Raid sur le Cap Foulwind

Jeudi 10/09/2020. Temps pluvieux et venteux prévu sur Nelson aujourd’hui. Par contre çà devrait s’éclaircir vers midi sur la côte ouest. Du coup on part vraiment de très bonne heure: il est à peine 09:00! Il faut dire qu’on a de la route/ Westport est à 230 km.

Le temps en route n’est pas merveilleux, on profite des éclaircies pour s’arrêter quelques minutes de temps en temps et admirer la rivière Buller qui coule dans une alternance de larges vallées où paissent des troupeaux et de gorges étroites aux pentes boisées. Charles Buller était le directeur de la New Zealand company dans les années 1800 c’était la société qui gérait la colonisation du pays pour la Grande Bretagne.

Vers midi nous arrivons sur la plaine cotière, prairies, marais et dunes.

On décide de pousser jusqu’au Cap Foulwind (littéralement le cap du gros temps et de fait çà souffle fort et mer est bien agitée) pour essayer de trouver un endroit agréable pour pique-niquer. Et juste quand on arrive le temps se dégage comme prévu et les gros nuages gris font place au ciel bleu. La pointe est entourée de falaise pas très élevées scultées par le vent. Juste avant d’arriver au parking il y a un petit vallon abrité qui a été aménagé par les habitants du coins pour permettre à tous locaux et touristes de pique-niquer confortablement en admirant la mer se fracassant sur les falaises.

Après s’être bien restaurer nous faisons le tour du phare à pied. La côte est vraiment inhospitalière et parsemée de dangers.

Nous continuons jusqu’à Tauranga bay (rien à voir avec la ville de l’île du nord). La houle du large vient se briser en rouleaux continuels pas très hauts mais très rapprochés en raison des faibles profondeurs qui s’étendent assez loin au large.

Une colonie de phoques à élu domicile depuis de nombreuses années sur les rochers de la pointe qui ferment la plage au nord. Un belvédère a été aménagé juste au dessus pour pouvoir les regarder sans les déranger. Pour l’instant, leur occupation principale semble être se prélasser au soleil.

On fait demi tour pour aller voir Westport. La ville (si on peut parler de ville) est assez sommaire avec une seule rue commerçante. La ville a été créé lors de la ruée vers l’or en 1861. Elle a connu sont heure de gloire grâce au charbon jusque dans les années 2000. Nous ne sommes pas sûr de ce qui la fait survivre aujourd’hui (bois, pêche, élevage, tourisme?) Le port a un petit côté sinistre et son entrée étroite entre 2 longues jetées ne doit pas être possible tous les jours. La plage est comme toujours sur la côte ouest, jonchée de troncs d’arbres.

Mais on habite pas là (heureusement d’ailleurs il doit falloir être né ici pour supporter), une longue route nous attend. A la sortie de la ville il y un auto stoppeur sac au dos. Allez on le prend. Çà tombe bien il va à Nelson. C’est Andy un randonneur, il vient de faire le Paparoa great walk, 4 jours de marche seul dans la montagne et il a raté le bus pour rentrer à Nelson. En fait il s’appelle Andreas et il et né à Bern en suisse mais il a émigré en Nouvelle Zélande il y a une vingtaine d’année et obtenu la nationalité Kiwi depuis. Il est boulanger pâtissier de métier mais il n’aime pas la façon dont il font le pain ici: plutôt de le faire lever naturellement il préfèrent utiliser des agents gonflants chimiques. Du coup il travaille dans un chantier de construction nautique. Il est 20:30 et il fait nuit noir quand on le dépose chez lui à 2 pas de la marina.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s