Au revoir Turquie!

C’est un ciel chargé de pluie que nous quittons la Turquie, il faut avouer que depuis quelques jours nous n’avons pas été gâtés par le temps. Toutes les nuits depuis une semaine des orages interminables déversaient des tonnes d’eau sur Fethiye et ses alentours, couvrant de neige les sommets les plus élevés. La température extérieure a chuté à 13 ° la nuit et 19 ° le jour et la petite couette ne suffisait plus pour réchauffer nos vieux os acclimatés aux températures tropicales depuis trop longtemps. Deux couvertures en polaire furent ajoutées. Nous avons même remis en route notre chauffage qui a bien voulu redémarrer sans problème après deux années de repos. Dire qu’il y a une semaine nous nous baignons encore dans cette méditerranée et qu’elle était toujours à 26°…

Nous avons tout organisé pour laisser Rêve A Deux pendant 3 mois à Rhodes (Grèce) le temps d’aller passer Noël en France avec la famille. Les billets sont pris pour le 6 décembre, nous sommes déjà le 27 novembre, il est temps de songer à programmer cette courte traversée de seulement 45 milles.

Mais les prévisions météo changent tout le temps et à deux jours près le temps calme annoncé devient un coup de vent à ne pas pouvoir prendre la mer. Nous avions prévu de partir le jeudi 1er décembre : tous les modèles consultés pendant le weekend indiquaient que la perturbation orageuse allait enfin se calmer et nous donner des conditions favorables pour ce jour là. Mais lundi, tout avait encore changé: une nouvelle dépression se dessinait à l’horizon nous laissant entrevoir pour le Jeudi une traversée assez rude et surtout de très fortes rafales à l’arrivée. Par contre Mardi, çà semblait vouloir passer même si l’arrivée risquait d’être un peu « olé-olè ». Pas question de risquer d’être bloqués ici, il faut y aller. Nous avons donc avancé le départ de 48 heures pour passer entre les deux dépressions, le créneau était court et çà promettait d’ être, sportif, mais pas infaisable. On est donc descendu à terre pour faire les formalités de départ chez l’agent , en 30′ chrono nos passeports étaient tamponnés et on avait notre clearance (coût de l’opération 65EUR mais, vu l’efficacité, çà vaut le coup). En plus on avait le droit de passer la nuit à l’ancre dans la baie. La nuit a été encore une fois orageuse, au matin il tombe des cordes. Dès que la pluie se calme on lève l’ancre. Ensuite, rien ne s’est passé comme prévu, au sortir de la baie on devait avoir 6 à 8 nds on a eu 15 à 20, au milieu on devait avoir un vent de SE 14 à 18 nds on eu du vent de NW 7 à 10 nds jusqu’à l’arrivée où on devait avoir des rafales jusqu’à 20 nds mais en fait il n’y avait pas un souffle dans le port. Tous les modèles consultés s’étaient « plantés grave »: GFS, ECWF, ICON EU, ARPEGE, Meteo Blue, pas un pour racheter l’autre, si on vous dit que la Méditerranée est imprévisible, je vous confirme que s’est vrai! Nous sommes donc passés comme des fleurs sous un temps plutôt agréable une fois passées les pluies du début.

Deux marins de la marina nous attendaient pour prendre nos bouts. Le port est quasiment vide. Nous sommes bien installés pour encaisser les tempêtes hivernales qui sont parait-il assez sévères ici.

La température est plus clémente, aussi nous avons délaissé les couvertures supplémentaires et nous nous endormons bercé par la houle du port.

Le lendemain il fait un soleil superbe. Nous sortons nos trottinettes pour aller en ville faire nos formalités d’entrée en Europe et ce n’est pas simple même pour nous qui battons pavillon Français . Nous nous rendons d’abord à l’autorité portuaire tout au bout du port Ouest La fonctionnaire enregistre notre entrée et copie passeport, preuve de payement de la taxe sur les bateaux de croisière (voir plus bas), attestation d’assurance acte de francisation et liste d’équipage. Il faut ensuite avec ces mêmes documents photocopiés en 4 exemplaires se rendre à la douane dont le bureaux est sur le quai Est du grand bassin des ferries pour faire la clearance d’entrée. De là il faut ensuite aller à la police des frontières (heureusement sur le même quai) pour le contrôle des passeports (le scanner à mis un bon quart d’heure à bien vouloir fonctionner) et rajouter un coup de tampon sur la liste d’équipage (nos passeports n’ont pas besoin d’être tamponnés, on est européens!). Et finalement il faut revenir à l’autorité portuaire remettre la liste d’équipage dûment tamponnée. Ouf! le parcours est terminé. De tout ce voyage, c’est l’une des entrées les plus compliquées que nous ayons faite juste derrière l’Indonésie et le Brésil. Mais ce n’est pas fini. Avant d’entrer en Grèce il faut payer la taxe sur les bateaux de croisière (TEPAI) on l’avait réglée sur internet avant de prendre la mer une première fois pour décembre comme on croyait partir le 1er et une deuxième fois pour novembre puisqu’on est finalement partis le 29/11. Cette taxe de 8 euros par mètres soit 102 EUR pour nous est a payer tous les mois où le bateau navigue dans les eaux grecques même pour un seul jour et il ne faut surtout pas oublié de la payer sous peine d’une forte amende . On peut en être dispensé pour les mois ou le bateaux est immobilisé au port mais il faut aller à la police maritime demander une dispense, ce que nous avons fait et çà nous a pris encore une bonne demi-heure. Pendant toute cette période d’immobilisation la police garde l’original de l’acte de francisation en gage.

C’était une matinée bien remplie, nous rentrons en longeant les quais. en nous régalant de la beauté des remparts de Rhodes . Puis nous pénétrons dans la vieille ville. Elle est doublement fortifiée et a gardé tout son charme . De début Novembre à fin Mars toute la vieille ville se met en hibernation, les commerces, les boutiques de souvenirs, les cafés et les restaurants ont pratiquement tous mis leur rideau de fer. Seul les musées restent ouvert. nous irons y faire un tour avant de partir s’il nous reste assez de temps.

En fin d’après midi le vent qui soufflait toute la journée s’est calmé. On en profite pour dégréer les voiles et le plier car la météo prévoit de forte pluies pour les jours suivants.

Jeudi, 1er Décembre le vent souffle très fort accompagné d’une pluie diluvienne. Heureusement qu’Anne avait insisté pour partir Mardi!.. On trouve tout de même une éclaircie assez longue pour que le maître voilier vienne chercher nos voiles abimées et qu’on se mette d’accord avec lui sur les réparations à effectuer avant notre retour.

Rêve A Deux est bien amarrée avec des amortisseurs contre la houle, les voiles d’avant sont retirées et il est fin prêt pour passer les trois mois en sécurité seul sans nous .

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s