins fréquentée. Le vent est très faible mais le courant favorable aide le spi à porter

La côte Est de Pemba est un dédale de banc de sable et de mangroves. La cartographie est archi fausse sur toute l’île en dehors d’une zone entourant le port de Mkoani qui a été mise à jour sans doute pour éviter que les ferries ne s’échouent. Heureusement nous avions pris la précaution de télécharger des images satellites de bonne qualité moyennant quoi nous n’avons rencontré aucun problème pour trouver nos mouillages de rêve (à deux). Comme celui-ci, juste au nord de la péninsule de Mkumbuu ou nous avons pu visiter les ruines malheureusement abandonnées de ce qui serait la plus ancienne mosquée et les plus vieilles tombes musulmanes du pays.

La mangrove et un habitat de choix pour de nombreuse espèces d’oiseaux. Ici des oies et de petits échassiers

La plupart des baies offre un fond de sable de très bonne tenue. Mais devant Ndagone, ce n’était que de la roche plate ou l’ancre n’accrochait pas.

Le narguilé un appareil bien pratique pour changer les anodes (vous noterez au passage qu’il était grand temps d’en changer)

L’eau est en général assez claire (si on évite les estuaires de rivière) mais il n’y a pas de coraux, juste du sable, des herbiers de posidonies et par-ci par-là quelques rochers isolés.

Sur Kingoji, village sur la colline et camp de pêcheur sur la plage. Entre deux sorties il faut faire sécher les voiles: elles sont en coton! Il y a aussi un des rares hôtel de l’île mais il est très discret et bien intégré dans le paysage.

Sur les arbres de la mangrove, les pêcheurs font sécher des peaux de diodons (poisson porc-épic ou poisson globe) .

Mais nous voulons aussi consacrer une bonne semaine à explorer l’intérieur de la Tanzanie et comme en Octobre la mousson s’inverse il nous faut être près à continuer notre remontée au plus tard le 20 Septembre, il est plus que temps de quitter cette île très attachante et rejoindre Tanga

Le Yacht Club de Tanga situé la côte Est de la péninsule qui ferme la baie, est le point de rencontre privilégié des voileux de toutes nationalités qui arpentent la côte de l’Afrique de l’Est. Le mouillage (sur ancre) est bien protégé de tous les vents et parfaitement sûr. C’est l’endroit idéal pour laisser Rêve à Deux le temps d’un safari de quelques jours et préparer le bateau pour la prochaine étape.

C’est au club que nous ferons la connaissance de Patrick, navigateur malouin autour du monde depuis 1984, de Maria jeune entrepreneuse locale productrice de savon bio et de Luc et Carole amoureux de l’Ethiopie et qui explorent l’Afrique de long en large avec leur 4X4 aménagé. Ensemble nous passerons des soirées mémorables en échangeant nos expériences autour d’un bon plat dans les restos du coin.

Le centre ville de Tanga est facilement accessible en Dala Dala (minibus) ou en tuk tuk. En ville pas de grand super marché ni de « shopping mall » moderne mais nombreuses banques et commerces et surtout, grands marchés ou l’on trouve de tout.

Les singes omnis présents dans les jardins du club et des propriétés bordant la mer nous rappelle que nous sommes bien en Afrique…

Côté formalités, à peine l’ancre avait-elle touché le fond que nous avions la visite de l’immigration et du service de santé. Comme nous avions déjà fait notre « check in » à Zanzibar l’officier d’immigration est repartis tout de suite. Par contre comme nous n’avions pas reçu la visite de la santé à Stone Town, nous avons du montrer nos certificats de vaccinations (fièvre jaune) et remplir les formulaires. Le lendemain matin nous avons déposé une copie de notre Transire à la douane du port.

On profite du temps qui nous reste avant le départ en Safari pour faire le plein de gasoil (aller et retour en tuk tuk jusqu’à la station service) et d’eau (aller en dala dala jusqu’à la boutique du marchand, retour sur le plateau d’un camionnette avec 10 bonbonnes de 20 litres d’eau minérale – comme nous buvons l’eau du réservoir on ne prend pas le risque de remplir avec de l’eau du robinet.)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s