La grande traversée du Pacifique (Episode 2)

Lundi 25 Mars 2019 :

« Terre terre »

IMG_2714

Rapa Nui est là devant nous. Bout de rocher au milieu de rien

Nui signifie « grand » dans les langues polynésiennes, et donc celle que nous connaissons comme l’Ile de Pâques s’appelle en fait la grande Rapa. Ce nom lui aurait été attribué au XIX° siècle seulement par les marins tahitiens qui trouvaient qu’elle ressemblait à l’île de Rapa, située au sud des Iles de la Société. A ce titre, ce serait donc un nom plus récent que celui de Paasch-Eyland, qui a été attribué par Jacob Roggeveen, l’explorateur néerlandais qui fut le premier européen à reconnaitre l’île, lors du dimanche pascal de 1722. Pourtant, et malgré ses dimensions relativement modestes (une vingtaine de kilomètres de long environ), grand est un épithète qui convient bien à ce bout de terre émergée. Grande est la renommée de cette île, grand est son isolement géographique, grands sont les mystères quant à son histoire, et grands sont les moais – les statues qui la symbolisent plus que tout. Le débat reste ouvert quant au nom originel de l’île, mais l’appellation la plus probable serait Te pito o te henua, c’est-à-dire « le nombril du monde ». Il se pourrait que ce nom signifie que l’île aurait été le cordon ombilical entre le monde des vivants et des esprits. (Merci à Fleur de Sel pour ce moment culturel bien documenté que nous nous sommes permis d’emprunter à leur excellent blog)

IMG_2732

La première sensation que nous avons en l’apercevant ce matin c’est qu’elle n’est pas si nui (grande) que cela, peut-être de la taille de Belle-Île. Au fur et à mesure que nous nous rapprochons, nous découvrons ses grandes falaises , ses sommets volcaniques et ce paysage parsemè de petits cratères , quelques arbres ont réussi à pousser faisant penser à quelques cheveux irisés sur des têtes rondes . Nous arrivons sur la côte nord, nous la longeons en essayant de nous approcher le plus possible. La houle déferle sur les rocher. La baie ou La Pérouse c’est ancrè en visitant l’île au 18éme semble impraticable. Dans la baie d’Anakena, réputée comme étant le meilleur mouillage de l’île il y deux voiliers , le premier quitte le mouillage en roulant bord sur bord et le deuxième fait des saut de cabri en tirant sur son ancre au rythme de la houle . Non vraiment ça nous dit rien de mouiller là surtout que le vent et la houle nous portent à la côte. Pourtant l’endroit est magnifique et nous réussissons à nous approcher suffisamment pour apercevoir les moais (le fameuses grandes statues) dos à la mer à l’ombre de palmiers surplombant la seule plage de l’île.

IMG_2734

Nous passons la pointe de l’île espérant une amélioration quant à la houle du large. Pourtant c’est pareil voire pire elle n’est pas plus abritée que de l’autre côté. En effet une grande houle de sud ouest, séquelle de tempêtes sévissant dans les quarantièmes se croise avec une autre houle de nord et la mer du vent d’est : il n’y aura pas de mouillage abrité nulle part sur l’île. Nous appelons l’armada qui nous confirme «  pas de possibilité de débarquer , le port est fermé et eux même ne peuvent pas sortir pour procéder aux formalités » il nous propose de rester quelque temps à proximité de l’île qu’il puisse nous prévenir si la mer se calme. D’après les gribs ww3 la hauteur et la direction des diverses houles ne va pas changer sur la zone pour au moins les 5 jours prochains. Pas question pour nous d’attendre tout ce temps en jouant à saute mouton sur les vagues. En plus d’ici là une perturbation orageuse avec des vent de nord ouest devrait remplacer le vent d’est rendant toute traversée vers la Polynésie moins agréable. La décision est prise ensemble nous allons pas attendre ici, tant pis pour les moais, on reviendra les voir plus tard en avion, on continue vers l’ouest. Oui mais… du coup on est beaucoup trop tôt pour les Gambiers, d’ailleurs, les cartes Américaines montrent un dépression tropicale en formation sur Pitcairn. Notre destination sera donc les Marquises ou il n’y a pas de risque de cyclones. On est à mi-chemin par rapport à Puerto Montt : encore environ 2000 milles à parcourir

IMG_2783

Nous hissons le spi et c’est à 8 nœuds que nous laissons disparaître cette petite île perdue dans l’immensité bleue du pacifique. Nous informons l’Armada par e-mail Iridium que nous quittons leur juridiction et continuons sur les Marquises.

 

Réaction immédiate de l’autorité locale : vous ne pouvez pas quitter le territoire chilien comme çà, vous devez faire les formalités de sortie autrement vous ètes dans l’illégalité. On leur explique que nos passeports ont bien reçu le tampon de sortie donc de ce côté là pas de soucis. Le seul problème est côté douanes : ils n’avaient pas voulu nous faire de sortie à Puerto Montt arguant que l’île de Pâques fait partie du Chili. Le bateau est toujours en importation temporaire. Domi passe des e mails pour essayer de régulariser la situation auprès des autorités compétentes.

 

Mardi 26 Mars 2019 :

C’était tellement bien hier que dés le levé du jour nous rehissons le spi. Beaucoup de marin qui partent comme nous en grand voyage trouvent la manœuvre un peu trop délicate en équipage réduit et du coup ne s’en servent jamais et au bout de quelque temps regrettent de l’avoir emmené car elle prent beaucoup de place à bord. Mais qu’elle plaisir de sentir le bateau glisser sur les vagues en surf. Une fois la voile bien établie, elle permet au bateau de maintenir une vitesse plus constante et le stabilise : nous roulons beaucoup moins. Bien sûr, nous sommes en long voyage sur un bateau un peu surchargé (au moins une douzaine de tonnes contre environ 9 tonnes en configuration course) donc nous restons prudent et dés que le vent fraichit à 17-18 nœuds nous l’affalons de même la nuit lorsqu’il y a le moindre risque de grain. Nous comptons les milles qu’il nous reste : 2000 milles jusqu’au Marquises, c’est presque une deuxième traversée de l’Atlantique !. Le choix pourtant est judicieux , la mer se range , et le ciel est bleu .

IMG_2780

 

 

Mercredi 27 Mars 2019 :

 

Cette nuit, petit problème de pilote qui s’affole en mode vent, apparemment il ne reçoit pas correctement les infos du capteur de vitesse. On bascule pour quelques temps sur l’ancien pilote le temps de le laisser se reposer un peu (il faut reconnaître qu’il est extrêmement sollicité ayant barrè pratiquement 100% du temps depuis les Sables et en plus ces derniers jours le vent change sans cesse de force et de direction). Après avoir vérifié les connexions et resserré quelques fils qui semblaient un peu lâches, il redémarre sans problème. Par contre, nous n’avons toujours pas trouvé la panne de la sonde de température de l’eau de mer qui indique des températures toujours plus élevées, au début on pensait que c’était l’effet de réchauffement dû à El Niño mais quand on a atteint les 40°C (l’air est à 24°C en plein jour) on s’est dit qu’il devait il y avoir un bug : à ce train là l’eau de mer sera bientôt en ébullition ???

Pour assurer si le problème de pilote venait à se reproduire nous demandons à Delphine de la Sablaise Nautique de nous envoyer l’adresse mail du service technique de B&G, ce qu’elle fait aussitôt, Merci Delphine.

 

Jeudi 28 Mars 2019 :

 

Nous continuons à avancer vers l’ouest c’est à dire à la poursuite du soleil! Si bien que tous les jours le soleil se lève et se couche un peu plus tard. Depuis le départ de Puerto Montt, nous avons déjà réajusté l’heure du bord plusieurs fois en fonction des fameux fuseaux horaires. Là-bas, nous étions en UTC-4 (UTC = Temps universel coordonné : l’heure au méridien de Greenwich 0°W ; en France vous êtes en UTC +2 l’été et UTC + 1 l’hiver). L’île de Pâques est UTC-6, Tahiti est en UTC -9 et surprise les Marquises sont en UTC – 9:30. Le décalage avec la France sera donc de -11:30… çà veut aussi dire que sur les deux semaines qui nous reste avant l’arrivée il va falloir absorber encore 5:30. Vous suivez ? (nous non plus : relisez quand même une fois ou deux, l’arithmétique est correcte J)IMG_2771

Les journées sont rythmées par la prise des repas et le levé et couché du soleil si bien que décalage horaire se fait tout seul. Nous prenons notre petit déjeuner ensemble au levé du soleil, le midi c’est quand on a faim au milieu de la journée (note de Domi : des fois on devrait faire plusieurs midis) et le repas du soir se fait au couché du soleil.

Il y a aussi les fameux quarts qui hantent la vie du marin. On vous a déjà expliqué notre système : quand les conditions sont clémentes on essaie de faire des quarts de 3 ou 4 heures la nuit pour que l’autre ait le temps de bien dormir mais j’entends déjà votre question : que faites-vous pendant vos quarts : vous barrez tout le temps ? Non, en mer on ne touche quasiment jamais la barre, le pilote est là pour çà : on fait même les manœuvres (par exemple empannage) à partir du clavier sans quitter l’abri de la véranda. Le quart, en fait c’est la veille, bien installé au sec sous notre véranda. On regarde régulièrement à l’extérieur (tant qu’il ne pleut pas ou qu’il n’y a pas de brouillard on peut voir les feux d’un éventuel cargo ou pêcheur à plusieurs milles). L’écran de l’ordi de navigation est reporté sur une tablette juste devant nous avec la carte et toutes les infos nécessaires, particulièrement les cibles AIS qui nous permettent de voir s’il y a d’autres bateaux aux alentours bien avant qu’on puisse apercevoir leurs feux. Il nous arrive aussi d’ajuster le réglage des voiles quand le vent tourne et on peut parfois prendre ou relâcher un ris ou enrouler/dérouler la voile d’avant. Bref, toutes les manœuvres simples qui peuvent se faire facilement seul sans quitter l’abri de la véranda. Pour toutes les manœuvres plus compliquées (prises de ris au portant sans changer de route, manœuvre de spi, changement de voile d’avant etc) ou qui nécessite de quitter le cockpit, on réveille l’autre. Mais bon, des manœuvres et des réglages il n’y en a pas tout le temps (certains quarts pas du tout) et le Pacifique sur notre route est très peu fréquenté (de toute façon l’AIS est relié à une puissante alarme sonore,qui réveille même celui qui n’est pas de quart, réglée pour se déclencher dés que le système identifie un bateau dont le cap et la vitesse pourrait le faire passer à moins de 2 milles de nous dans les 45’ qui suivent – sur cette traversée il n’a jamais sonné) alors il nous reste beaucoup de temps pour nous. Quand la nuit est claire on se contente parfois d’admirer les étoiles ou la mer qui scintille sous la lune mais le plus souvent, pour ne pas s’endormir on se plonge dans la lecture. Heureusement avant de partir, j’avais réussi à télécharger plein de bons livres sur l’ipad comme çà on a pas des centaines de kilos de bouquins à transporter et on peut lire la nuit sans lumière J En ce moments nous sommes en pleine ré-découverte de toute la série des Dune de Franck Herbert et des pré-quelles (Avant Dune , etc) écrits par son fils Brian à partir de ses notes. Pour nous, la science fiction se marie parfaitement au grand voyage océanique : le rêve et l’évasion…

 

 

Vendredi 29 Mars 2019 :

Nous avançons vite. Rêve à Deux est parfaitement à l’aise dans ce vent et cette mer là. Il avance très régulièrement et sans forcer, il faut regarder les instruments pour ce rendre compte que nous sommes entre 8 et 9 nœuds. On a l’impression que c’est le décor autour de nous qui bouge. La houle s’est allongée, elle est beaucoup plus confortable même si elle est encore croisée.

Quelques uns d’entre vous doivent se dire : se doit être fantastique de glisser comme çà sur l’eau dans le silence de la mer (Cf Cousteau : le monde du silence). Erreur, sur un bateau à voile à la surface de l’océan, c’est loin d’être silencieux : en fait il y a un toujours boucan inimaginable. A tel point que, pour nous entendre si nous sommes tout près l’un de l’autre, il faut que nous parlions fort, d’un bout à l’autre du bateau il faut carrément hurler (pour éviter çà nous avons adopté les oreillettes de motards). Mais d’où vient tout ce bruit ? Tout d’abord vous avez le bruit de la mer, des vagues qui déferlent (même si ce ne sont que de tout petits moutons), le frottement de la carène dans l’eau, les chocs de la coque dans les vagues et le bruit de celles qui viennent briser sur le pont ainsi que le sifflement du vent dans le gréement. Ensuite il y a tous les bruits d’origine mécanique: l’éolienne qui nous chante sa complainte reprise un ton en dessous par l’hydrogénérateur, la pompe hydraulique du pilote qui mouline quand il contrôle l’embardée soudaine du bateau sur la crête d’une vague, le palan du hale-bas ou la poulie de retenue qui grincent, les bouts raidis par le sel qui couinent ou bien encore une voile qui se dévente et qui claque. Parfois c’est un gros poisson volant qui se loupe et percute le roof en atterrissant sur le pont. (je vous jure : c’est impressionnant, je ne voudrais pas en prendre un en pleine figure)

 

 

Samedi 30 Mars 2019 :

Ce matin Domi se triture la cervelle pour essayer de faire une route aussi sûre que possible à partir des derniers gribs téléchargés et des cartes envoyés de Ferrière par notre Monsieur Météo préféré (Merci Michel). Nous avons devant nous une zone à très fort potentiel orageux que nous allons essayer d’éviter au maximum mais qu’il faudra traverser à un moment ou à un autre. Il y a aussi quelques bulles sans vent juste sur notre route. Mais il faudra faire avec, la seule stratégie possible est de monter suffisamment au nord pour éviter la dorsale sans toutefois trop rallonger notre route. Les indications de variation de vent sur quelques dizaines de milles donnés par les gribs ne sont pas assez fiable pour être prise en compte.

 

Dimanche 31 Mars 2019 :

Nous avons super bien dormi cette nuit. Celui qui est de quart peut profiter pleinement d’un ciel étoilé sans aucune lumière parasite, pas de ligne aérienne ici, ni d’éclairage publique. Depuis Rapa Nui nous n’avons pas vu un seul bateau, pas même en limite de portée sur l’écran de l’AIS : c’est nous deux tous seuls à 1000 mille de la terre la plus proche.

9 heures, le vent nous lâche, les voiles claquent , les winchs grincent , une poulie tape sur le pont . C’est l’une de ces fameuses bulles dont on parlait hier. Comme d’après les gribs elles ne sont pas très étendues çà vaut le coût de mettre un peu le moteur pour en sortir.

Au bout de quelques heures, le vent revient et nous revoilà sous spi dans un vent de 10 à 12 nœuds.

 

Lundi 1 Avril 2019 :

2 heure du mat, de gros nuages viennent masquer la lune. Ils sont bien sombres et ne laisse rien présager de bon. Par prudence, nous affalons le spi . Finalement le grain passera derrière nous, en nous laissant quant même un bon vent de 18 nœuds.

Nous sommes le 1 er Avril mais les poissons ne s’y laissent pas prendre et nous n’avons toujours rien au bout de l’hameçon.

Les grains vont se succéder toute la journée en nous épargnant. Le ciel est chargé de gros cumulus.

Nous avons la visite éclair de deux fous bassin, un pétrel et une frégate. Cela faisait 5 jours que nous n’avions pas vu d’oiseaux

IMG_2763

Mardi 2 avril 2019 :

Moteur toute la nuit jusqu’à 11 Heure ce matin. Le vent s’établit enfin et vite nous en profitons pour remettre le spi, des malades je vous dis !. Quelques heures de répits sans moteur, à 15 heure de nouveau moteur. De nouveau calme plat, on pique une tête pour se rafraîchir et moteur de nouveau. Même si nous avons des nuages, la pluie ne vient pas. Pourtant se serai bien d’avoir une bonne ondée pour dessaler le bateau. Tout se que nous touchons poisse, les bouts sont raides de sel.

La nuit nous apporte un peu de fraîcheur tant attendue. C’est encore une superbe nuit étoilée comme on ne peut en voir qu’au milieu de l’océan, dommage que je n’y connaisse rien aux étoiles.

 

Mercredi 3 avril 2019 :

Trois semaines maintenant que nous sommes partis de Puerto Montt, nous n’avons pas vu le temps passer, même si la routine c’est installé à bord, nous nous ennuyons pas et j’ai même parfois du mal à trouver du temps pour écrire . Les vivres frais commencent à s’épuiser, nous reste toujours des oranges, citrons, pamplemousses qui se conservent très bien à bord. Ils sont d’abord utilisés pour le kéfir, notre boisson favorite et ensuite dans la salade de fruit de notre petit déjeuner. Nous complétons par des fruits secs et des fruits au sirop en conserve. Le petit déjeuner est un repas très important pour nous. Après la salade de fruits nous mangeons des céréales avec de raisins secs, du yaourt et du lait de soja (les yaourts chiliens en pochon plastique d’un litre sont très bons et sont très pratiques à stocker). Viennent ensuite les tartines de pain frais (que j’avais cuit hier) avec de la confiture maison avec les myrtilles et les mures que nous avons ramassées lors de notre escapade dans la région de lacs au Chili le tout accompagné d’une bonne mug de thé vert. Il n’y a pas de tour de rôle pour la préparation des repas. C’est celui qui a le punch à ce moment là ou qui une idée de plat qui le fait. Souvent il faut farfouiller dans les coffres pour améliorer l‘ordinaire. Pour compenser le manque de légumes frais, nous agrémentons nos plats de graines germées (lentilles alphafa, blé….) ce qui nous permet d’avoir toujours nos vitamines et en plus on adore çà . Nous utilisons aussi beaucoup d’oignons qui nous protégeront contre le scorbut.

 

Jeudi 4 Avril 2019 :

Tout se passe bien, nous sommes même en avance de 50 milles sur notre dernier routage. L’après midi nous nous offrons même un bord sous grand spi léger que nous affalerons à la tombée de la nuit.

 

Vendredi 5 Avril 2019 :

Une houle de 2 m50 s’est levé de ¾ arrière (heureusement nous sommes bien amarinés, mais il faut bien se tenir) . Nous avons le vent qui va avec et cela nous a permis de passer le cap des 500 milles restant. On arrose ce passage avec un bon kéfir(jamais d’alcool en mer). Nous passons toujours entre les orages mais pas une goutte d’eau et le thermomètre monte toujours atteint maintenant 33° (chaud chaud) après la Patagonie, nos organismes ont un peu de mal à s’adapter.

Nous apercevons, notre premier paille en queue (sorte de sterne avec une très longue queue fourchue. Nous détecterons aussi et deux chalutier chinois à l’AIS.

IMG_2760

Samedi 6 Avril 2019 :

Enfin une bonne pluie sous un bel orage sans vent qui a dessalé le bateau. On en a profité pour se prendre une douche et c’était super bon avec cette chaleur. Quelques pécheurs chinois nous tournent autour à une vingtaine de milles. Plus que 300 mille avant les premières îles.

 

Dimanche 7 Avril 2019 :

 

Les Marquises sont un archipel dont trois des îles sont port d’entrée (lire : il y a une gendarmerie où on peut faire les formalités contrôle des passeports et douane). Nous avons choisi d’arriver à Hiva Oa.

 

Spi toute l’après midi, c’est une autre bonne journée, on avance bien avancé mais sur un rythme de 150 milles par jours pas 200… donc trop juste pour arriver demain avant la tombée de la nuit.

 

Lundi 8 Avril 2019 :

C’est clair, nous ne pourrons pas être à Hiva Oa avant la nuit. Nous ralentissons donc un peu pour arriver demain au lever du jour ce qui ne s’avère pas trop difficile vu que le vent se calme. Nous passons toute la journée sous spi seul (grand voile affalée.) On n’avait jamais essayé mais dans les petits air c’est très confortable : on avance bien sans avoir de grand voile qui bat malgré la retenue. Nous affalons le spi pour la nuit et continuons sous foc et grand voile à deux ris (à 4 nœuds on arrivera juste à l’heure)

IMG_2794

Mardi 9 Avril 2019 :

Au levé du jour nous apercevons les falaises de l’îlot de Mohotani puis Hiva Oa apparaît. Les sommets sont enveloppés de gros nuages, des grains passent devant l’île nous obligeant à une dernière prise de ris. La vue est grandiose !

08 :45 nous sommes devant l’entrée du port d’Atuona (Tahauku) et Domi signale notre arrivée par VHF au sémaphore. Il pensait tomber sur un quartier maître de la royale mais c’est Sandra qui lui répond, ici le canal 16 est veillé par des bénévoles.

A 9 :00 nous mouillons au milieu du port mais les bateaux voisins qui nous accueillent fort aimablement nous indiquent que le cargo Ara Nui qui ravitaille l’île tous les 15 jours arrive le lendemain et qu’il a besoin de toute la place. Nous remouillons donc un peu plus au fond sur deux ancres (une avant et une arrière) car vu le nombre de bateaux il n’y a pas la place d’éviter, (tourner en langage marin).

Puerto Montt Hiva Oa en route directe 3975 milles

Route effectuée par Rêve A Deux 4267 milles (presque qu’autant qu’une transat aller et retour J)

Nous aurons mis 31 jours pour faire cette traversée, ce n’est pas un record mais une bonne traversée tranquille et sans histoire.

IMG_2796

 

« Voilà ma nouvelle adresse, je vis dans le vent sucré des îles nacrées,voilà ma nouvelle adresse , une fille s’amuse à rire de mes souvenirs » chantait Pierre Perret pour son ami Jacques Brel qui repose dans le cimetière de l’île juste à côté de Paul Gauguin, l’autre célébrité locale .

 

mais çà, c’est une autre histoire…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s