Ballades terrestres épisode 4: télétransportés dans un autre monde

Le Farewell « Sand Spit »

Fin août nous avions adoré le cap Farrewell ! Nous voulons cette fois-ci voir le sand spit qui ferme la Golden Bay de l’autre côté du cap et se termine par un phare. Deux heures de voiture mais cette fois-ci nous ne nous arrêtons pas pour prendre des photos à tous bouts de champ et nous allons directement vers notre destination . Nous avons programmé une grande marche sur ce cordon de dunes . Le ciel est d’un bleu limpide mais la mer est blanche car un vent d’Ouest souffle très fort (la dernière fois aussi, à voir la forme torturée des arbustes du coin ce doit être fréquent).

Après un pique-nique les pieds presque dans l’eau sur la plage de golden Bay (la mer est haute) , nous voilà prêt pour la randonnée sur le Farewell Spit. Notre but est de longer la plage à découvert (mer descendante ) côté baie, traverser le Farewell spit à la limite de la réserve naturelle intégrale (4kilomètres) jusqu’à la mer de Tasman (2 kilomètres) et retour par la plage côté mer de Tasman (4 kilomètres) et enfin retraverser le spit pour retrouver la voiture à pleine marée basse (2 kilomètres). 12 kilomètres en tout , une ballade de santé.

Nous sommes à l’abri du vent, la mer descend très vite c’est le paradis des oiseaux et encore une fois nous sommes seuls .

Au bout d’une heure, on atteint la fin de zone autorisée au public et on escalade la dune pour traverser l’isthme. Du haut de la dune , la transition est brutales et la vue surprenante, dunes ondulantes à l’infini, sabkha du désert d’Arabie, oasis de Liwa? aurions nous tout à coup été télé-transportés à travers les océans ou sur une autre planète pour nous retrouver ainsi au milieu d’un désert ? et pourtant nous sommes bien toujours en Nouvelle Zélande! C’est magique, le vent violent souffle en rafales et nous devons protéger nos appareils contre les grains de sables qui s’incrustent partout.

Entre deux cordons de dunes escarpées se trouve un lac d’eau douce où croasse des grenouilles. Une fois sur la dune en face nous pensons pouvoir atteindre la mer de Tasman mais non il y a encore une vallée marécageuse et un autre cordon de dune que nous devons traverser. Au bout du troisième enfin nous apercevons la mer. Nous devons batailler dur pour atteindre la plage tellement le vent est violent.

Nous n’allons pas plus loin, le vent nous empêche d’avancer j’ai du sable partout dans la tête, les yeux le nez, c’est irrespirable (on aurait peut-être du essayer les masques anti covid) Il est impossible d’avancer face à cette furie. Dommage, quel paysage fantastique! Nous renonçons aussi de peur de ne pas pouvoir trouver la sortie dans ce brouillard de sable volant aussi nous faisons demi-tour heureux quant même d’être venu jusqu’ici.

Nous rentrons une nouvelle fois vers la civilisation en faisant halte au petit port de Tarakohe pour profiter jusqu’au bout de cette journée radieuse, la dernière avant longtemps: la météo prévoit une pluie continuelle pour toute la semaine

Couché de soleil sur la plage de Pohara

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s