« I went to the market, mon petit panier sous mon bras »*

Le bateau est bientôt prêt pour reprendre la mer, nous avons maintenant besoin de faire le plein de vivres frais pour repartir. Nous sommes samedi et çà tombe bien car à Nelson c’est le jour du marché hebdomadaire, il ne faut pas manquer l’occasion.
C’est un vrai marché local. Même si les touristes étrangers brillent par leur absence (frontière fermée pour cause de Covid), les commerçants ne boudent pas pour autant leur marché. C’est le plus beau marché que nous ayons fait en Nouvelle Zélande. Nous avons particulièrement aimé la diversité des stands et des produits présentés et la créativité des artisans. Personne ne présentait de produits industriels ou de provenance lointaine. Tout était fait localement, que ce soit les spécialités gastronomiques étrangères ou les objets d’art ou utilitaires avec en général une très forte tendance bio ou éco-responsable.

Les gens sont venus achèter leurs légumes, du fromage, du poisson, de la viande, des plantes des fleurs, de la céramique des chaussons pour l’hiver et tout sorte d’autres choses comme un marché ordinaire, mais aussi des choses plus inhabituelles. Un auteur de contes illustrés pour enfants présente son nouvel ouvrage. Un vendeur propose un compost tout préparé pour faire pousser les champignons chez soi (pas hallucinogènes même si certains sont d’un drôle de rose). Un artisan utilise des outils et des clous rouillés pour en faire des objets d’art. Une passionnée propose des pâtés vegans. Une autre, des graines à faire pousser dans sa cuisine, un spécialiste des bonsaï, un militant écolo ne vent rien mais propose de récupérer nos déchets organiques pour enrichir son jardin etc…

Mais pour nous le but de la visite était avant tout alimentaire. Et là il y en a pour tout les goûts. Tous les Kiwis sont issus de familles qui ont émigré d’un peu partout dans le monde il y a quelques années ou quelques siècles. La plupart ont su garder les traditions culinaires de leur pays d’origine et la France y était largement représentée (cocorico!). Nous avons trouvé du pâté de campagne basque, du boudin noir (rien à voir avec le black pouding des anglo-saxons) vendu par Anne une suisse, la traditionelle baguette et aussi le fromage de chèvre qui va avec, vendu par une Néo Zélandaise dont la famille est originaire de Montmorillon pas très loin de notre maison en France (super bon le chèvre! comme chez nous) .

Pour agrémenter cette matinée ensoleillée, dans un coin de la place un défilé commémorant le retour des soldats rentrant au pays à la fin de la guerre, accompagné par des chants patriotiques de l’époque. L’histoire est encore bien présente dans la tête des gens et dans l’assistance de nombreuses personnes ont revêtu leurs vêtements de l’époque pour rendre la représentation plus réaliste. Encore un marché du samedi bien réussi à Nelson.

De retour du marché, il n’y a plus qu’à se mettre à table, notre repas de midi est tout prêt!

*Chanson Québécoise popularisée par Gilles Vigneault

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s