Tahiti c’est fini Fiji c’est parti

Comme prévu le début de la semaine a été plutôt speed.
Lundi 11:00 passage au labo pour le test CPR (COVID). Rapide mais trés douloureux le taoké (docteur en Tahitien) était une vrai brute. 12:30 passage à la douane pour faire la sortie du bateau, arrêt au retour à la source Vaimato pour remplir quelques bidons d’eau à boire. Dans l’après-midi on télécharge les résultats sur le site du labo et les transmettons à Josephine, notre agent au Fiji. Pas de soucis nous dit-elle vous aurez vos autorisations demain.

 

Mardi: approvisionnement frais au Carrefour de Taravao (oui on a pris du saucisson et du camembert), rangement et préparation finale du bateau pour le départ et à 17 heures, appel whatsapp de Joséphine qui nous confirme qu’elle a l’autorisation: on peut y aller!
Mercredi 30 juin 2021 de bonne heure et de bonne humeur on part pour l’aéroport de Faa: non, on a pas décidé d’y aller en avion, mais il faut passer par la police des frontières pour sortir du pays… Et là sueurs froides: vous avez la clearance nous demande le brigadier. Celle de la douane? bien sûr, tenez! Non la douane on s’en fou (texto) on a besoin de celle du port de Papeete. Mais on est pas à Papeete on est à Taravao. Vous êtes à Tahiti c’est pareil il faut que vous alliez au port autonome à Fare Ute faire la clearence avant de revenir ici. Discussion, le chef arrive: ne vous inquiétez pas on va leur demander de la faire par email pendant que vous remplissez les papiers. Ouf! on a eu chaud.
A midi nous sommes de retour a Taravao, dernières petites courses avant de rendre la voiture. Déjeuner rapide à bord, dégonfler et nettoyer l’annexe, finir de mettre le bateau en condition « large » et à 15:50 nous levons l’ancre. Il est 17:00 quand nous sortons de la passe de Tapuaeraha. Le soleil se couche derrière les sommets de l’île enveloppés de gros nuages noirs.
Dehors un bon vent d’Est (le fameux alizé qui c’est tant fait désiré cet saison) nous propulse rapidement jusqu’à 23:00 puis se transforme en un souffle tenu (4 à 6 noeuds) qui ne suffit plus à nous déhaler dans cette mer très confuse. C’est sans doute dû au dévent combiné de Tahiti et de Moorea dont nous avions pourtant pris soin de passer à bonne distance. Il nous faudra quelques heures de moteur pour nous dégager et enfin retrouver l’alizé timide d’abord puis retrouvant tout son souffle en début d’après-midi et nous propulsant enfin efficacement et dans la bonne direction.
Cette bonne direction ne sera cependant pas pour nous la route directe: une zone de calmes et de vents contraires associés à un front nous barre la route au niveau des Cook. Pour l’éviter il va falloir remonter vers le nord jusqu’au au niveau de Suvaroff et peut-être même plus haut. Affaire à suivre…


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s