Çà marche à Abel Tasman

Mercredi 9/9/2020. Hier et avant hier nous avons passés beaucoup de temps en voiture. Aujourd’hui on va essayer de rouler moins et de marcher plus.

Départ à nouveau dés potron minet (sur le coup de 9:30 comme d’hab :)) cette-fois ci en direction de l’autre côté de la baie. Hésitation: s’arrête t’on à Rabbit Island? Non on verra si on a le temps au retour, pour l’heure on pousse jusqu’à Marahau pour pénétrer dans le fameux parc naturel Abel Tasman du nom du marin et explorateur néerlandais qui fut le premier Européen à repérer la côte nord ouest de de l’île du Sud en 1642 sans toutefois s’y arrêter. Pour la petite histoire il pensait à l’époque que cette terre était peut-être reliée à l’île des États (extrême sud de l’Argentine) découverte par son concitoyen Jacob Le Maire 26 ans plus tôt

Il fait aujourd’hui encore un temps superbe, on est vraiment gâtés. Marahau est situé dans une très jolie baie peu profonde découvrant à marée basse très justement nommée Sandy Bay. La piste qui pénètre dans le parc commence par une longue passerelle en planche qui permet de passer en toute tranquillité à travers les marais du fond de la baie tout en observant la faune comme ce héron à face blanche. Le sentier qui longe la côte est un vrai rêve pour les marcheur de tous les ages. D’abord la vue est superbe (non on est pas encore blasés par les vues superbes et le paysages grandioses, loin de là) et le chemin est parfaitement entretenu sans passage difficile ni montée ou descente trop raide. Il y a beaucoup d’oiseau dont les inévitables wekas et pukekos mais aussi des cailles de Californie avec leur drôle de plume sur la tête. Il y a un bateau à l’ancre près de l’île Adèle. L’endroit à l’air sympa, il faudra qu’on y passe avant d’aller explorer les sounds.

Mais il est déjà 14:00 et nous sommes à peine à mi-chemin d’Anchorage Bay. On avait hésité à prendre le casse-croûte dans le sac à dos. Il est déjà plus de 14:00 on ne sera pas à la voiture avant 16:00 il est temps de faire demi-tour et nos estomacs crient famine. Picnic au bord du marais : c’est plutôt l’heure du goûter mais çà fait du bien. On repart par Kaiteriteri. Petit détour par le producteur de fruits à Riwaka pour acheter des kiwis et de pommes délicieuses.

Il est déjà 17:15 quand on arrive à Rabbit Island. Là un panneau indique que le parc ferme à 18:00… On ne regrette pas trop. Certes, la plage immense est absolument magnifique mais l’île elle-même est une exploitation forestière un peu sinistre avec ses étendues de conifères plantés au cordeau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s